You’ve gotta get up and try try try.                                                                                   
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

You’ve gotta get up and try try try.

Invité
MessageSujet: You’ve gotta get up and try try try. Lun 8 Avr - 21:14

Dance with me


Hemi s'était levée, comme à son habitude, sans trop de difficultés. Pas besoin de mettre le réveil à sonner trois fois, histoire d'être sûre de bien émerger. Non non. Un seul son suffisait à faire bouger sa main pour toucher le réveil électronique tactile de sa lampe de chevet pour que celui-ci s'arrête. Elle brossait ses cheveux blonds en s'énervant un peu, une fois de plus, sur les mèches rebelles qui partaient dans tous les sens lorsqu'elle sortait de son lit. Après une douche bien méritée. Et comme tous les matins, la jeune femme débuta son footing autour de l'établissement, les écouteurs sur ses oreilles. Sa respiration et son rythme d'endurance étaient réguliers. La capuche de son sweat et ses bouclettes claires virevoltaient, sans qu'elle y prête attention. Ses yeux bleus se contentaient de regarder droit devant, sans être déstabilisé par qui ou quoi que ce soit. Le rose lui était légèrement monté aux joues, mais elle n'avait pas trop chaud pour autant. Ses poings serrés avançant en suivant son allure, ses affaires rangées dans les poches fermées de son vêtement. Elle inspirait et soufflait doucement, l'air appaisé.
Elle s'arrêta finalement devant le gymnase, et s'étira lentement, levant les bras en hauteur, comme pour atteindre le ciel. Sa tête penchée en arrière, son regard attiré par ce qui se passait au-dessus d'elle. Les nuages commençaient à se faire de plus en plus nombreux et à cacher le ciel bleu qui s'était présenté dès qu'elle avait tiré les rideaux de sa chambre. Elle poussa la porte coulissante du lieu sportif, avant de se diriger vers la salle de gymnastique, d'un pas dynamique. Hemi se levait toujours plus tôt que ses élèves, pour avoir une chance de faire un peu de sport de son côté, pour ensuite leur apprendre et rire d'eux tout au long de la journée. Comme ils étaient attachants, ceux qui s'acharnaient pour avoir une note potable. Et puis, y avait celles qui ne faisaient pas de sport parce que c'était trop... Dur pour elles. C'est tellement fatiguant de parler people et de remettre une couche de top coat sur son vernis. Les adolescentes, franchement. Y avait aussi ceux qui séchaient, pour qui le sport servait à rien, ou qu'étaient déjà trop musclés pour ça. Enfin, les normaux. Ceux qui participaient, parce qu'ils se sentaient obligés, mais qu'aimaient quand même un peu ça quand même. Après tout, l'EPS était une matière où ils étaient relativement libres. Qu'on parle de sujet de discussion ou de chamailleries, tant que ça ne tournait pas en eau de boudin, ça lui convenait, à Hemi.

Elle caressa la poutre du bout des doigts, ressassant quelques souvenirs. Comme elles lui semblaient lointaines, ces années où son corps lévitait au-dessus d'un filet alors qu'elle s'accrochait aux avant-bras d'un partenaire.
Presque sensuellement, elle se débarrassa de son sweat et de son jogging qu'elle jeta un peu plus loin sur un tapis. A présent vêtue de sa combinaison blanche qui rassemblait un justaucorps et une sorte de legging, elle remonta sa chevelure couleur blé pour réunir ses couettes en une queue de cheval haute, qu'elle fixa avec un élastique qu'elle avait autour de son poignet, puis gardé entre les lèvres pendant cette courte préparation.
La voilà en train de s'étirer, de tout son long. Elle tendait ses bras, joignait ses mains, les relevant. Gracieusement, elle se laissa tomber au sol, alignant ses jambes de façon à ce que ses dernières ne forment qu'une ligne droite, plus communément appelé grand écart. Gardant le buste droit, elle finit par se courber en arrière, puis en avant. S'en suivirent des mouvements d'appui tendu renversé, des sauts de mains et d'autres figures semblables à de la gymnastique acrobatique qu'elle avait appris et répété maintes fois quand son avenir semblait voué au domaine du cirque. Il lui arrivait de fermer les yeux, pour mieux sentir l'air qui frappait son visage lorsqu'elle prenait un peu plus d'élan. Ces exercices, elle les connaissait par coeur. Et n'avait finalement, jamais cessé de les pratiquer. Elle était lancée, rien ne semblait pouvoir l'arrêter. Ses étirements étaient maintenant plus semblables à une chorégraphie, maîtrisée, dansée avec la plus grande volonté, d'une façon élégante, presque troublante.
MessageSujet: Re: You’ve gotta get up and try try try. Dim 28 Avr - 20:03

“ La danse est une poésie muette. ”
La journée avait été longue, très longue même. Contrairement à ses autres rentrées, celle-ci annonça à la demoiselle une mauvaise année dans cette école. Elle qui vivait dans la pudeur et l'innocence, elle allait connaître un monde de débauche où les femmes ne respectaient plus leur corps et où les hommes profitaient de cette décadence. Un monde dont elle avait honte.

Vue qu'elle n'avait cours ce matin-là, elle décida de se promener dans l'établissement. Elle alla de bâtiment en bâtiment jusqu'à atteindre le gymnase de l'école. Dans tous les établissements qu'elle avait fait, le gymnase était le lieu qu'elle affectionnait le plus. Elle savait qu'ici, peu de personnes allaient venir l'embêter et comme elle avait intégré la classe « des victimes » de cette école, elle aimait deux fois plus ce lieu. Marchant dans le gymnase, elle entendit des bruits. Est-ce qu'il y avait cours ? Elle continua quand même. Au pire, elle pouvait toujours invoquer l'excuse de tous les nouveaux : celui du « je me suis perdue ». Pour elle, s'était une excuse qui ne valait rien, mais comme cela suffisait aux membres du personnel, elle l'utilisait assez souvent. Plus elle avançait, plus elle s'engouffrait dans l'édifice.

À force de marcher, elle arriva dans une pièce où il n'y avait qu'une seule personne. Au premier regard, elle semblait trop vieille pour être une élève. À ce moment-là, elle se posa des questions sur cette personne avant de la voir danser. Contrairement à ce qu'elle pensait, il existait encore un peu de beauté, d'innocence dans ce lieu. Quand elle voyait la femme dansée, elle s'imagina une pétale de fleur rose pâle en train de danser en rythme avec le vent. Les pas qu'elle faisait se rythmait à une brise imaginaire. Question imagination, Magdalena était assez douée pour plonger dedans. D'ailleurs, elle était un peu trop douée. Un défaut que certains de ses anciens professeurs lui reprochèrent, en plus de ne parler à quasiment personne. Une personnalité qui s'évadait rapidement, mais qui revenait aussi vite à la réalité. Quand elle la vit enlever son jogging et son haut, elle rougit légèrement. Même si elle se doutait qu'elle avait d'autres vêtements en dessous, sa pudeur naturelle repris le dessus. Elle l'observait toujours de loin. Sans s'en rendre compte, elle avait commencé à entrer doucement dans la pièce. Est-ce la dame l'avait remarqué ? Elle ne savait pas. La seule chose qu'elle remarquait, c'était les ondulations du corps de l'inconnue.

Puis, avec l'impatience d'attendre de se faire inviter à entrer, elle s'installa dans la pièce. Il était beaucoup plus pratique de la regarder assise dans la pièce que debout, cacher derrière le mur. Plus elle l'observait, plus elle s'imaginait une dizaine de pétale de rose, ou de fleur de cerisier, dansant en harmonie avec les autres éléments de la nature. Une vision tellement magnifique, que cela devait-être rare d'en voir. Elle dégusta ce moment. Elle ne parlait pas, elle ne faisait aucun bruit. Le seul son qu'on pouvait entendre d'elle, c'était celle de sa respiration. À genoux, elle la regardait toujours sans aucun bruit.









MessageSujet: Re: You’ve gotta get up and try try try. Lun 6 Mai - 14:15



OBVIOUSLY, THERE ARE THINGS I REGRET.
THINGS I WOULD LIKE TO TAKE BACK.
THINGS I WOULD CHANGE IF I COULD.
BUT WE ALL HAVE TO LIVE WITH THE RESIDUE OF OUR CHOICES… AND THE CONSEQUENCE OF OUR ACTIONS.
Le corps de la jeune femme se cambra avec délicatesse, exécutant encore deux enchaînements de la chorégraphie. La musique au fond de la salle de gym semblait donner vie à ce corps ne vivant que pour cet art. Petite ballerine qui se délectait de son oscillation dans les diverses danses qui existaient. Longue ritournelle de sa vie, il fallait toujours danser. Il en devenait même difficile d'imaginer Carmen cesser de danser. Cette passion était profondément enraciner dans son coeur, plongeant ses racines au plus profond de son âme. Et la femme continuait de danser dans la salle de gym, exécutant avec minutie les demandes dont elle se souvenait encore, enfermée dans une bulle, dans sa passion. Maigre jeune femme qui sautillait sur ses pointes, dessinait des arabesques fluides et gracieuses avec son corps. Gracieuse enfant dévouée à son art, sacrifiant son corps par passion. Ce n'était un secret pour personne que Carmen était anorexique. Il n'y avait qu'à voir son corps maigre, sans forme, qui laissait entrevoir les contours de ses os lorsque les pulls et les enveloppes de tissus abandonnaient son corps. Carmen, mignonne jeune femme, devenait rapidement troublante à observer lorsqu'on voyait enfin les désastres de l'anorexie sur son petit corps. Reflet de son chagrin. Théâtre de toutes ses privations. D'un refus flagrant de vivre. Seul moyen d'exprimer tout haut son mal être. Tout le monde le savait, Carmen se privait de nourriture, se faisait vomir, avaler pilule sur pilule pour satisfaire cette lubie d'être maigre à outrance, ses envies suicidaires... Oui la demoiselle nourrissait de noir sentiments envers elle-même qui la poussaient à s'autodétruire et la danse était à la fois une passion et un poison pour la brune. Elle était un peu le cygne blanc dont la pureté pouvait être souillée par elle-même. La noirceur pouvait ternir sa blancheur à tout moment...il suffisait que quelqu'un l'aide à chuter enfin dans les abîmes de la déchéance qu'elle observait pour l'instant, hésitante, du haut de son innocence, ne mesurant pas encore bien le danger qui la cernait. Elle s'imaginait en danseuse étoile, sur une scène d'un grand opéra, loin de cette estrade, de ce gymnase, de cette institution. Applaudie, acclamée pour sa prestance, sa grâce, sa performance. Elle oubliait tout, elle se contentait seulement de danser, de vider son esprit. Pourtant une seule pensée restait dans sa tête alors qu'elle dansait.

Elle s'arrêta nette lorsqu'elle entrevit une élève.
▬ Bonjour, Miss... ?
Elle n'arrivait évidemment plus à trouver son nom.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You’ve gotta get up and try try try.

You’ve gotta get up and try try try.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» You gotta bae ? OR NAH ? - Eli
» Gotta Catch'Em All ; La communauté Pokémon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: EXTÉRIEUR :: Complexe sportif :: Gymnase-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !