LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO                                                                                   
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO

MessageSujet: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Ven 12 Avr - 14:58



LA VIE EST TROP COURTE POUR PASSER SON TEMPS À AVOIR LA HAINE

VELENO ET ICIDIO...
Mr Cerrucci voulait-il sa mort ?
Ce n'était pas possible – comment ceci avait-il pu arriver ?
Non, elle n'était pas là, elle n'avait jamais été là – elle en était certaine. Elle était Carmen ! Elle était l'intouchable. Elle était le plaisir et l'excès – la beauté et l'hédonisme. Tout ça, tout ça, ça ne pouvait pas arriver – pas ici. Pas dans ce monde qu'il avait accepté avec son cœur ouvert. Sa lèvre inférieure tremblait un peu – elle devait se calmer. Elle était Carmen, alors rien ne pouvait lui arriver. C'était une certitude aussi forte qu'elle était exceptionnelle. Mr Cerrucci, bien qu'elle s'en dissuader souhaitait réellement sa mort.

Ça puait.
Icidio & Veleno.
Ce n'était pas ces parasites vénéneux, ces spores maladives, ces algues boursouflées, ces moisissures corrosives. Ce n'était pas cet amas de vie mourante, immobile et pourtant dans une décomposition éternelle qui puait. Ce n'était pas ces coussins de moisissures et ces pourritures pestilentielles, comme un animal crevé, comme un cadavre de charogne, qui puait. C'étaient eux. C'étaient eux – les belles créatures de Falcone, engoncés dans la déchéance de leur orgueil. Alors, ça puait, et c'était infect – l'orgueil est ce qui empeste le plus quand il s'écrase sur lui même comme un vieux cadavre boursouflé par les phéromones. Ils n'étaient plus que maladie et décrépitude. L'allure monstrueuse de ces élèves, venaient s'incruster sur leur peau muée, qui se détachait par plaques gluantes pour laisser apparaître des muscles asséchés. C'était une vision d'horreur – c'était des Velenos, des icidios, et ça puait.

Carmen ne savait pas quoi faire. Carmen ne pouvait pas se conduire correctement. Carmen n’avait jamais eu à se demander ce qu’il convenait de dire avant. Carmen n’avait pas eu à réfléchir. Parce que Carmen n’était que Carmen. Et Carmen devait pondre à ses puanteurs un cours digne de ce nom. Partout ça puait. Ils sentaient la charogne que même les vautours méprisent.

▬ Jeune homme, ouvrez la fenêtre en passant, je vous prie.
Elle retint un rire face à ses propres mots, une injure dans sa bouche. Son regard noir, quant à lui, couvait ses sujets. Elle était reine. Avec un peu de malice. Elle les surveillait intensément, essayant de deviner leurs pensées, essayant de prédire à quel point la courbe de leurs pouls allait grimper, et celle de sa satisfaction aussi, celle de sa fierté.

▬ Il est inutile d'attendre les retardataires. Ils se feront petits. Qui veut bien me parler de Tchang Kaï-chek ?

Quelqu'un ?
Et le cours avait déjà commencé. Et Carmen, vicieusement, commençait par la Chine. Vicieusement, sans introduction. Carmen prenant place, à même son bureau, croisant ses cuisses. Il était si bon de dominer ses élèves le temps d'une heure. Jusqu'à ce que l'un d'entre eux en fasse trop.


MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Mar 16 Avr - 10:25




you can try to Break my body

après les cours; je t'attendrai.


Il lui arrive de vouloir se lever, fracasser son réveil contre un mur, puis se recoucher. Mais Marla n'est pas comme cela, non ; toujours en cours, toujours à l'heure, ses affaires sorties, son chapeau calé dans un coin de sa table, stylo en main, prête à prendre des notes. Elle se tait et écoute – vous ne la verrez jamais participer, ou rarement. Un ombre silencieuse positionnée dans les premiers rangs.

Aujourd'hui sera semblable à hier, et ressemblera à demain. Dans les premières à rentrer dans la salle de classe, encore. Aujourd'hui, c'est Mademoiselle Golightly qui vous tient en laisse ; vous, les veleno, les icidios. Les princes et les larbins, la violence et le bon-sens. Si au début Marla s'amusait de voir les rivalités se poursuivre jusque dans les salles de cours, jusque devant l'autorité absolue, elle en retire à présent un profond agacement. Qu'ils se pourrissent leur scolarité ; elle, à au moins la décence d'afficher un air impassible et de retenir sa langue de vipère acérée. Juste le temps d'une heure. Qu'est-ce, dans une vie ?

« Tais-toi. », lance-t-elle a la personne assise derrière elle. Sa voix l'agace. Peut-être y aurait-elle trouvé un note mélodieuse en dehors de ce cours ; qui sait. Mais, sûrement pas ici. Ici, si les murs de la salle résonnent, c'est pour mieux accompagner la voix de son propriétaire ; pour une heure, la jeune femme assise derrière son bureau est maîtresse.


Mademoiselle Golightly serait peut-être une laideur sans nom, une fois hors de ces murs. Peut-être vulgaire, peut-être dépravée, qu'en sait-elle ? Nonobstant, à cet instant précis, Marla voit seulement la jeune femme prête à l'aider à compléter ses connaissances, et à sortir de Falcone la tête haute, son diplôme en poche.



MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Mar 16 Avr - 17:13

Tais-toi, je -co-mate.


Le réveil sonne.Pourquoi. Pourquoi ?!
C'est en râlant qu'Haley s'était levée. Déjà en retard. Oui, le réveil avait sonné deux secondes avant, mais il était déjà programmé en retard.
Avec la motivation d'une huitre, elle avait simplement enfilé un jeans délavé, et un débardeur sur lequel elle avait passé une chemise sans manches. Coiffée et maquillée comme à son habitude, elle avait faillit oublier son sac de cours. Quelle plaie, ces cours. Mais bon, la prof était bonne, ça le ferait.

Etant de plus en plus en retard, elle avala un café en vitesse et fila à l'extérieur. Dissimulée derrière un bâtiment, elle avait rapidement grillé un joint roulé à la va-vite -mais bien-. C'est en zappant certaines étapes cruciales pour un bon petit déjeuner qu'elle avait réussit à être à l'heure en cours.
Son casque de musique autour du cou, elle était rentrée en silence et était partie s'installer vers le fond de la classe, sans un regard à quiconque.

Ce n'est qu'une fois affalée sur sa chaise qu'elle avait enfin semblé découvrir la classe. Elle connaissait quelques personnes -Les Icidios- et se foutait bien des autres, les velenos, apparemment. Quel courage de la part de la prof que de prendre ces deux groupes. Ou quel manque de chance.

A peine eut-elle sortit son cahier que la prof les agressait déjà avec une question. Un cours sur la Chine, ben voyons. Haley était Americaine et se foutait bien du reste du monde. Perdue dans ses pensées, elle entendit à peine la personne assise à côté d'elle lui parler. Ce ne fut que quand une seconde personne demanda le silence qu'elle réagit vraiment.

-Oh, ça va, occupe toi de tes affaires - Lâcha-t-elle avant d'observer la jeune femme assise devant.

Mh, plutôt pas mal en fait. Elle la détailla plus attentivement, ou du moins, ce qu'elle avait à portée de vue. Un jolie petit derr... dos. Miam.




MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Mar 16 Avr - 21:41




    De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.



    Grmblerjdfhs. Ce serrait à peu prêt ce que je vous aurez répondu alors que j'ouvrais les yeux ce matin. Qu'importe la question, la réponse n'aurait pas changé. Tch. C'est une vraie torture que de devoir supporter de tels horaires. J'utilise bien le terme supporter parce que c'est clairement insupportable. Ils pourraient nous libérer la mâtiné. Bon. Oui, je suis en tord. C'est moi qui aurait dû me coucher plus tôt. C'est aussi moi qui n'aurais pas dû consommer des stupéfiants. Pourtant, c'est tellement facile de se décharger de la faute sur le système que je ne m'en priverais pas. C'est inutile et enfantin. Et alors ? Vêtu de façon sobre, mais élégante, je quittais ma chambre une cravate à la main. A nous deux saloperies, vais-je réussir à t'attacher ?



    Rejoindre l'école buissonnière ? Je ne la connais que trop bien. De plus, j'ai appris de mon erreur. Un peu plus et je finissais dans le bureau du directeur hors, il en était hors de question. Je n'ai pas le droit de compromettre mon avenir au sein de cette académie pour deux raisons plus ou moins évidentes. Premièrement, je me dois de décrocher mon diplôme pour mon avenir proche. Secondement, pourquoi se priver d'un tel terrain de jeu ? Ou plutôt de chasse. Tout dépend du point de vue. Enfin bref. J'ai réussi à me préparer à temps, ce n'est pas le moment de gâcher mes efforts en arrivant en retard.




    Un léger sourire en coin lorsque j'entrais dans cette classe déjà pleine. Excellent. Les places du fond étaient libre et le ratio fille/garçon était positif. Je sortais une feuille et un stylo tout en m'installant. On va bien s'amuser.. Alors que j'allais commencer à prendre des notes, j'eus la malchance d'entre le mot chine. Mon esprit commença alors à vagabonder pensant aux mangeurs de chien et leurs diverses coutumes. Soudainement, j'en eus assez. Il me fallait respirer un peu. Rester enfermer de la sorte n'était franchement pas adapté à une personne dans mon genre. Je serrais bien mieux dans un bosquet à profiter de la fraîcheur de la mâtiné.. Tch. Je lançais un regard morne à la sadique qui nous faisait cour. Je n'en pouvais plus. J'observais un instant la classe puis, m'allongeais sur la table. J'attendais que quelque chose d’intéressant arrive. En attendant, je pouvais bien me permettre un petite sieste.











Better to starve than lose his innocence to earn his bread.

MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Mar 16 Avr - 22:16


Aaah les cours, ces heures interminables où Noah devait écrire à toute vitesse son cours au risque de manquer une phrase qu’il oublierait dans la minute qui suit, sans oublier ces salles de classes étouffantes remplies de ces êtres repoussants et bruyant que sont les femmes. Il faut bien l’avouer, les cours restaient malgré tout la plus grande épreuve pour Noah depuis son arrivée dans cet établissement. Habitué aux établissements privés, réservés aux garçons, le jeune homme n’avait donc pas eu besoin, en 16 ans, de réellement se retrouver confronté à la gente féminine qu’il déteste tant. Enfin, « déteste », c’est bien plus subtil que ça, et d’ailleurs, cela s’apparente plus à une peur irrépressible qu’à de la haine pure et simple. C’est donc avec une certaine fébrilité que Noah se rendait en cours chaque jour.


Un petit tour dans la commode, un simple jean, un t-shirt noir et une chemise roule à carreau avant de jeter un œil rapide à sa montre pour se rendre compte avec horreur qu’il était en retard, lui qui était d’ordinaire d’une ponctualité exemplaire. Noah se précipita pour finir de s’habiller, enfilant des chaussettes dépareillées, une rouge, une bleue, avant de mettre ses baskets, de chopper son sac plus vite que la lumière tout en oubliant la moitié de ses affaires sur son lit avant de quitter sa chambre comme s’il avait le feu quelque part, traversant les couloirs sans vraiment faire attention aux autres, en bousculant d’ailleurs plus d’un, mais peu importe ! Il était en retard et c’était absolument inadmissible !


C’est donc un petit Noah tout essoufflé, coiffé légèrement en pétard à force d’avoir couru et avec les joues bien roses qui débarqua dans la salle de cours, ouvrant la porte qui se cogna dans le mur en un énorme fracas qui fit même sursauter le petit retardataire.


« Excusez… wah ! Ex.. excusez moi de mon retard ! »


Bref. ses excuses furent aussi brèves que possible, étant donné que plus il parlerait, plus il se ferait remarqué et plus il continuerais de déranger là classe. Un bref regard à travers celle-ci le fit frémir, il y avait un bon nombres de jeunes filles et ça ne lui plaisait pas du tout. Le jeune garçon se dirigea instinctivement vers le fonds de la salle, et s’écroula à la première place libre qu’il trouvait, à côté d’un garçon qui semblait visiblement finir sa nuit. Noah soupira de soulagement une fois assis et se mit à fouiller dans son sac, remuant à tout va, avant de geindre tout doucement.


« Nooon…. Mes stylos ;A ; mes feuilles…. ;A ; »


Il soupira de nouveau avant de laisser tomber sa tête sur la table un peu plus fort que prévu, laissant entendre un gros BONG ! venant du fond de la salle.

MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Dim 21 Avr - 11:31

Vous voyez ma tête, là en haut? Oui, cette tête là. OUI ! OOOH ! Vous faite iech hein ! Oui.

Donc, l'histoire derrière cette tête est que j'ai oublier qu'ont avait cour. Oui, je suis pas très caler niveau cour parce que je viens d'arriver ici, j'ai déjà un cour. Je pouvais pas savoir moi, hein!


Un réveil dure, difficile. Des difficultés a ouvrir ces yeux... Après une nuit agitée, une nuit pleine de transpiration, de sueurs froides. Sa respiration est lourde. Le bruit du réveil est horrible... Elle se reprend doucement. Reste allongé dans le lit. Pour elle, 5 minutes, pour le réveil, 50 minutes et 10 secondes. Il est 6 heures et 58 minutes. Le cour commence a s'habillé. Pourquoi? Elle enfile un short, un collant noir plutôt transparent, ces chaussures noire, une chemise blanche, une cravate rouge, se coiffe rapidement et s'assoit sur son lit. Un morceau de pain, du thé glacé. Un Dr. Pepper dans son sac, des feuilles, des stylos... Pourquoi?

Ma mémoire revient...Doucement... Je mord dans ce dernier morceau de pain, remplis de Nutella, puis une lanterne s'allume dans mon cerveau. " TU AS COUR. " ....Moment de réalisation dans 3...2...1. MEEEEEEEEEEEERDE !!!!!

J'ai pris mes affaires, je regarde l'heure, 8 heures et 22 minutes. Merde. Je n'est plus aucune raison de me dépêcher alors... Pff... Je marche hors de ma chambre, mon sac a bandoulière sur mon épaule, ma musique dans mes oreilles, je passe dans les couloirs presque vide.

Je retrouve facilement ma salle de cour. Une jeune fille a l'avant, une sorte de punk a l'arrière, un gars qui dort et... un qui vient de se facepalm sur la table. Je parcours la salle, regardant une place libre. Le mur à la troisième rangée est libre. Sans aucune excuse j'avance, toujours mes écouteurs dans mes oreilles. Je m'assoit. Eteind mon portable et pose mes affaires sur la table. Je soupire et attend.
MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Dim 21 Avr - 17:36



LA VIE EST TROP COURTE POUR PASSER SON TEMPS À AVOIR LA HAINE

Il y avait quelque chose de pire que la rage, quand bien même elle coulait à flot dans les veines de Carmen. Il y avait quelque chose de pire que la haine, la perversion, la colère ou la fureur. C’était la frénésie, l’emportement, la passion de la violence et de cette même rage-là. C’était le désir, hurlant et sévère, de faire du mal à autrui. C’était l’envie incontrôlable de détruire une personne jusqu’à ce que son âme s’échappe de sa gorge, jusqu’à ce que son corps se brise de douleur et d’amertume.

Il y avait quelque chose de pire que la rage.
C’était Carmen.

▬ Je vous ai posé une question.
elle dit, et sa voix rase les murs sans les toucher, dégouline en l'air sur les briques fendillées. Ses pieds ne touchent pas le sol, ils l'effleurent. Toute sa présence infime n'est qu'une vague et elle n'est ni chair ni sang. Elle est là à priori, à moitié seulement, c'est tout, et son regard essoré se pose sur les hauts plafonds sombres qui se perdent dans les ténèbres lézardés. Elle n'y réfléchit pas. Elle voit tout ça sans voir, les orbites vidées comme des poissons. C'est que Carmen s'échauffe, Carmen s'énerve.
Carmen avait trouvé sa première victime.

▬ Bon.

Carmen se relève.
Carmen vagabonde entre les rangs.
Elle continue, et ses pas la portent alors qu'elle n'est pas là. Elle, elle a mis un voile d'opale devant ses pupilles et du nacre sous ses paupières. Et elle avance, gentiment, doucement. Faisant claquer ses talons contre le sol. Arrivant à la hauteur d'Edward, endormi. Elle leva haute la main, et lui tapa fortement le sommet du crâne.

▬ Vous allez d'ores et déjà fermer vos gueules, et écouter; le prochain ouvrant son clapet je le vire. Voire pire.

Et elle repartie à son bureau, s'allumant automatiquement une cigarette. Qui allait le lui interdire ?


MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Mar 23 Avr - 12:31


❝LA HAINE EST UNE SALOPERIE
Elle était arrivée à l’heure. Le contraire aurait été inadmissible pour elle.
Marloes ne pouvait pas se permettre de retard.
Marloes refusait de faire comme eux, de pouvoir être rangée dans le même panier que ces signes braillards.

Masque trop lisse et si peu expressif enfilé, elle fixait la professeur, ses deux mirettes délavées suivant le moindre de ses mouvements. Cette femme lui inspirait quelque chose d’étrange. Quoi, elle ne savait pas. Peut-être était-ce simplement de l’antipathie quelque peu édulcorée pour son allure, il fallait l’avouer, charmante. Avant que tout cela ne se brise. Oh, c’était si dommage de gâcher tout ça en allumant une cigarette. Elle retombait au niveau de tous les autres. Sans intérêt.

Il y en avait qui dormaient, d’autres qui ne suivaient absolument pas. La Néerlandaise, elle, n’aimait pas prendre la parole, simplement assise dans les derniers rangs. Pourquoi faire ? Parler une autre langue que la sienne lui arrachait les cordes vocales et entamait un tantinet sa fierté. C’était stupide, quand on y pensait, et elle n’était pas bien maline. Alors au lieu de cela, elle regardait légèrement autour d’elle, un sourcil haussé, légèrement dédaigneuse. Elle faisait un effort, voyons ! Au moins, le dégout n’était pas présent sur son minois, comme c’était trop souvent le cas.

Puis, les mots de la supposée reine de cette pièce lui reviennent en tête. N’avait-elle donc pas demandé de répondre à l’une de ses questions, avant de finalement leur ordonner, impérieuse, de se taire et écouter ? Mais écouter quoi ? Ces esprits mollassons s’enfoncer un peu plus dans leur bêtise ? Quelle belle affaire. Un très mince rictus moqueur étira les lèvres de la blonde, qui reporta son regard sur la fière Carmen, pour ensuite s’enfuir à nouveau, fixant au lieu de cela la fenêtre, l’extérieur. Ses ongles, si longs, presque des griffes, frappant légèrement le bois de la table, pour ensuite saisir un stylo. Elle était bien trop grande, Marloes, et pourtant, une fois de plus parée de talons vertigineux à semelles rouges. Le reste de la tenue soulignait à la fois ses jambes, si longues, et ses formes, qu’elle avait peut-être un peu plus importantes qu’elle ne voulait l’admettre. Mais en portant des vêtements, personne ne le voyait, non ? Pour ce qui était du reste, un chemisier noir relativement transparent, juste assez pour laisser voir la dentelle tout aussi sombre de ses dessous. Puis voilà.


« Vous voulez qu’on se taise ou qu’on réponde à votre question ? »

Question posée en la fixant, sans sourire, sans expression.
Juste quelques mots ayant filé d’entre ses lèvres sans réfléchir vraiment. Elle prenait un risque. Elle était stupide.
MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Lun 29 Avr - 19:40



D'ACCORD, VOS POUVOIRS DE RÉFLEXION
VOLENT PLUS BAS
QU'UN DERRIÈRE DE COCHON



Malik s’ennuyait un peu. Non, beaucoup.
Mais Malik ne cherchait pas aujourd’hui. Il était un peu las. Il ne savait plus trop où aller, quoi faire; qui aller voir surtout. Malik passa une main sur ses yeux et laissa le silence lui vriller les oreilles un peu. Il écouta le bourdonnement dû au manque de bruit, puis écouta son cœur. Les battements pulsaient dans ses oreilles et à chaque fois qu’il s’arrêter pour écouter cette douce musique, il s’imaginait une troupe armée défiler. Chaque battement lui rappelait des bruits de pas au sol, des pas coordonnés et lents, tellement lent. Comme quoi il y avait vraiment quelque chose qui battait là, dans sa cage thoracique. Ce bruit, c’était ce qui lui rappelait qu’il était en vie, c’était aussi ce qui venait le narguer. Ça lui disait clairement « En fait, tu n’es pas vide. En fait, il y a quelque chose en toi, tu sais? Mais même si tu as un cœur, jamais ô grand jamais, tu ne seras comblé. C’est ton fardeau, Malik. C’est la seule leçon que l’on aura pu te donner. Alors assume et souffre, souffre pour ceux à qui tu as fait du mal. » et même s’il ne savait pas qui étaient ces personnes qu’il avait heurté.

Bref. Malik se faisait chier.
Malik ne savait pas ou aller, et malheureusement, il avait un cours d'histoire.
Un cours avec Miss Golightly. Et Golightly qu’est-ce qu’elle a elle ? Sa beauté, sa grandeur, son charisme ? Quelle puissance, ma belle. Quelle reine tu aurais fait si tu en avais eu l’envie. Mais voilà qu’il faut retourner à tes occupations ma douce… Golightly était bonne, il n'y avait aucun doute. Elle était de cette beauté qui s'affaisse avec le temps, de ses beautés qui perdurent longtemps. Un plaisir qui ne périt jamais. Une professeur qui n'a déjà pas encore un pied dans la tombe.

Malik entre dans la salle, passa devant elle, reluquant son arrière train allègrement. Oh, miss Golightly. Malik prit place derrière Edward, passant ses jambes sur sa table pour mieux taper du pied Edward. Fais pas chier la bonasse,toi.

- La ferme, Marloes.



MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Lun 29 Avr - 20:21




next next next

dégénérés arrogants, autant dangereux qu'indifférents



Marla soupire, hypnotisée par la cigarette de son professeur – elle aurait presque pu la trouver sexy. Terriblement sexy. Si seulement elle trouvait le fait de fumer hot, comme le reste de la populace. Dommage.

En théorie, voilà quelques minutes que le cours est en marche ; en pratique, il n'a même pas débuté. Mise en scène ? Que cela le soit ou pas, tous ces gestes et ces paroles vides de sens l'agacent prodigieusement ; vous l'aurez remarqué, il en faut peu pour la lasser, mademoiselle reine Jones. Qu'elle leur donne cours – si l'interaction élève/professeur semble impossible, qu'elle les fasse simplement gratter pendant une heure (et là, vous me haissez tous parce que je lui tends une perche 8D).

Il y a ce flottement qui semble s'éterniser, et puis ce regard qu'elle sent sur elle, depuis tout à l'heure ; tsk. Peu subtil, vraiment. Et, une fois de plus, agaçant. Ne lui a-t-on jamais enseignée les bonnes manières, à cette blonde ?

La seconde, ou l'oeillade appuyée de trop – Marla se retourne pour fusiller l'autre du regard. Pas mal, mais tout de même laide de tant d'indécence. Elle trouve tout le monde laid, de toute façon ; sans jamais aucune concession.

« Pas intéressée. » un murmure, un regard assassin – elle est déjà sagement revenue à sa position initiale, fayot inassumé, tellement imbue d'elle-même que sa réponse, elle n'y a même pas réfléchi au préalable ; c'est naturel, c'est dans l'ordre des choses. Cette blonde la veux. Il ne peut en être autrement.

Nyx tapote nerveusement ses ongles sur la table ; la page de son carnet de notes est toujours vierge. L'heure avance. Que Mademoiselle -ou Madame? Si jeune..- Golightly fasse enfin ce pour quoi elle est payée.



Invité
MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Mar 30 Avr - 11:17


















danser en temps de guerre, c’est comme cracher à la gueule du diable

▬ C'est grave, Pumkin. Très grave. Nous sommes en temps de guerre.
C'était de cette même façon que tu avais exposé ton « problème » à ton chat. Trop fidèle, celui-là. Revenant à la vie, tu reposais les pieds avant de ta chaise au sol et ta tête retombait sur tes épaules. Sous tes lunettes noires, tu fixais la professeure. Tchang le Généralissime ? Ouais ça tu connais, mais à quoi bon participer ? Ton but en ce lieu est tout autre. Petit 1 : matter, il n'y a que ça de vrai. Petit 2 : écraser la bande d'Icidio qui polluent ta classe. Pour ça, il faut de la tactique, et pour l'instant... T'es surtout pas dans ton assiette. Coup d’œil à gauche, puis à droite. Marla, Marloes, mouais. Et puis Noah... Oh la la peut être pas. Tu n'en vois pas plus. Tu remarques pacifiquement que tu n'es pas loin d'une Icidio, plaisante à voir. Bon, elle sera épargnée.

Le temps glisse. Ça bouge à gauche, à droite, en haut et en bas, mais... Et l'autorité, m'dame ? Elle est canon la prof. Madame Golightly, tu l'avoues, est plaisante, pas comme certains dinosaures. Attention.
Action.
Ton regard vire droit sur la prof. Why so angry ? Peut être qu'elle l'a retrouvée, son autorité ? Apparemment, le comportement des autres l'aurait énervée. Pas étonnant. Tu te retournes vers Marloes -oui tu n'es pas loin de Marloes, point stratégique. Regard compréhensif -sous les lunettes.

Dès que la prof se retourne, tu sors un string de ton sac et tu le lance à Marla. fallait pas l'oublier celui là. N'empêche, cette classe grouille de lesbienne c'est pas possible. Ou de bi, ou de pan, ou de chasseurs. Y a que ça. On vient en cours pour mater, en réalité. D'ailleurs t'as toujours de l'espoir pour Mlle Golightly, sait-on jamais.
Réaction.
Mais, Malik ! Ah nan, ah nan.
▬ Ta gueule, Malik.
Parle pas comme ça à Marloes, toi.
C'est ça, chacun protège sa proie, à ses risques et périls.
MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Mar 30 Avr - 22:03




    De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.



    Tout aurait pu être parfait si il n'y avait pas eu cette salope qui se prétendait enseignante. Quoi que.. Même si elle n'avait pas été là, tout les autres m'auraient taper sur le système. Il aurait fallu qu'eux aussi ne soit pas là. Tch. Un cour ne pourra jamais prendre l'adjectif intéressant tant que j'aurais pour camarade ces primates de Veleno. Tch. Il m'irrite. Toujours là avec leur fichue prétention. Un jour, j'en éclaterais un. Je lui ferais ravaler sa putain de fierté. Joue, joue, fais le malin.. Tu m'amuseras quand ton sourire en coin sera remplacé par ta face ensanglantée. Pourquoi pas aujourd'hui ? Je n'ai que l'embarras du choix..



    Hmm.. Mauvaise idée, il vaudrait mieux pour moi que je me fasse discret quelques temps. J'avais eu de la chance avec cette affaire d'alcool, autant ne pas trop tenter le diable.. Même lorsqu'on est son fils. Le connard me réveille, la salope ose m'effleurer et l'autre pédale me fait du pied.. Abusé. Ils jouent à quel jeu ceux là ? Bon. On va ignorer le connard qui m'a réveillé en étant bien trop bruyant, on verra son cas plus tard. La salope aussi, j'peux pas me permettre de lui rendre son coup ; trop risqué. On va donc s'attaquer à la baltringue. Un coup ? Hmm.. Moyennement possible, ça serait trop visible et je ne peux me permettre de déclencher une rixe.. Il ne me reste donc plus que la violence verbale. Commençons un nouveau jeu.. Je me retournais un petit sourire en coin.


    Edward - Tu pourrais arrêter de me toucher baltringue, je ne suis pas intéressé :)



    Simple et efficace. Ce genre de phrase qui ne pouvais qu'énerver ou amuser. Reste à voir sa réaction. Je n'ai qu'une envie, l'exaspérer. Viens. Cède à la colère. Frappe moi que je puisse prétendre la légitime défense et te rabaisser à ton rang légitime. Bien. Intéressons nous un peu aux autres élèves. Tiens, Jax n'est pas encore là.. Qu'est-ce qu'il fout ? Tch. Dommage. Il aurait pu péter un câble sur ces putains de Veleno, ça aurait-été distrayant. Je commençais à observer un à un les élèves. ... .. Depuis quand les Veleno sont aussi bien formée ? Abusééééé. Bon. Tu réagis quand la baltringue ? Marloes.. Va falloir que je m'y intéresse..











Better to starve than lose his innocence to earn his bread.

Invité
MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Mar 30 Avr - 23:14

« Crétins »


Bon dieu.
Cela fait environs vingt minutes qu'il est ici. Au beau milieu de ce cours donné pour les Icidio et les Veleno. Autant le dire tout de suite ; Cerrucci est un véritable sadique. Faire réunir ces deux classes dans le seul et unique but de les confronter directement sous les yeux de Mlle Golightly, jeune prof qui sait parfaitement comment ça fonctionne ici. Il ne serait pas étonnant d'apprendre qu'elle aurait vraiment voulu que ça se passe autrement, avec différentes classes.
Tant pis.

En presque vingt minutes, Jax en a vu des choses. Des retardataires, des arrogants, des provocations à deux francs... Bon dieu, mais est-ce qu'ils ont au moins la moindre idée où ils sont ? Ils croient franchement que c'est ce genre de comportement qui va leur apporter la réussite ? Bande d'abrutis finis. Tous des jeunes années, sans doute ? Cela ne pardonne pas l'insouciance de leurs mots et encore moins de leurs actes. Pire quand la blondinette ouvrit sa grande gueule.
La ferme.

Ce fut le premier mot qui vint à l'esprit du plus âgé de la salle - ou l'un des plus âgés, qu'importe. Mais pire encore quand les autres ont enchaînés. Bon dieu, la prof a posé une question et vous, vous l'oubliez ? Allez retournez dans vos petits monde farfelus et laissez les véritables prometteurs prendre la relève.
Bande de sous-espèces.

JAX ▬ Tchang Kaï-chek fut un militaire et homme politique chinois qui fut l'un des principaux leaders du Kuomintang après la mort de Sun Yat-sen en 1925. Courte pause, le temps de se mettre debout et regarder la jeune femme qui est sa prof actuelle. Je dirais même qu'il fut le chef militaire - avec le titre de généralissime - et, à diverses périodes et en alternance, le chef du gouvernement et le président de la « première République chinoise » puis, jusqu'à sa mort, le président de « République de Chine » à Taïwan.

Traitez le de fayot, de sans couilles. Il s'en fiche éperdument de la mentalité conne de nos jours. Ce n'est pas en faisant le mariole qu'il allait l'avoir, son foutu diplôme. Et ce n'est pas comme ça qu'il rendra sa mère fière de lui. Alors oui, Jax fait partit de ces gens qui ont bien compris les enjeux de ces années à Falcone, le pourquoi du comment et tout un tas de trucs. Haley, Edward ; ne jamais oubliez de toujours se valoriser aux yeux d'un adulte.
Du moins, entre ces quatre murs.

C'est pour ça que vous avez là, un élève correct, poli et discipliné. Même si avec les années passé, il s'autorise quelques initiatives - mais rien de bien méchant - toujours pour faire avancer les choses et paraître plus que bien aux yeux des professeurs.
De quoi ramener des éloges à son groupe.

JAX ▬ Je m'excuse de mon initiative, Mlle, mais je ne pouvais pas m'empêcher de rattraper la bêtise de mes camarades.

Tant si s'il s'en prendre plein la figure pour ça, au moins, la question eu enfin une réponse et son intervention avait le mérite de foutre un certain silence avant que ça vire en bordel.

Et on se rassoit calmement, jetant des regards à son entourage et leur faisant clairement comprendre que lui, il ne sera jamais comme eux.
Bande de petits cons.

MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Mer 1 Mai - 15:10



LA VIE EST TROP COURTE POUR PASSER SON TEMPS À AVOIR LA HAINE



Une réponse.
Enfin, une réponse, pas une syllabe, pas une mono-syllabe. Des phrases.
C'est une bien belle récompense, après un vol des plus satisfaisant. Tu n'es de loin pas fâchée d'être tombée sur lui, enfin un élève pas totalement décérébré. Un élève qui voyait à peu prêt l'utilité d'être en cours. Tu ne cesses de sourire, et cela montre bien ton contentement. Et si en plus, le s autres pouvaient y mettre leur grain de sel... Toi, dans tous les cas, ça te fait plaisir. Oui, tu es ravie, Carmen. Rien ne t'amuse plus qu'un élève qui s'emploie à suivre un cours. Même entouré par des animaux. Plus ou moins bruyants, plus ou moins néfastes. Enfin, il y a une part d'amusement, d'un côté. Et de l'autre côté, il y a quelque chose de plus bestiale, quelque chose qu'on peut nommer vice, assurément. Et au milieu, il y a toi. Qui profites des bien-faits de cette vie, de ce que tu peux en tirer. Sans rien prendre au sérieux, réellement. Toujours le sourire aux lèvres. Le regard rieur. C'est bien toi, ça.

▬ Une réponse convaincante quoique légèrement succinte. Comment parler de Tchang Kaï Chek sans parler de communisme. Auquel il vouait une haine sans pareille. Mais je suppose que vous ne jugiez pas cela important. J'accord aux icidios dix points.

Presque pas élégante dans tes propos. Quoi que. Ton timbre reste suave, ton sourire reste toujours présent. Tu glisses tes mains sur tes hanches, prenant alors des airs de matrones qui ne te vont pas. Aw, Carmen.

▬ Peut être que vous autres, vous prendrez au sérieux ce cours maintenant ? Bien.
Elle balaya du regard la salle de son regard inquisiteur. Son regard noir couvait ses élèves.


Invité
MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Dim 5 Mai - 3:18

« Crétins »


Voilà comment on fait.
Certes, cela n'avait rien de glorieux de jouer au fayot. Mais que cela ne tienne ; s'il n'y avait rien à y gagner, Jason n'aurait pas agit de la sorte. Alors oui, ça coûte cher, mais ça en vaut la peine. Par conséquent, il se voit déjà en train de régler le problème à certains cas. Comme ce Edward, dont la tête ne lui revient pas. Ou bien Keneith Chris, même si elle semble silencieuse, elle aurait dû profiter de la chose pour répondre à la question. Et éviter le retard, accessoirement.

Ou bien cette chère Haley. Toujours aussi impulsive et fonceuse. Mais elle a intérêt à vite se calmer au risque de perdre quelque chose qui lui est précieux. Va savoir de quoi il s'agit. Mais une chose est sûre et certaine avec Knowles ; on ne se met pas en travers de sa route. Et la seule chose qu'il désire ardemment. De tout son petit coeur d'Icidio ; c'est de remporter cette coupe. Et de figurer parmi les meilleurs, évidemment.

Pour l'instant, calme plat. Il avait réussi à faire gagner des points à son groupe. Cependant, si elle en donne ; elle peut aussi en reprendre, ou en enlever. Alors on va éviter de se la jouer colonel Reyel et être particulièrement sage. Puis bon, Carmen n'était pas la pire des profs. On pouvait au moins lui offrir un cours correct et respectable, rien de bien dérisoire.
N'est-ce pas, vous autre ?


MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Dim 5 Mai - 17:04

Keep Calm.


Inintérêt total.

Pourquoi le directeur s'acharnait-il à regrouper deux sections si différentes et opposées dans une même salle de cours ? Haley soupira. En tant que BA du jour, elle avait sortit un cahier et un stylo. Tant qu'on ne la cherchait pas, elle se tenait tranquille, du moins en cours.
La jeune veleno devant elle semblait ne pas se dénigrer. Un sourire naquit sur les lèvres de la jeune icidio qui adorait jouer avec ce genre de personnes.

-Hey, fais gaffe à tes chevilles hein.

Elle jetta un oeil à l'ensemble de la classe. Elle connaissait une bonne partie des icidios présents ici. Notamment Jason -Jax-. Il pouvait parraître étrange pour un icidio d'être si attentif et sage en cours, mais ce petit groupe d'étudiants avait beau avoir la "mauvaise réputation", il ne perdait que très rarement de vue la victoire sur les autres sections.
Haley attendit de capter son attention pour lui adresser un signe discret. Elle se tiendrait droite tant qu'on ne la chercherait pas.
Elle se recala le dos contre le dossier de sa chaise et leva la main, attendant qu'on lui autorise la parole.

-Tchang Kaï Chek a également dirigé l'académie militaire de Huangpu, où y était formée une élite qui lui aura toujours été fidèle.

Elle s'empara de son stylo, le tapota sur son cahier et porta son regard vers la prof. Pour rien au monde, Haley n'aura souhaité être à sa place. Donner un cours à une bande d'ado-adultes plus occupés à se clasher qu'à étudier. Quelle plaie.



MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Lun 6 Mai - 17:19

Du brouhaha. Juste du bruit. C'étais interminable. J'en avait déjà ma claque d'être ici. Je n’écoutais même pas bruit constant qui flottait dans la classe. Je suivait les gens bouger d'un œil un peu attentif, mais mes oreilles n'écoutaient pas. J'étais trop occuper a penser a ce que j'allais manger ce midi.

Même si il fallait écrire, elle n'allait pas faire ça. Haha! La blague! Keneith? Ecrire? Naaaah~ Ça n'arriveras presque jamais. Du moins quand elle écoute pas.

Ahh... J'ai faim. Hm... C'étais écrit quoi pour la bouffe d'aujourd'hui? C'étais du riz ou des pâtes? Hm... Je sais qui avait du poulet ...Des boulettes de viandes...
J'avais réellement faim maintenant. Et mon ventre se faisait entendre dans un moment de silence. 'Merde' avait décider de venir s'incruster dans mon cerveau, indiquant PARFAITEMENT l'état dans lequel j'allais être si on m'avait entendue.

J'ai fais mine d’écouter un peu, mais... JE SAIS PAS DE QUOI ON PARLE! ; A ; HEEEELP!
Même si je criais ça intérieurement, je savais que personne n'allait m'aider.
MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO Jeu 23 Mai - 20:08

JEUNES GENS.
Ce rp est terminé, mais n'ayez craintes, vous pouvez toujours quémander vos points.
Merci de votre participation à tous ! o/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO

LA HAINE EST UNE SALOPERIE ▬ ICIDIO & VELENO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [MEGAUPLOAD][DVDRiP]Marqué par la haine
» La haine, lui, jamais. Les autres, parfois.... (Gauvain de Rosset)
» Elynore Delacour - Amour -Amitié - Haine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: INSTITUT TO BE THE BEST :: FIRST FLOOR :: Salles de cours-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !