Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO.                                                                                   
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO.

MessageSujet: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mar 16 Avr - 19:29


BABY, YOU'RE A FIREWORK.
j'aime mon titre, il pète le feu, if you know what i mean.
# STUPRO & APPESO
Bien que n'étant pas spécialement passionnée par les cours qu'elle donnait, Lana aurait menti en affirmant qu'elle détestait enseigner. Simplement, après ses années à Falcone, elle s'était largement rendue compte qu'il était inutile d'attendre quelque chose des élèves - exception faite de quelques cas miraculeux. Les plus intelligents étaient souvent les plus manipulateurs mais pas forcément les plus travailleurs. Les plus travailleurs étaient souvent les plus naïfs, ce qui leur attirait toujours l'acharnement des autres. Autrement dit, il ne restait plus grand monde sur pieds pour décrocher de bonnes notes et éclairer ses cours.
Non pas que cela la dérangeait réellement - au moins, elle pouvait leur apprendre tout ce qu'elle voulait. Le contenu de ses cours n'avait pour limite que son imagination. Celui de ce jour-ci était encore plus particulier que les autres, mais elle estimait que les étudiants s'étaient à présent habitués à l'étrangeté de ses classes. Deux fois déjà, ils avaient failli mettre le feu à l'école en manipulant des produits peu licites ou peu compatibles. Sans parler du jour où elle avait tant effrayé un élève qu'il avait jeté le mélange qu'il était en train de faire à la figure de son voisin.
Mais si tout se passait bien aujourd'hui, il n'y aurait ni blessé ni incendie... À la condition que les élèves restent calment quand la petite surprise interviendrait. Si encore il n'y en avait qu'une.
La salle était déjà parfaitement installée, puisqu'il s'agissait du seul cours qu'elle donnait le jeudi ; elle était venue à l'avance et avait préparé le laboratoire. Elle ouvrit également les fenêtres en grand, n'ayant pas spécialement envie de déclencher l'alarme incendie. La fin de matinée approchait et la chaleur du mois pénétra lentement dans la pièce, en même temps que les élèves en avance. La sonnerie retentit et elle alla fermer la porte. Les retardataires écoperaient d'une mauvaise surprise. Non pas qu'elle en avait quelque chose à faire qu'ils arrivent après l'heure ; il s'agissait juste d'une bonne excuse pour qu'elle les maltraite. On a les satisfactions qu'on mérite...
L'enseignante retourna ensuite s'assoir à son bureau. Prise d'une soudaine humeur, elle décida de les noter sans les avoir prévenu.
« Sortez une feuille. Interrogation sur le dernier chapitre, avant de faire l'expérience d'aujourd'hui. »
En entendant les soupirs et les exclamations, elle ne retint pas un sourire en coin ; pas la peine de cacher sa joie de les contrarier. Elle nota une dizaine de questions au tableau d'une écriture élégante.
« Vous avez dix minutes. Silence complet ou je vous mets chez le directeur. »
Elle se rassit et fustigea du regard les quelques bavards persistants, la plupart baissant aussitôt leur nez sur leur feuille. Les jambes croisées impeccablement sur le côté, elle se laissa aller contre le dossier de son fauteuil et d'un regard indolent surveilla la bande de gamins qui lui faisait face.


gif by tumblr # code by shiya.




© TAZER.
When the days are cold and the cards all fold and the saints we see are all made of gold. When your dreams all fail,and the ones we hail are the worst of all and the blood’s run stale. I want to hide the truth I want to shelter you. But with the beast inside there’s nowhere we can hide.
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mer 17 Avr - 21:14

Y'a des choses, on s'en fout.



Interro surprise? Well. Interro surprise alors.

Toujours parfaitement à l’heure, évidemment. Au moment même où la sonnerie retentit, tu sors déjà tes affaires, tranquillement assis au troisième rang depuis une petite trentaine de secondes que tu es, Ezechiel. Arriver en retard, c'est bon pour les faibles qui veulent se faire remarquer dans leur propre médiocrité. Tu ne pourrais donc souffrir que le moindre retard soit inscrit sur ton bulletin, plutôt mourir. Bulletin parfait nécessaire, cette putain de perfection qui te poursuit partout oblige.

Et pourtant tu te mets au troisième rang, presque le dernier. Tout simplement pour prouver à l’ensemble du monde –enfin, de la classe…- que tu es un gros glandeur qui n’en rame pas une en cours. On dirait bien que l’Indien aux cheveux roses que tu es n’en rame jamais une, effectivement. Jamais on ne te voit le nez plongé dans des bouquins. Pour la simple et bonne raison que tu attends que tout le monde dorme pour le faire. Au moins, pendant que tu passes pour le boloss de première qui ne travaille jamais, tu as la paix. Les gens se demandent souvent si les bonnes notes que tu finis invariablement par récolter tombent du ciel, tu te contente de leur asséner avec un grand sourire ; « Coup de bol ».
Et tu as l’air tellement abruti tandis que tu hausses les épaules avec ton expression d’ahuri de la vie qu’ils n’ont d’autres choix que de te croire.
Et l’être fourbe que tu es ricane sous cape, bien content de lui.

Bref, tu as beau avoir pénétré sur les lieux avec une confortable avance de 30 secondes sur la pire ennemie des élèves, la prof t’a devancé malgré tout. Et cette prof… Il faut bien avouer que si tu étais déjà, à la base, peu enclin à arriver en retard en cours, l’imprévisible Miss Greyson fournissait une raison supplémentaire d’être ponctuel.
D’ailleurs, tu te demande bien ce qu’elle a mijoté à l’attention des retardataires pour avoir l’air aussi satisfait en refermant la porte. Baaah, au pire peu t’importe, cela ne te concerne pas, et sans doute trouveras-tu même cela à mourir de rire, sous ton masque d’être innocent et choqué par tant de haine.
Mais même si tu l’avais voulu, tu n’aurais guère eu le temps de t’appesantir sur la question que résonne une annonce sympathique pour les pauvres élèves maltraités que vous êtes tous de ce côté-ci du grand bureau professoral.

-« Sortez une feuille. Interrogation sur le dernier chapitre, avant de faire l'expérience d'aujourd'hui. »

Le temps de, pour la forme, joindre ta voix au concert de protestations –lesdits signes de mécontentement semblant satisfaire ton enseignante, d’ailleurs- et de sortir une BELLEEEEEE feuille avec des BEAUUUUUUX carreaux sur laquelle tu inscrivis rapidement ton nom, et tu as mobilisé toutes tes connaissances. Une chance que tu révises de manière régulière en prévision de ce genre de petits coups foireux. Les interrogations surprises ne te dérangent guère. Depuis le temps que l’on a augmenté de manière exponentielle ton niveau d’éducation, tu as l’habitude.
N’empêche qu’alors que tout le monde pique du nez sur sa copie, tu joues à l’abruti en regardant les questions d’un air perplexe. Et au bout d’un long moment de silence –peut-être un tiers du temps imparti s’était-il écoulé…- tu lèves la main, et poses une question CAPITALE sans attendre qu’on t’offre la parole.

-« Madame. Est-ce qu’on est obligé de répondre avec des phrases complètes ? »

Et tu attends avec un ravissant sourire de crétin que ladite madame réponde, en passant la main dans l’abondante tignasse rose qui te sert de chevelure. Tu n’as toujours rien écrit d’autre sur ta feuille que ton patronyme complet.
Et pourtant, tu connais les réponses à chacune des dix questions.
S’il est nécessaire de répondre avec des phrases claires et construites, tu vas devoir écrire vite, Ezechiel. Très vite. C’est à un petit jeu risqué que tu joues là.



They're fucking awesome:
 
Invité
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Jeu 18 Avr - 8:57

« ... Fait chier. »

À mort l'école.
C'est ce que plus de la moitié des élèves se répètent sans cesse. Tous des moutons, tous des idiots qui savent même pas profiter de ce qu'on peut leur offrir. Certes, c'est blasant, c'est fatiguant, c'est chiant, mais c'est mieux que de rester vautrer dans son lit a faire sa larve comme un clochard dans son carton un jeudi matin. Bien sûr, les jeunes ont tendances à croire qu'il s'agissait là, d'un camp de vacance. Or si l'éducation nationale se casse le cul pour tout ça ; c'est surtout pour qu'ils aient au moins un truc dans le crâne.
Au moins.

Mais pas Gaspard. Gaspard était grand, Gaspard était imposant et personne ne se doutait qu'il faisait parti des stupro, qu'il sera plus tard parmi les politiciens - s'il réussit bien. Les gens sont tous des stéréotypes, grand & costaud = con. D'un côté, ça l'avantage bien qu'on puisse croire ça de lui et d'un autre ; il ne faisait rien pour prouver le contraire. C'est peut-être ça le problème, le fait qu'il se bougeait pas tant que ça.

S'il devait se bouger, alors il irait au tableau et faire le con. Dire ce qu'il pense de ce cours qui n'allait certainement pas l'emmener vers la gloire et qui lui servirait à rien plus tard. Eh oh, faut pas pousser, y a bien des cours dont on s'en tape comme l'an quarante et plus encore. Dont on a envie de gueuler RÉVOLUTION et de jeter les chaises par la fenêtre.
Mais on peut rêver.

Ce n'est qu'à peine que la prof leur balança en pleine gueule ; INTERROGATION SURPRISE qu'il ne se priva pas pour s'exprimer son mécontentement sur la chose. Qu'est-ce que les adultes pouvaient être garces, parfois.
Surtout les femmes.

Mais regardez là, avec son air et sa carrure de femme d'affaire, il ne serait pas étonnant qu'elle soit partie sous le bureau de Cerrucci pour avoir cette place, sachant que les adultes ont tout de même pas mal d'autorité entre ces quatre murs.
Fait chier.

« Madame. Est-ce qu’on est obligé de répondre avec des phrases complètes ? »

...

« Non non, écris juste une lettre, ça devrait suffire. »
Tant pis pour le directeur, mais la question conne de l'autre l'a trop irrité pour ça.
L'art et la manière d'user d'un vrai sarcasme pour prendre l'autre pour un con. Il était sérieux avec sa question l'autre ? On posait cette question quand on était en primaire ou limite au collège, pas à ce niveau d'études, bon sang.

Le pire, c'est qu'il est sûr d'avoir déjà vu sa tête de... C'est quoi cette coupe, sérieusement. Ne pas cherchez plus loin, ça serait se donner un mal de crâne pour rien.
Vraiment, pour rien.

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Dim 21 Avr - 15:21

C
’était couru d’avance : Charlie allait être en retard à son cours de physique.

Premièrement, elle détestait ce cours. Les atomes, mos atomes, molécules et autres propriétés chimiques l’agaçaient au plus haut point. A quoi servait le fait d’apprendre que le monde était constitué d’atomes ? Que certains mélanges dont on ne se servirait jamais, pouvaient exploser ? Certes, cela pouvait être utile si on avait des attraits à la pyromanie. Et encore. Un bon briquet pouvait très bien suffire. Mais évidemment, ces cours étaient obligatoires, et plus que barbants. La plupart des heures physique, elle les passait à dessiner des monstres sur son cahier. Des monstres ressemblant étrangement au professeur qui débattait plus ou moins son cours.

Cependant, elle essayait d’arriver à l’heure à ces cours-ci, simplement parce que Greyson lui faisait… Peur. Oui. Son regard lui apparaissait sadique, ses mains étaient des pinces crochues qui ne demandaient qu’à lacérer la peau de ses élèves débiles. Alors, quand elle arriva devant la porte et que celle-ci venait à peine de se refermer, elle fit face à un dilemme : devait-elle sécher ? Ou prenait-elle le risque d’ouvrir la porte maudite pour s’attirer les fureurs du diable ? Elle s’arracha deux cheveux, avant d’en raccourcir un et de les mettre dans sa main pour ne pas pouvoir les distinguer. Bon. Le plus court, je sèche, le plus long, je reste. Elle soupira un long moment, comme pour se concentrer. Puis elle en prit un au hasard. Fait chier. Elle avait tiré le plus long, bien évidemment. Ce qui lui voudrait alors un long cours ennuyant de physique-chimie, ainsi que les foudres de Greyson. Avec un peu de chance, elle sera de bonne humeur…

Poussant la porte et faisant mine d’être essoufflée, elle regarda le professeur à son bureau. « Bonjour ! Désolée de mon retard… » Elle s’installa à la première place libre, avant de constater à moitié surprise, qu’il y avait un devoir. Surprise, justement. Ahah. Génial. Le sort s’acharne. Elle sortit une feuille avant d’ouvrir sa trousse. Charlie laissa soudainement sa tête tomber sur la paillasse, avant de la frapper une ou deux fois de suite, d’un geste désespéré. Pourquoi je ne suis pas resté au lit, moi… Eh oui. Car évidemment, Charlie ne révisait jamais la physique.





Pensées
« darkcyan »
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Dim 21 Avr - 19:04

Baby you're a firework.
« Et meeeeerde.... quique non j'apprend toujours mes cours. 8D » PV du monde. ♥


Assise à sa table Daphné sursauta quand la sonnerie retentit. Elle était déjà dans la salle depuis environs vingt secondes, et en attendant s'était mise à observer les gens déjà présents dans la salle à savoir.... très peu de monde. Certains étaient encore dans les couloirs à tenter de se frayer un passage dans la foule d'élèves qui se trouvaient dans les couloirs étroits. A cette pensée, Daphné eut un petit sourire sadique qui était peu habituelle chez elle. Quoi? Ça ne vous était jamais arrivé de sourire en pensant que les gens que vous haïssiez étaient en train de galérer? Ahahahah, je le savais. Je sais tout.

Les autres élèves rentrèrent en classe et se placèrent à leur table tandis qu'au second rang Daphné regardait la prof sortir ses affaires et les placer sur son bureau. Elle ne savait pas pourquoi mais elle avait un mauvais pressentiment en regardant le sourire en coin sur le visage de Mme Greyson. Daphné n'avait pas tellement confiance en ses professeur si bien qu'elle se méfiait de tout ce qui paraissait louche venant de leur part. Mme Greyson se releva sous le regard intrigué de Daphné en disant;

« Sortez une feuille. Interrogation sur le dernier chapitre, avant de faire l'expérience d'aujourd'hui. »

La blonde hésitait entre deux réactions; mêler sa voix aux autres qui protestaient ou se cogner la tête contre sa ta... OH MAIS ELLE CONNAISSAIT TOUTES LES RÉPONSES DES QUESTIONS MAGAD. Puréééééééée je vais me grouiller de tout écrire avant d'oublier mes répoooooonses ahahahaah i'm in a dreaaaaam. *<* Si un smiley pouvait décrire la tête que Daphné faisait ce serait sûrement "8D" "*Q*" "iWi" ou "°^°". Bref, elle écouta distraitement les instructions de son professeur et sortit une feuille sur laquelle elle inscrivit son nom d'une écriture gracieuse et classe.... comme elle. Ou pas. Elle se mit à recopier les question puis répondit à toutes en écrivant vite alors qu'une voix la sortit de son euphorie.

« Madame. Est-ce qu’on est obligé de répondre avec des phrases complètes ? »

Tient elle n'avait pas remarqué Ezechiel -pourtant des cheveux roses ça ne se rate pas.- Si il n'était pas mignon, elle se serait fracassé la tête contre sa table de désespoir. Qu'il pouvait être con des fois cet enfant.

« Non non, écris juste une lettre, ça devrait suffire. »

Il venait de dire ce que Daphné pensait tout bas. Se replongeant dans ses pensée, Daphné se remit à écrire aussi rapidement qu'elle le pouvait histoire d'en finir rapidement avec ce putain de contrôle. Alors qu'elle venait juste de terminer, quelqu'un entra dans las salle.

« Bonjour ! Désolée de mon retard… »

Une brune qui était chez les Appesos, Daphné la connaissait de vue mais ne connaissait pas son prénom. Elle s'installa à la première chaise qui était près d'elle à savoir à côté de Daphné. Cette dernière lui jeta un regard compatissant quand elle se fracassa la tête contre sa table en se frappant. Pauvre petite. Inconsciemment Daphné lui patpata la tête machinalement. Elle savait ce que ça faisait de se retrouver en plein contrôle sans ne savoir aucune réponse.Posant son regard violet sur la brune désespérée, Daphné lui murmura;

« Courage. »


MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Lun 22 Avr - 21:16

Come on let your
colors burst

    « Sortez une feuille. Interrogation sur le dernier chapitre, avant de faire l'expérience d'aujourd'hui. »

... Dis-moi. Pourquoi tu te doutais de ça ? Pourquoi t'étais sûre en voyant sa tête quand t'es rentrée dans la classe, qu'elle allait vous faire un coup foireux ? Eh bien, peut-être parce que tu l'adores cette prof. Non, non, ne faites pas cette tête : Bianca adore réellement Mme Greyson. Pourquoi ? Mais parce que c'est une gaaarce ! Puis aussi parce que de base tu aimes la physique chimie. Donc bon : tout bénef !

Oh, évidemment il y a eu des protestations, mais pas de ta part. Toi tu devais plutôt te retenir de sourire de toutes tes dents. Pour ne pas paraitre suspecte, voyez-vous. Tu fais donc un effort pour rester aussi neutre que possible, voir faire un peu la gueule pendant que tu sors une feuille d'une pochette. Tu regardes les questions au tableau et tapes légèrement tes talons contre le carrelage : c'est si simple ! Et au moins ton geste peu faire croire que tu es mécontente.

    « Vous avez dix minutes. Silence complet ou je vous mets chez le directeur. »

Seigneur, non. Tu l'aimes de plus en plus : un aller simple vers le directeur ! Mais... Tu ne peux pas te le permettre. Non. Après il te verrai d'un mauvais œil, et ce n'est certainement pas de cette façon que tu vas... Bref. Tu secoues la tête en claquant une nouvelle fois un talon contre le sol, un peu plus fort que voulu, ce qui te vaut un regard de la part de la personne à côté de toi. Un problème, connasse ? Tu chuchotes un "désolée" du bout des lèvres.

Mais où en étions-nous ? Ah oui : nom, prénom, classe, date; tu réécris ensuite les questions avec en-dessous de chacune sa réponse au fur et à mesure. Tu en es à la quatrième quand un importun se manifeste.

    « Madame. Est-ce qu’on est obligé de répondre avec des phrases complètes ? »

Tu lèves les yeux au ciel. Mais bien sûr que oui du con ! Retour à la copie.

    « Non non, écris juste une lettre, ça devrait suffire. »

Merci bien. Tu soupires en continuant ton travail. Cinquième question.

    « Bonjour ! Désolée de mon retard… »

... Inspiration. Expiration. Inspiration. Expiration. Zen, Bianca. Continues de travailler. Septième question. Tu regardes ta montre : il reste quatre minutes; tranquiiille.

© Mzlle Alice.
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mar 23 Avr - 12:59










Je m'assois à une table au hasard. Apparemment il n'y a pas de plan. J'aime beaucoup la physique-chimie, surtout pour faire les expériences, au moins on ne s'ennuie pas. Bon par contre, je ne suis pas réveillé. Je sors lentement mes affaires lorsque j'entends la prof dire qu'elle nous fait interro surprise. Elle a l'air d'une espèce de sadique avec son sourire en coin, comme si ça l'amusait de nous en faire une. Bon, je n'ai pas à m'inquiéter, j'ai tout appris. Bon, en vérité, si. Je dois m'inquiéter, parce qu'à chaque fois, ça ne loupe pas. Je crois avoir bon, mais je pourrais avoir moins de zéro. Pourtant je crois connaitre la réponse à toutes les questions... On verra bien.

Elle nous laisse vraiment pas beaucoup de temps... Je regarde ma feuille vide pendant 3 bonnes minutes quand j'entends la question d'un gars de la classe. Il est stupide ou il fait exprès ? " Madame. Est-ce qu’on est obligé de répondre avec des phrases complètes ?" Je me retourne pour voir l'auteur de ça, et c'est un gars vraiment bizarre. C'est vrai que des cheveux roses, c'est pas commun. Heureusement que quelqu'un lui répond. Je réponds enfin aux questions, même si je bloque sur certaines. La dernière me pose un gros problème. Je vais la laisser, je ne connais pas la réponse et le temps doit bientôt être écoulé. Cependant, ça semble durer toute l'heure. Peut-être qu'il n'y a qu'une minute de passée.

Je relis ma copie deux trois fois avant de retourner à l'ennui total. Elle veut nous tuer dès le début du cours ou quoi ? Je baille avant de re-regarder ma feuille. Je n'ai vraiment rien d'autre à faire. Je me décide finalement à lever la main pour demander ce que l'on doit faire quand on a terminer.

« Madame. Qu'est-ce qu'on fait quand on a terminé ? »


J'ai dû agiter le bras pour qu'elle me voit. Génial.


MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mar 23 Avr - 20:41

Eh, toi, là.



Oui, toi. Shut up.

-« Non non, écris juste une lettre, ça devrait suffire. »

Ah ah ah.

Il te prend pour un con, celui-là. Ca se voit, ca s’entend, pas besoin d’être un génie pour comprendre. Bien sûr, c’était ton but, mais son regard condescendant, son ton plein de sarcasme, ils t’énervent. Tu fixe ce mec avec beaucouuuuuup de calme, il serait évidemment stupide de te trahir maintenant. Il ne te faut pas trois secondes pour retrouver son nom ; après tout, il est dans ta classe, et même si tu prétends que tu n’es pas physionomiste pour deux sous… Ce n’est qu’un mensonge de plus, tu retiens très bien les visages des gens, et les actions qui y sont associés.

Et les mensonges que tu leur a sortis, évidemment.

Tu as envie de lui répondre vertement. De lui sortir une des phrases cassantes dont tu pourrais avoir le secret, tu as même envie de l’insulter. Mais pas gratuitement. En chiricahua, histoire que ce Gaspard ne comprenne plus rien à sa vie.
Mais tu te contentes de lui adresser un grand, non, un immense ! sourire reconnaissant. Genre tu n’as pas compris l’ironie de la situation, et tu es vraiment content qu’il ait daigné t’aider.

-« Oh, merci pour ce conseil, franchement ! Mais le problème c’est qu’avec une seule lettre, ca fait plusieurs réponses… Hmmmm… Bon, je verrais si je peux faire ça la prochaine fois. Merci, en tout cas ! » finis-tu par lancer avec enthousiasme, d’une voix forte, histoire que tout le monde -surtout la prof, pas envie qu'on te tabasse pour bavardage- entende.

Tu conclus avec un petit regard censé montrer à ton camarade que tu as envers lui une dette et une reconnaissance éternelles. Alors que tu as juste envie de lui faire ravaler sa moue hautaine.

Sur ce, 4 minutes sont passées, il ne t’en reste plus que 6, il est temps de se magner la rate, Ezechiel. Ce serait dommage que malgré tes révisions, tu aies une mauvaise note, tout ça parce que tu as voulu jouer un peu.
Ton stylo court sur le papier, à une vitesse folle. Tu speedes, ouais. Tu te demande s’il y en a qui croient que tu vas te contenter de mettre une seule lettre, comme on te l’as conseillé, et tu ricanes sous cape. Oui, tu trouves cette situation fort comique. Il en faut peu pour être heureux, je suppose.

Tu ne jettes qu’un rapide regard de circonstance à la retardataire. Tu ne la connais pas, ca doit être une Appeso, tu t’en fous. Tu espère qu’on enlèvera des points à son groupe. Premièrement, ca arrangerait tes propres affaires, deuxièmement, tu ne supportes pas les retardataires.
Tu n’écoutes pas ses excuses hypocrites, tu te reconcentre sur ton contrôle, qui est quand même beaucoup plus important qu’un être suffisamment médiocre pour se permettre ce genre d’écart avec le règlement.

-« Madame. Qu'est-ce qu'on fait quand on a terminé ? »

C’est qui ca ? QUI a osé finir avant toi ? QUI ? QU’ON LE CHATIE EN PLACE PUBLIQUE ?
Encore quelqu’un que tu ne connais pas. Rah. Tant pis.

Parce que, quelques dizaines de secondes plus tard, toi aussi tu as fini. Tu as envie de plussoyer cette question, vraiment. Mais premièrement ca ne correspond pas au rôle que tu emprunte, secondement tu es occupé à relire les PHRASES COMPLETES –oui, oui, ta question n’était que pure rhétorique- que tu as fait l’effort d’écrire.
Et quand tu es satisfait, tu remballes ton stylo, croise les bras sur ta nuque, et te vautre avec superbe dans ta chaise.
Ezechiel, un Indien rose qui a du style. Bitch plz.



Spoiler:
 


They're fucking awesome:
 
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Ven 26 Avr - 18:12


BABY, YOU'RE A FIREWORK.
You'll kneel before the queen.
# STUPRO & APPESO

HEHO LES ZOZOS qui sont tout seuls, arrangez-vous par MP pour le changement de place; ce sera plus drôle si vous êtes par paires.

(Ezechiel, c'pas grave t'inquiétes.)
Le précieux silence qui régnait ne dura pas bien longtemps, et Lana se tendit sur sa chaise en voyant un élève lever la main pour lui poser une question. Il n'y avait strictement rien de compliqué à cette interro, et elle était déjà persuadée que l'intervention serait d'une totale inutilité avant même qu'il n'ouvre la bouche.
« Madame. Est-ce qu’on est obligé de répondre avec des phrases complètes ? »
L'enseignante ne chercha même pas à cacher sa consternation. Un soupire lui échappa, suivi d'un haussement de sourcils signifiant clairement la stupidité de son intervention à l'élève. Comment s'appelait-il, déjà ? Ezechiel ? Elle ne le reconnaissait qu'à sa tignasse. Par dessus son bureau, elle jeta un oeil à la feuille pratiquement blanche de l'étudiant, et un sourire moqueur se dessina sur ses lèvres. Elle s'apprêtait à répondre avec l'infime restant de politesse qu'elle possédait, quand un autre gamin la prit de vitesse.
« Non non, écris juste une lettre, ça devrait suffire. »
Celui-ci marquait un très bon point. Lana ne l'aurait presque pas mieux dit. Elle y aurait quand même mis un peu plus de raffinement, mais que pouvait-on attendre d'un adolescent ? Ce qui restait le plus inacceptable était qu'elle ne lui avait pas donné la parole, et qu'il dérangeait plus encore le silence que Lana appréciait tant. Elle se leva et commença à avancer dans l'allée entre les tables, jetant des regards d'avertissement à quelques bavards qui ne pouvaient s'empêcher de murmurer à leur voisin, même pendant une évaluation. La porte s'ouvrit à nouveau, laissant entrer une retardataire. Un sourire fleurit sur les lèvres de Lana ; mauvaise augure pour la jeune fille en question.
« Oh, merci pour ce conseil, franchement ! Mais le problème c’est qu’avec une seule lettre, ca fait plusieurs réponses… Hmmmm… Bon, je verrais si je peux faire ça la prochaine fois. Merci, en tout cas ! »
Lana s'arrêta net au milieu de l'allée, et plusieurs visages surpris se tournèrent pour voir ce qu'il se passait. Fatiguée de leurs gamineries, et de l'évident manque de respect pour elle dont ils faisaient preuve en ignorant ses instructions, elle décida de sévir. La réponse était certes agréablement cinglante d'ironie - ou du moins, c'était ainsi qu'elle sonnait aux oreilles de Lana - mais la brune n'était absolument pas dupe. Si Ezechiel pensait pouvoir éviter ses foudres en jouant l'élève modèle répondant poliement à un camarade, il se trompait grossièrement. Heureusement pour lui, Lana était plus intéressée par la retardataire. Elle se contenta donc d'attraper le livre de physique-chimie posé sur une table près de là et de donner un coup sec à l'arrière du crâne de l'élève, avant de pointer sa feuille du doigt.
« Vous avez mieux à faire que bavasser. », assena-t-elle d'une voix qui ne tolérait aucune réponse, avant de se détourner.
« Madame. Qu'est-ce qu'on fait quand on a terminé ? demanda alors un autre élève.
- On apprend la patience. » répliqua-t-elle sans se retourner, arrivant finalement à la hauteur de Charlie. « Debout jusqu'à nouvel ordre. » dit-elle d'une voix impéreuse, et sans attendre elle tira sur la chaise de la jeune fille avant de la pousser hors de portée.
« Et il vous reste deux minutes. »
Elle retourna s'assoir en gardant un oeil sur la retardataire. Si elle était maline, elle ne protesterait pas et ne prendrait pas de risque stupide. L'envoyer chez le directeur serait certes moins drôle que de la regarder rester inconfortable derrière sa table, mais Lana était trop bornée pour laisser un élève lui tenir tête ; elle passerait donc directement au renvoi du cours. Heureusement, les tables du laboratoire étaient plus élevées que dans les salles habituelles, ce qui faciliterait un peu l'écriture pour la demoiselle Cameron.
« Faites passer les copies à l'avant. Silence complet ou c'est zero. Une fois que j'aurai toutes les feuilles, ceux qui sont seuls se mettront avec quelqu'un. Encore une fois, en silence - je sais que c'est difficile pour vous de ne pas jacasser au moindre déplacement, mais faites un effort. Les expériences d'aujourd'hui seront bien assez bruyantes à votre goût. » Un sourire de prédateur étira brièvement ses lèvres, avant qu'elle ne retrouve tant bien que mal son masque habituel. « Tout est déjà prêt, vous n'avez qu'à suivre les indications que j'ai placé sur une feuille à chaque table, et à utiliser les bons liquides, qui sont normalement à votre portée. Bien sûr, la connaissance du cours précédent pourrait aussi vous être utile - oui, celui sur lequel vous venez de décrocher une glorieuse note, je n'en doute pas ! - le but étant bien sûr de prouver que la solution est électriquement neutre. » Sarcastique, Lana ? Pas le moins du monde.


gif by tumblr # code by shiya.




© TAZER.
When the days are cold and the cards all fold and the saints we see are all made of gold. When your dreams all fail,and the ones we hail are the worst of all and the blood’s run stale. I want to hide the truth I want to shelter you. But with the beast inside there’s nowhere we can hide.
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mar 30 Avr - 22:59

Come on let your
colors burst

    « Oh, merci pour ce conseil, franchement ! Mais le problème c’est qu’avec une seule lettre, ça fait plusieurs réponses… Hmmmm… Bon, je verrais si je peux faire ça la prochaine fois. Merci, en tout cas ! »

Mais ta gueuuuuuuule ! Tu fermes super fort les yeux et te pinces l'arête du nez en soupirant discrètement, essayant de n'attirer les regards de personnes. Une fois cela fait, tu reposes les yeux sur ta copie et achèves ta réponse.

    « Vous avez mieux à faire que bavasser. »

Oh oui, maître. C'est tellement ça. Et vu le bruit sourd qu'il y a eu avant, quelqu'un à du se prendre quelque chose quelque part. Hahaha. C'est bien l'une des seules voix que tu peux supporter quand tu écris.

    « Madame. Qu'est-ce qu'on fait quand on a terminé ?
    - On apprend la patience. »

... Heureusement pour cet urluberlu, tu viens de poser ton stylo. Pas la peine de t'imaginer en train de le torturer donc. Quoique... L'idée est plutôt tentante. Mais la prof vient de répondre un truc tellement cool que finalement, non ! Tu pianotes silencieusement sur ta table en jetant un coup d’œil circulaire sur la classe alors que la prof somme à la retardataire de faire son interro debout. Sale... Enfin. Elle avait qu'à être à l'heure.

Ah, bah oui. C'est bien ce que tu te disais : le premier débile qui l'a ouverte, c'est Ezechiel. En deux ans que tu es là tu ne lui as pas vraiment parlé, mais tu l'as déjà entendu déblatérer bon nombres de bêtises -pour ne pas dire autre chose-. Et si ton ouïe ne te trompe pas... Oui, ça doit être Gaspard, le mec aux cheveux rouges, qui l'a rembarré. Lui aussi tu ne lui as pas vraiment parlé en deux ans -voire même pas du tout..? Hm.-, mais tu furettes assez pour savoir son nom.

Tu écoutes attentivement les instructions de Mme Greyson, faisant passer les feuilles des gens derrière toi et la tienne à la personne de la première rangée juste devant toi. Et, hmm... Tu as bien une fille à côté de toi, mais elle a elle-même une autre meuf à côté d'elle. Puis de toute façon vous êtes séparées par l'évier au milieu de la table. Donc... Étant donné que tu es au deuxième rang tu ne vas pas bouger tes fesses; Viendra qui voudra. En priant pour que ce ne soit pas Ezechiel ou n'importe qui d'autre susceptible de faire foirer l'expérience.

© Mzlle Alice.


Invité
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Ven 3 Mai - 10:48

« ... Fait chier. »

« Mais le problème c’est qu’avec une seule lettre, ca fait plusieurs réponses… Hmmmm… Bon, je verrais si je peux faire ça la prochaine fois. Merci, en tout cas ! »
... God why.
Il a fallu que cet imbécile trouve encore la stupidité nécessaire pour répondre. Coco, tu fais le mariole, tu devrais au moins te taire et te concentrer sur ta feuille, avant de paraître plus con que tu sembles l'être. Mais regardez moi ça. Cheveux roses, en épis et dégaine digne d'un véritable clodo. Mais retourne dans ta campagne, putain, saleté de métisse mal foutu.
Rha, la rage.

« Bonjour ! Désolée de mon retard… »

... Merde.
Ce n'était pas la camionneuse de l'autre fois ? Elle est donc bel et bien à Falcone. Fait chier, il a fallu qu'il soit dans le même cours que cette dingue qui est impossible à voir en peinture. Calme, calme... S'emporter et vouloir l'insulter n'allait rien t'apporter, hein Gaspard ? Bien sûr que tu le sais, pas la peine de te le rappeler. C'est juste que ton regard méprisant est trop voyant... Calme.


« Bien sûr, la connaissance du cours précédent pourrait aussi vous être utile - oui, celui sur lequel vous venez de décrocher une glorieuse note, je n'en doute pas ! - le but étant bien sûr de prouver que la solution est électriquement neutre. »

Waza banzai sa mère de sa race. Rien compris. Bordel, commencer avec de telles formules n'était vraiment pas sa tasse de thé. Autant il peut être studieux, attentif et tout le reste, autant il pouvait avoir une flemme immense. Mais ça va lui servir à quoi, tout ça ? Quand il sera plus ici, mais dans un milieu politique, il va sortir un truc pareil pour impressionner le reste ? Ah ah. La bonne blague, autant parler chinois, ça fera un meilleur spectacle.

« Ayah, ayah... »

Bon au moins, il n'a pas été envoyé chez le dirlo pour l'avoir ouvert. Donc, on se concentre un minimum et on écrit. N'importe quoi, ce qui peut être compté comme une réponse. Histoire de vite en finir avec cette exercice, ce n'est pas vraiment une solution de rester glander devant la même chose pendant toute cette heure.
Go go go.
Motivation.
On y crois.

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Ven 3 Mai - 12:21

Blawwwww.



Mais oui, ce cours va roxxer du jus de poulet.

Ouch. Un coup de bouquin –surtout de physique-chimie, c’est lourd ces bestioles là- à l’arrière du crâne, même quand on a une abondante chevelure pour amortir le choc, ca fait mal. Pis, c’est assez humiliant aussi, hein Ezechiel ? Baw, tu t’en fiches. Enfin, tu feins t’en ficher comme de ta première teinture, mais au fond tu sais que tu rumineras ça dans ton lit ce soir.
L’essentiel restant que tu as terminé ton contrôle, et que tu as beaucoup aimé la façon dont la professeure a puni la retardataire. Est-ce que tu as déjà dit que tu détestais les retardataires ? Oui ? Bah, tant pis, tu le redis, si ca leur plait pas, c’est pareil. Etre en retard en cours dénote un manque de sérieux qui t’es insupportable.
Bref. Tu fais passer ta copie au premier rang dans le plus grand silence. Tu es plutôt content de toi.

-« Une fois que j'aurai toutes les feuilles, ceux qui sont seuls se mettront avec quelqu'un. Encore une fois, en silence - je sais que c'est difficile pour vous de ne pas jacasser au moindre déplacement, mais faites un effort. Les expériences d'aujourd'hui seront bien assez bruyantes à votre goût. »

Une expérience bruyante, hmmm ? Le sourire de Mme Greyson ferait peur à un requin, mais tu as beau te dire que c’est plutôt mauvais signe, surtout avec quelqu’un d’aussi imprévisible qu’elle, tu n’arrives pas à t’inquiéter. Tu as trop confiance en toi pour ce genre de truc, probablement, et sa phrase n’a réussi qu’à éveiller ta curiosité.

Bref. Considérons que, vu qu’il n’y a personne à moins de 20 centimètres de toi, tu es seul. Tu négliges complètement les étudiants les plus proches de toi, tes camarades Stupro n’ont pas le droit au moindre regard non plus, non, toi tu te contentes de traverser de façon impassible la moitié de la classe.
Tu te juges intelligent, tu t’octroies donc le luxe de choisir ton partenaire de TP, en fonction de tes affinités, et pas de ses capacités. Si ca se trouve, Miss Greyson ne te laissera pas faire, mais ça ne coute rien d'essayer.

Et ton dévolu est allé sur Miss Moreau.

-« Coucou Daphniiiiiie ! Une fois de plus, tu es plus belle que jamais aujourd’hui, hu hu. Tu ne cesseras jamais de me surprendre. » souffles-tu en guise de salutation.

Oui, tu sais, ça fait gros lourd, mais tu n’as pas pu t’en empêcher. Tu te retiens de pouffer devant ton propre ridicule, et tu restes 100% sérieux, comme si c’était vraiment les phrases plus délicates que tu pouvais sortir.

-« Bref, on se met ensemble pour l’expérience ? »

La flemme de faire une belle phrase de transition digne d'une dissert' de philosophie.



They're fucking awesome:
 
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Ven 3 Mai - 13:30

Baby you're a firework.
« Et meeeeerde.... quique non j'apprend toujours mes cours. 8D » PV du monde. ♥


Après avoir fait passer sa copie devant, Daphné tourna la tête sur la place vide à côté d'elle et posa son sac sur la chaise histoire que ce soit plus pratique pour sortir ses affaires. Bah quoi? Il n'y avait personne alors autant en profiter. Ne pas avoir d'amis peut avoir des avantages huhuhu.. bon d'accord ma gueule. Il y avait toujours un silence pesant dans la classe, malgré les bavardes de quelques uns. Daphné quand à elle posa son menton sur ses mains et attendis. Attendis quoi? Bah le déluge /PAN/ Non plus sérieusement elle attendait la suite des instructions qui ne tardèrent pas à arriver.

« Bien sûr, la connaissance du cours précédent pourrait aussi vous être utile - oui, celui sur lequel vous venez de décrocher une glorieuse note, je n'en doute pas ! - le but étant bien sûr de prouver que la solution est électriquement neutre. »

Son petit sourire en coin fit un peut flipper Daphné, il fallait dire les choses comme elles étaient. Quoi? OMG VA Y AVOIR DES EXPLOSIONS PARTOUUUT, LA SALLE VA DEVENIR BLEUE DE LA FUMÉE VERTE SORTIRA DE PARTOUT ON VA TOUS MÛRIIIIIIIR. Bref, restons calme. Inspiiire, expiiiiiiiiiiiire. /PORTE/ Elle regarda autour d'elle histoire de voir avec qui se mettre. La moitié des gens avaient déjà un partenaire, et elle hésitait à aller vers des gens qu'elle ne connaissait pas très très bien. ui bon à la base Daphné n'avait pas de mal à aller vers les gens, mais là elle devait dire qu'elle était plutôt mal à l'aise. Elle se mit donc à gribouiller sur une feuille en attendant que quelqu'un vie..

« Coucou Daphniiiiiie ! Une fois de plus, tu es plus belle que jamais aujourd’hui, hu hu. Tu ne cesseras jamais de me surprendre. »

Wow c'était allé vite. Daphné releva la tête en ayant reconnu la voix d'Ezechiel. Elle lui sourit en voyant ses cheveux roses plutôt entreprenant. Cela faisait un bon bout de temps qu'elle ne lui avait pas parlé à cet indien wauze tient, aussi elle lui répondit souriante;

« Salut Ez'! Merci du compliment hu hu. ~ »

« Bref, on se met ensemble pour l’expérience ?»

Elle le fixa un instant de ses yeux violets et réfléchit une seconde. Bah, personne ne viendrait lui proposer de se mettre avec elle, et puis Ezechiel était plutôt sympathique -et mignon huhu /PAN/- alors elle lui répondit en lui souriant;

«Oui pourquoi pas.»

Elle retira son sac de la chaise située à sa gauche et se mit à réfléchir à ce qui était demandé sur la feuille. Elle portait bien sa couleur de cheveux tient, d'habitude elle comprenait ce qui était demandé dans les expériences mais là.. sûrement parce qu'elle était blonde elle eut du mal à comprendre ce qui était demandé. Tant pis, elle comprendrait après avoir relut plusieurs fois la fiche.


MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Ven 3 Mai - 17:14

« Faites passer les copies à l'avant. Silence complet ou c'est zero. Une fois que j'aurai toutes les feuilles, ceux qui sont seuls se mettront avec quelqu'un. Encore une fois, en silence - je sais que c'est difficile pour vous de ne pas jacasser au moindre déplacement, mais faites un effort. Les expériences d'aujourd'hui seront bien assez bruyantes à votre goût. »

Un sourcil haussé, elle obtempéra, observant d’un œil presque peiné sa copie s’éloigner d’elle, vierge d’encore deux réponses. La poisse. Enfin, elle pouvait continuer de lancer un regard dépité à la prof, cela n’arrangerait pas son cas. Vraiment pas. Ce qui était surprenant cependant, ce que pour une fois, elle ne s’était pas mise à râler ou à marchander cinq minutes de plus. La fatigue, surement, vu la nuit géniale qu’elle avait passée, à fixer le plafond de la chambre, attendant que la frustration passe. Et sa main droite avait morflé, au passage. Heureusement qu’elle était gauchère.

La serbe jeta un regard vers sa main, remettant en place le bandage avec soin. Ca ne faisait plus tellement mal, au fond, mais qu’on lui pose des questions n’était pas vraiment une bonne chose. Elle avait déjà toutes les peines du monde à ne pas se mettre à rager pour un rien. Les questions n’aideraient pas.

« Tout est déjà prêt, vous n'avez qu'à suivre les indications que j'ai placé sur une feuille à chaque table, et à utiliser les bons liquides, qui sont normalement à votre portée. Bien sûr, la connaissance du cours précédent pourrait aussi vous être utile - oui, celui sur lequel vous venez de décrocher une glorieuse note, je n'en doute pas ! - le but étant bien sûr de prouver que la solution est électriquement neutre. »

Fine. Elle était un peu dans la merde, et n’avait toujours pas bougé son cul. Oui donc, il lui fallait trouver un gens pour cette foutue expérience. Elle n’aimait pas ça, genre pas du tout. Et le désintérêt se voyait légèrement sur son minois tiré par la fatigue d’une nuit catastrophique. Secouant légèrement sa crinière rose –avec le dénommé Ezechiel ils faisaient presque tâche dans cette classe- elle se leva, remontant la bretelle de son débardeur large, découvrant une grande partie de son épiderme tatoué et pas qu’un peu. Oh, ce matin, elle ne s’était pas trop cassé la tête pour s’habiller. Un débardeur large blanc et sans fioritures, un jean sombre et une paire de baskets. Chevelure laissée libre, maquillage vite-fait, et voilà. Pas de bijoux, elle n’en portait jamais, par habitude.

Récupérant son sac, elle se leva, se rapprochant d’un type encore seul. Une espèce de géant semblant aussi sympathique qu’un ours qu’on aurait dérangé pendant son hibernation. Gaspard, si ça mémoire était bonne. Quelque chose du genre. Parfait.

« Je me permets. Que ça t’enchante ou pas, je crois qu’on a pas trop le choix. » Au moins, c’était clair.

Elle glissa ensuite son regard sur la feuille d’instruction posée sur la table, l’air franchement enchanté par la chose. Pour ensuite afficher un sourire en coin et reposer ses mirettes grises sur le gugus à ses côtés, lui glissant à voix basse :

« Faisons au moins semblant de trouver ça intéressant. Ca nous évitera d’avoir la prof sur le dos. »

Sauf s’ils faisaient une connerie, haha. Allons, ce gars était un Stupro. Il allait forcément être bon, quelle question.
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Dim 5 Mai - 16:47

O
h. Merde.
Greyson venait de lui ordonner de rester debout, certainement à cause de son retard. Bon, disons que ça aurait pu être pire… Il n’empêche que c’est tout de même dans cette désagréable position que Charlie termina son interrogation, répondant simplement à la première et seconde question. Bah, je me rattraperais dans une autre matière.
« Faites passer les copies à l'avant. Silence complet ou c'est zero. Une fois que j'aurai toutes les feuilles, ceux qui sont seuls se mettront avec quelqu'un. Encore une fois, en silence - je sais que c'est difficile pour vous de ne pas jacasser au moindre déplacement, mais faites un effort. Les expériences d'aujourd'hui seront bien assez bruyantes à votre goût. »
Regardant à sa gauche, elle regarda Daphné, prête à lui demander si ça ne la dérangeait pas d’avoir une gourde comme coéquipière pour cette expérience. Malheureusement, le jeune aux cheveux roses lui coupa l’herbe sous le pied. Elle regarda alors la salle, et vit le Poil de Carotte de l’autre jour. Ce mec s’imagine quoi ? Que parce qu’il a la carrure de Hulk tout le monde devrait avoir peur de lui ? Quel con. Elle allait se lever pour se mettre à côté de lui, histoire de le titiller et de lui casser les pieds, mais une fois encore, on la devança. Fronçant les sourcils, elle chercha une autre place, et cette fois-ci, n’attendit pas pour se mettre à côté d’une blonde qu’elle ne connaissait pas.
« Je peux me mettre là ? De toute façon, il me semble qu’il n’y a plus que nous deux… J’m’appelle Charlie. »
Elle posa son sac rempli de bricoles à terre, avant de sortir son trieur, presque vide dans le compartiment dédié à la physique chimie. Ayant complètement oublié l’interdiction de s’assoir du professeur, elle tira la chaise pour y poser son derrière, sans se douter qu’il y aurait sans doutes des représailles. Elle se tourna de nouveau vers Bianca, passant sa main dans ses cheveux et la regardant d’un air gêné : « Je ne suis pas très forte en physique, désolée… »





Pensées
« darkcyan »
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Dim 5 Mai - 18:15





Elle est drôle elle. Je veux juste savoir le temps restant. Elle le dit quand même c'est... Cool ? J'aime pas cette prof. On dirait qu'elle vient là juste pour faire chier les élèves. Et quand on est comme ça, normalement on aspire pas à devenir prof. Enfin, je pense. Je regarde ma feuille sans la regarder jusqu'à ce qu'elle annonce ce qu'il faut faire. Je sais faire ça. Je regarde la feuille de TP. Donc si on a pas mit ça sur notre devoir, c'était faux ? Je suis un peu dans la merde là. Je sais comment faire le TP, mais j'ai pas mit ça dans l'évaluation... Bon, c'est pas grave.

Quoique un peu quand même. Je rattraperai ça avec l'histoire, ou le français. Ce sera plus facile. Ou alors, le TP pourrait être noté. Ce serait bien ça, c'est facile de décrocher une bonne note. Je regarde le matériel puis la feuille. Ce sera rapide. Par contre, quand est-ce qu'on commence ? Je ne sais pas si je peux installer le matériel. Ah, quoi... ? Faut se mettre en binôme ? Oh non... Je soupire et regarde autour de moi. J'aime pas faire en groupe. Quand je ne connais presque personne j'entends. Et les groupes se font rapidement... Ah, je suis encore à la traîne. Je crois que je suis le seul qui ne s'est pas préoccupé du tout de cette consigne. On peut faire les TP seul non ? De toute façon, les groupes son formés. Ça fait une bonne excuse. Bon par contre, si je bloque, je serai un peu dans la merde. Je lève la main encore une fois.

-Euh... Madame... Je crois que... Que je suis tout seul... En fait. On est obligé d'être avec quelqu'un ?

J'ai l'impression de poser des question vraiment débiles.


MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mer 8 Mai - 17:27



Que guidaient ses convictions



Heather, d'habitude si ponctuelle, se mesurait à un problème de taille; À savoir son retard monstre. Elle était là, devant la porte de sa salle de cours, mal éveillée. Elle bailla un instant, et adossa son sac contre le mur pour faciliter son ouverture: Elle en sortit son carnet et un crayon de bois. Elle s'assit, et plaça la surface contre ses jambes. ❝ Désolée pour mon retard, ça ne se reproduira plus. ❞, elle écrit, s'appliquant.

Heather se releva ensuite, repassa d'un coup de main sa jupe et resserra sa cravate. Oui, un uniforme, simplement pour avoir l'air studieuse. Le genre de vêtement stricts qu'elle appréciait plus qu'un autre.

Inspirant un grand coup, elle poussa la porte de sa classe, et leva son carnet à l'attention des personnes présentes. Elle sentait son coeur battre à tout rompre dans sa poitrine et une pointe de honte titiller son coeur. Elle, en retard.

Impensable.

MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mer 8 Mai - 22:18

Come on let your
colors burst

En attendant que quelqu'un vienne -ou pas-, tu attires vers toi la feuille qui était sur le coin de ta table et commences sa lecture. Bon, bon, bon... Ça ne parait pas insurmontable !

    « Je peux me mettre là ? De toute façon, il me semble qu’il n’y a plus que nous deux… J’m’appelle Charlie. »

Euh... Ok ? Tu lèves les yeux vers la fille qui vient de te parler; la retardataire. ... Bien ! Tu l'accueilles avec un sourire en apparence amical. Ça aurait pu être un moche ou une apprentie pute, tu peux donc dire que tu as eu de la chance -en priant pour quelle ne soit pas un monstre de maladresse-. En plus comme elle a l'air de savoir faire la conversation, tu n'auras peut-être pas besoin de beaucoup parler; et ça veut dire que soit elle est sympa, soit elle aime baratiner : dans les deux situations tu peux t'en sortir. Donc oui, c'est bien que se soit elle qui soit venue à côté de toi -même si son visage ne te dit rien-. Tu la laisses s'installer pendant que tu te dis tout ça intérieurement à vitesse grand V en faisant semblant de lire encore la feuille. Une fois que tu es censée avoir fini te tournes vers elle et la voies te fixer en ayant l'air gênée. Qu'est-ce qui se passe ?..

    « Je ne suis pas très forte en physique, désolée… »

... Ça c'est fait. Mais au moins elle te le dit, elle ne te laisse pas le découvrir toute seule au moment de l'expérience -ce n'est néanmoins pas une raison pour l'excuser, allez pas croire n'importe quoi. Tu te retiens de soupirer pour lui faire un sourire contrit.

    « On va s'arranger alors..! T'as un élastique pour tes cheveux ? »

Toujours avoir un élastique pour ses cheveux; sinon après ils viennent dans les yeux et c'est dans ces moments qu'on fait n'importe quoi. Pour illustrer ta question tu ramènes ton sac sur tes genoux et en sors deux quelques secondes après, que tu poses sur la table. Tu prends ensuite ta blouse et te stoppes. Attendez... Tu fixes Charlie en haussant légèrement un sourcil.

    « T'as ta blouse au moins ?..
    - Euh... Madame... Je crois que... Que je suis tout seul... En fait. On est obligé d'être avec quelqu'un ? »
    Tu détournes ton attention quelques secondes pour voir qui dit cette absurdité. Hm. Comme tu ne le connais pas, tu reportes ton attention sur ta nouvelle "camarade de classe"; enfin, jusqu'à ce que quelqu'un entre -encore. Eh mais... Ashley ?

© Mzlle Alice.
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Jeu 9 Mai - 0:19


Damnation ! WHY ?!!!
Je suis enfin dans les couloirs, fumant ta cigarette du matin. Cette fois, là, je serai à l'heure en cour comme chaque élève doit l'être.

Je regarde chaque personne qui passe devant moi d'un oeil insistant, pourquoi ils me regardent bizarrement ? Peut-être parce que c'est moi-même qui est bizarre.
C'est vrai, c'est malpoli de fixer les gens ainsi.

Avec ta cigarette entre les lèvres et ton look de racaille c'est normal que tu fais fuir les gens. Mais non, t'es pas une racaille pourtant.

Ce bruit qui résonne à mon oreille, ce bruit si violent qui vient m'exploser l'oreille... C'est la sonnerie. Putain, pourquoi je me suis fourré juste en dessous ?

Là n'est pas le plus important... Je suis en retard... Je crache ma cigarette par terre avant de l'écraser avec ma semelle puis je commence à trottiner vers ma salle.

Quelle excuse je vais encore devoir trouver aujourd'hui... Non, les prof ne sont pas cons. Quoique, ça dépend.

Arrivant devant la salle, je vit à travers la petite fenêtre qu'Heater était en retard. Je regardais de mes yeux rubis la scène avant d'esquisser un léger sourire. C'était trop amusant. Elle, en retard. C'est comme si j'allais dire que... Que quoi ? Bref, peu importe.

Je passai ma main dans ma tignasse noire avant d'ouvrir à mon tour la porte de la salle, mon regard embrassa toute la salle afin de constater qui était là ou pas.

Mon regard se tourna ensuite vers l'enseignante que je fixai de très longues secondes.

-Désolée pour mon retard, ça ne se reproduira plus.

Dès qu'Heater eu fini je pris à mon tour la parole :

« J'étais en train de fumer quand la cloche a sonné, je me suis donc précipité dans cette salle et je vous présente mes plus plates excuses. »

Mes paroles avaient l'air couvertes de mensonge et d'hypocrisie, je m'en rendait moi-même compte. Je ris bêtement avant de me gratter le cou.



codes par shyvana
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Sam 11 Mai - 12:23

Biatch?



My second name. That’s what I am.

C’est drôle comme même les compliments les plus lourdingues au monde pouvaient flatter une jeune fille en fleur. Voilà une bonne entrée en matière, qui laissait prévoir la suite, l’accord recherché pour un partenariat de TP.

-«Oui pourquoi pas.»

Voilà, comme sur des roulettes. Evidemment, tu ne t’attendais pas à rencontrer de difficultés particulières, mais il est toujours plaisant de se rendre compte que malgré ta prétendue idiotie notoire, on ne refuse pas ta compagnie lorsqu’il y a travail de groupe à l’horizon.
Sitôt le sac retiré de la chaise, ce fut ton postérieur qui y prit place. Tu posas un regard sur la camarade que tu t’étais choisie, voyant sa petite moue perplexe tandis que ses yeux parcourait la feuille du sujet. Te penchant vers la jeune fille pour lire par-dessus son épaule, tu ne vis pourtant rien de demandé sur cette feuille qui mérite un quelconque affolement.

Pas de commentaire, tu regardes les groupes se former peu à peu. Il y a un petit malin qui demande si on peut rester seul ; celui-là même qui se plaignait d’avoir tout fini avant tout le monde. Allons mon petit, les gens ne vont pas te manger, peut-être même vont-il t’aider, as-tu envie de dire. Mais tu ne le feras pas ; après tout, ce sont ses affaires à lui, pas les tiennes, tu te contrefous de sa réussite, d’autant plus qu’il ne fait pas partie de ton groupe.

Et là, c’est le drame. Deux nouveaux retardataires. DEUX. Tu ne peux t’empêcher de lâcher un petit « tcheu » méprisant. Cela porte à trois le nombre de personnes incapables de respecter des horaires, c’est une honte. Indigne de Falcone. Et devinez de quelle filière ils sont issus, tous autant qu’ils sont ? Appesos. Une chance pour vous, tu pense que tu aurais vraiment été régler son compte à celui des Stupros qui auraient osé commettre un tel affront à la réputation de votre groupe.
Tu espère vaguement que ces retards en masse ne resteront pas impunis. Tu n’écoutes même pas les excuses des autres, tu te contentes de graver leurs traits dans ta mémoire. Ils seront désormais catalogués comme de médiocres éléments.

Mais tu n’as pas le temps de t’appesantir sur le sujet dans l’immédiat.
Te retournant vers ta camarade, tu te reconcentre sur les choses sérieuses, celles qui te concernent de près. Tu passes doucement une des mèches du riche blond de la chevelure de mademoiselle Moreau derrière son oreille.

-« C’est pas très compliqué comme sujet, en fait, mais tu devrais t’attacher les cheveux, honey, sinon ils risquent d’être abimés par l’expérience, et ce serait vraiment dommage… »

Et soudain, c’est à deux mains que tu saisis son visage, afin de poser tes lèvres sur les siennes. Mieux, tu l’embrasse à pleine bouche, tu lui roules une méga-pelle, au beau milieu de la classe, au beau milieu du cours.

La pauvre n’a rien du voir venir.

30 témoins oculaires, au bas mot. Dont une enseignante.
En espérant que Mme Greyson soit du genre "Je ne sais pas qui a commencé et je m'en fous"... Techniquement, si tu calcule bien… 120 points en moins pour les Appesos pour relations inter-filière, sanction à laquelle échapperont les Stupro grâce à votre totem d’immunité durement gagné, mais une sortie de cours à prévoir pour toi. Peu importe, tu n’as jamais nourri un amour indéfectible pour la physique-chimie.
Et tu fais comme si ce baiser était d’une sincérité absolue, qu’ébloui par la beauté de Daphné, tu n’avais pas pu t’empêcher d’agir de la sorte.



Spoiler:
 


They're fucking awesome:
 
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Sam 11 Mai - 13:33

Spoiler:
 


Zen Daphnie. Zeeeen.~
CODAGE - EXCEPTION DE LG


‘‘ Ezechiel s'était assis à côté de Daphné. Cette-dernière s'était plongée dans la lecture de copie. Vous savez, Daphné était plutôt intelligente -ce n'était pas un génie mais elle était suffisamment douée pour avoir une moyenne de 14/15- mais la physique chimie.. ce n'était pas du tout son forts. Elle était surtout douée en langues en arts et en sport. Donc en gros la physique lui baissait sa moyenne. Sachant qu'elle avait douze de moyenne en physique chimie pour quinze quatorze seize dans les autres matières. La porte s'ouvrit à deux fois pour des retardataires qui étaient chez les Appesos. Une muette (à savoir Heather) et un mec qui avait l'air de se foutre totalement de son retard (à savoir nu certain Aleksander quelque chose.) Bon, plusieurs retards venant de ceux de son groupe, en temps normal Daphné leur aurait jeté un regard noir mais vu au points où en étaient les Appesos elle ne fit rien et continua de lire la fiche qui était sous ses yeux.... sans rien comprendre du tout. AU SECOUUURS JE PIGE RIIIIEN. QAQ. Elle se crispa un peu quand Ezechiel se pencha pour lire par dessus son épaule. Elle en dit rien pour ne pas paraître chiante mais quand elle lisait quelque chose qu'elle ne comprenait pas Daphné ne supportait pas que l'on la gêne comme ça. Mais elle se contenta de se crisper. D'ailleurs, quand il se mit à lui tripoter les cheveux elle se crispa encore plus. Non mais il foutait quoi là? Au secours on va abusey de moi. Je vais finir violée dans ce pensionnat j'vous jure. D8 Elle allait s'attacher les cheveux quand elle sentit des mains sur son visage. «Ouaip t'as raison je-? » Puis elle se rendit compte ensuite qu'Ezechiel était en train... de s’apprêter lui rouler une pelle devant toute la classe. Quand même. C'était violent. Elle parvint juste à marmonner; « Mais.» Avant qu'il se mette à lui rouler une méga-galoche. Surprise, elle ne fit rien et serra les poings, puis se mit à réfléchir. Mais mais.... mais pourkwaaaaa. Certes c'était agréable, elle n'allait pas dire le contraire. Certes il était mignon et tout ça mais il allait faire perdre des points à sa classe et à celle de Daphné en faisant ça. C'est vrai quoi il était complètement con ou quoi? Encore ç'aurait été hors de la salle de cour elle ne se serait pas énervée comme ça. Puis on n'embrasse pas quelqu'un comme ça. PUIS MERDE ELLE ALLAIT PERDRE DES POINTS QUOI. Et puis il lui semblait que c'était seulement elle qui allait faire perdre des points aux Appesos.... les Stupros avaient gagné elle ne savait plus quoi qui leur procurait une sorte d'immunité. Son air béât lui donnait envie de lui foutre une tarte. Ce fut plus fort qu'elle, les yeux brillant de colère la gifle partit, comme ça. Le claquement résonna et elle siffla. « Abruti. » Blessée dans son amour propre -et vexée d'avoir été utilisée de la sorte il fallait le dire- Daphné soupira puis marmonna; « ..Désolée, revenons à ce travail. » Désormais défoulée Daphné se redressa, s'attacha les cheveux puis marmonna en fuyant du regard l'indien. Elle se vengerait. D'ailleurs elle avait beaucoup de vengeances à prévoir, elle devrait prévoir une liste avec les noms de ce qu'elles devaient voir souffrir. *Rire démoniaque intérieur.*









MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Dim 12 Mai - 21:08


BABY, YOU'RE A FIREWORK.
You'll kneel before the queen.
# STUPRO & APPESO

Charlie et Bianca, ça va faire boum, mais attendez la fin du tour pour poster si possible.
Réinstallée à son bureau comme une reine sur son trône, Lana espérait que le silence s'installe à nouveau, et pour de bon de préférence - mais la classe n'était pas du genre calme et ordonnée, ce qui donnait des raclements de chaises sur le sol et des bavardages à voix basse. Pensaient-ils vraiment qu'elle ne s'en rendait pas compte, étaient-ils aussi naïfs que cela ? Après ces années d'enseignement, elle en venait à la conclusion qu'en effet la plupart des élèves étaient assez stupides pour se croire soit hors de danger, soit assez discrets. La plupart du temps, ils désenchentaient très vite. L'idiot ayant reçu un livre à l'arrière du crâne était particulièrement actif, et elle prit garde à l'observer du coin de l'oeil, jusqu'à ce qu'un garçon détourne son attention avec sa question. Elle lui adressa un sourire presque poli, mais surtout signe de son indifférence, et répondit :
« Je ne sais pas combien vous êtes, mais c'est bien possible. »
S'il était seul, ce n'était pas un bien grand problème. Il se débrouillerait sans doute aussi mal que les autres. Retournant à ses affaires, elle baissa enfin les yeux sur les fioles alignées devant elle, qu'elle avait préparé la veille et qui présentaient le résultat que les élèves devraient obtenir : un produit légèrement teinté de bleu, dégageant une odeur de sodium. Elle avait noté à coté de chaque fiole à quoi correspondait la nuance de couleur. Une seule d'entre elles était le résultat exact, les autres étant moins correctes. D'un doigt distrait, Lana essuya la buée qui s'était formée sur l'une des fioles. Elle sentait l'anticipation monter en elle à l'idée que d'ici peu, l'un des groupes causerait involontairement une réaction chimique incluant le dégagement d'un lourd nuage violet. Elle releva un instant les yeux et chercha la table où elle pensait se rappeler avoir échangé le contenu des fioles. Tiens, la retardataire s'était installée là, aux cotés de miss Di Lucio.
Elle frémit de satisfaction, et s'apprêtait à imaginer l'expression que feraient les deux jeunes filles lors de l'explosion, quand elle fut interrompue par l'arrivée d'une retardataire, suivie de près par un second. Une série de punitions possibles lui vinrent à l'esprit, mais elle remarqua soudain le carnet que levait la demoiselle, sur lequel était écrit "Désolée pour mon retard, ça ne se reproduira plus." et son sourire s'évanouit. Son incapacité à se rappeler qu'elle avait une élève muette dans l'un de ses groupes, la consternèrent et pendant un instant elle se reprocha sa propre inconsidération. Mais la culpabilité s'envola aussi vite. Elle n'aurait qu'à s'en prendre au deuxième retardataire.
« Allez vous mettre avec Fumitake, mademoiselle Ashley. Quand à vous... » Elle chercha le nom de l'élève dans sa mémoire, en vain. Il ne devait vraiment pas l'avoir marqué. En revanche, la façon dont il s'excusa lamentablement lui fit lever les yeux au ciel. You didn't even try. Elle lui fit signe de s'assoir. « Vous avez zero à l'interro que votre clope vous a fait manquer. »
Ce n'était pas bien méchant, mais elle ne voulait pas non plus qu'on pense sa façon de réprimander issue de son envie de justice - ah ça non, elle ne punissait que par pur plaisir, parfois par ennui et dans le pire des cas par sadisme. Bon, pour être honnête, souvent par sadisme...
Elle avait vu juste en gardant un oeil sur le duo composé par la blonde et l'idiot bavard. Même une fois que le silence presque complet se fut installé, ils continuèrent de bavasser - mais cela n'aurait pas été bien grave, si la façon étrange dont le garçon se comportait n'avait pas attiré l'attention de Lana. Et elle comprit vite pourquoi. La manière dont il la collait se transforma soudain en baiser, ou du moins en roulage de pelle inattendu et à moitié forcé. L'enseignante se leva d'un bond, mais avant qu'elle n'ait le temps d'arriver à leur hauteur, la blonde l'avait déjà repoussé et giflé sans douceur. Un sourire satisfait naquit sur les lèvres de Lana, mais il lui fallait plus que cela.
Elle s'arrêta devant leur table et attendit que leurs regards soient tournés vers elle, puis elle attrapa un feutre sur la table, et de l'autre main saisit le menton du garçon. Sa tignasse ridicule la fit grimacer, mais elle resta concentrée et d'un geste rapide dessina le contour de la trace de main encore visible sur sa joue.
« Vous la garderez toute la journée. Et croyez-moi, je saurai m'assurer que c'est le cas... », laissa-t-elle entendre d'une voix menaçante, avant de faire demi-tour.

gif by frivolouswhim # code by shiya.




© TAZER.
When the days are cold and the cards all fold and the saints we see are all made of gold. When your dreams all fail,and the ones we hail are the worst of all and the blood’s run stale. I want to hide the truth I want to shelter you. But with the beast inside there’s nowhere we can hide.
Invité
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mar 21 Mai - 22:34

« ... Fait chier. »

Y a un truc qui va pas.
Non pas que Gaspard avait un esprit digne d'Einstein - loin de là - mais c'est juste que. Il y a un truc qu'il sent pas. Cette petite chose qui lui dit de ralentir ce qu'il était en train de faire, au risque de recevoir une surprise qui ne peut vraiment pas lui convenir. Les instructions étaient correctes, pourtant. Ils allaient pouvoir venir à quelque chose, non ? Alors pourquoi cette furieuse envie d'abandonner tout de suite ?
C'était pas logique.

« Je me permets. Que ça t’enchante ou pas, je crois qu’on a pas trop le choix. »

...
Un simple regard en sa direction pour ensuite hausser les épaules. Elle fait ce qu'elle veut, mais lui, il veut savoir pourquoi cette sensation le taraudait à ce point. Pourquoi est-ce qu'il ne devrait pas aller jusqu'au bout, sans prévenir la prof. Parce que oui, la vioque donnait vachement l'air de s'intéresser à ce qui s'passait et c'était beaucoup trop ... Inhabituel. Un prof qui s'donne dans son cours, la blague.

« Faisons au moins semblant de trouver ça intéressant. Ça nous évitera d’avoir la prof sur le dos. » Une camarade motivée et pleine d'entrain, qu'est-ce qu'il aimait ça. « S'tu veux, moi j'suis curieux. »

Alors il s'exécuta.
Il suivit les instructions à la lettre.
Sans broncher, sans râler. Parce que oui, quand Gaspard s'y mettait, il pouvait obtenir des résultats. Pas vraiment ceux à quoi on pouvait s'attendre, car personne n'est parfait, mais au moins, la volonté y était. Sauf que là, ce n'était pas la volonté qui le poussait à faire tout ça. À être plus rapide que les autres tout en faisant attention à ne pas mélanger les produits. Sauf que son attention n'est pas totale.
Malheureusement.

« Euh ... J'sais pas si c'est prévu, ça ... »

La réaction n'était pas des moindres.
Des bulles. Trop de bulles. Ca fuse, ça s'rempli, ça déborde et c'était beaucoup trop flippant pour rester à proximité. Alors on recule, vivement - mais sans pour autant quitter sa place. Il ne sait même plus ce qu'il a foutu et encore moins dans quel ordre les produits fut mélangés. Juste que.
C'est un peu trop tard.

« Mlle Greyson, c'est normal ? »

Appelle au secours, c'est tout ce qu'il y a à faire.
Pauvre petit con, va.

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mar 28 Mai - 17:59


Déjà que ce cours la passionnait follement, si en plus son partenaire était d’un sympathique fou… Elle était gâtée dis donc. Bon, d’un côté, valait mieux ça qu’un type directement hostile envers elle. Surtout qu’il n’avait rien fait de bien significatif. Juste un haussement d’épaule. Qui pouvait autant témoigner d’un désintérêt total que d’un simple moyen de lui octroyer son accord, tout en étant trop flemmard pour ouvrir la bouche. L’un comme l’autre, elle s’en fichait un peu. Ce qui en soit n’était pas franchement très productif, et peut-être bien que Srebrenka devrait finir par revoir un peu son attitude. Ce je-m’en-foutisme constant risquait de lui retomber sur la gueule à un moment ou un autre. Sauf que même en ayant conscience de cela, ou presque, elle continuait. Si ce n’était pas merveilleux.

Oh, il était curieux ? Si ce n’était pas mignon, ça. De son côté, la serbe avait bien du mal à bouger son cul pour quelque chose qui n’agitait que moyennement sa curiosité. Vilain défaut dont elle n’était pas prête de se défaire, encore une fois. Enfin, puisque monsieur semblait enclin à faire le travail demandé, elle n’allait pas l’en empêcher, évidemment. Au lieu de cela, elle préférait nettement le regarder faire voir lui donner un coup de main si nécessaire, mais rien de plus. Histoire de ne pas le déranger, bien évidemment. A moins que ce ne soit plutôt une question de flemmardise aigue.

C’était d’ailleurs presque surprenant, quand on y pensait. Après tout, la demoiselle était en général travailleuse, et pas qu’un peu. Sauf que ces derniers temps, cette foutu promesse qui l’avait poussée à changer, à tel point que parfois elle ne se reconnaissait plus, l’ukrainienne avait tout simplement envie de l’envoyer dans le décor. Elle avait beau regretter de toutes ses tripes ce qui avait pu se passer, et s’être excusé des centaines de fois, rien n’avait changé. Son frère était devenu plus détestable encore que par le passé. Alors, à quoi bon faire des efforts, hein ?

Sa réflexion s’arrêta cependant sur le champ.
A cause de la voix de son « partenaire », pour être exacte.
Vaguement déconcentrée durant quelques instants à peine, elle finit donc par reporter son attention sur ce qui se passait sur leur table.

« J’ai comme un doute. »

A savoir que leur préparation, à laquelle elle n’Avait pas réellement participée, honte à elle, semblait vouloir s’échapper de son contenant avec une certaine virulence, à grand renfort de bulles et autres manifestations peu rassurantes.

L’imitant sans attendre, sourcils haussés, elle glissa son regard sur la prof non loin. Et dire que justement, elle aspirait à une matinée tranquille, sans les possibles remontrances de la part de qui que ce soit. Ca semblait mal engagé. Peut-être que pour le coup, elle aurait mieux fait de s’intéresser d’un peu plus près à ce qu’ils étaient censés faire. C’était bien sa veine, tiens. Sauf que pour changer, ça ne la tentait pas franchement de râler après le type auprès d’elle. Bah quoi ? Il n’avait surement pas fait exprès, hein. Normalement.

« Elle va râler, tu penses ? »

Oui, c’était tout ce qui l’intéressait présentement. Chacun ses priorités, hein.
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO. Mar 28 Mai - 21:59

Science.



La réalité ne pardonne pas les erreurs de la théorie.

Un claquement, ta joue qui chauffe. Tu t’y attendais, évidemment, et cependant, tu t’applique soigneusement pour conserver ton expression ahurie. Tu ne proteste pas, n’esquisse aucun geste de défense. Exactement comme si tu n’avais rien vu venir.
L’insulte fuse aussi sec. Tu serres les dents, te mordille la lèvre. Tu commence à regretter ce que tu as fait ; cela a pu te paraître brillant, mais plus tu réfléchis, plus tu doute. Petit haussement d’épaule intérieur ; ce qui est fait… Est fait, comme le veux l’expression consacrée.
Ton expression surprise s’accentue encore en entendant les excuses de l’Appeso. Tu l’as potentiellement plongée dans les ennuis, et voila qu’elle s’excuse de sa colère ô combien justifiée ?
Pour un peu, tu culpabiliserais.

-« Pourquoi tu t’excuse ? C’est de ma faute. Je suis navré. Sincèrement. C’était pas… L’endroit pour faire ça. » lâches-tu dans un souffle gêné.

Aussi sincèrement qu’il est possible de l’être quand on est toi. Tu ne donneras pas d’explications sur le pourquoi du comment ; officiellement, tu n’en dispose pas.
Autre chose à laquelle tu ne t’attendais pas ; la punition professorale. Ton petit plan minable a foiré, et dans les grandes largeurs, Ezechiel ; c’est pathétique. Et maintenant tu te retrouve avec un joli tatouage sur la joue. Tu es adorable, comme ca, vraiment.

-« Vous la garderez toute la journée. Et croyez-moi, je saurai m'assurer que c'est le cas... »

Oh, tu n’en doute pas.
Tu acquiesce d’un air contrit, espérant secrètement que l’évènement soit passé plutôt inaperçu. Peut-être qu’en te débrouillant correctement, avec tes longs cheveux, tu pourras cacher tout cela une fois le cours terminé… Parce qu’en attendant, ta tignasse doit être attachée.

Miss Greyson tourne les talons immédiatement ; tu soupires d’un air soulagé. Tu ne t’étais à vrai dire même pas rendu compte que tu retenais ton souffle jusqu’ici.
Ce n’est pas parce que tout as planté que tu t’arrêteras de faire le malin, cependant. Te penchant précautionneusement vers Daphné –mais pas trop, non plus, tu ne voudrais pas lui faire peur, surtout après ce que tu viens de faire…-, juste assez pour qu’elle puisse entendre ton murmure.

-« Une chance que tu aies de jolies mains, c’est moins disgracieux, hu hu hu. » fanfaronne-tu en montrant ta joue.

Tentative dérisoire de détendre l’atmosphère. Tu te demande vaguement si tu devais t’excuser une seconde fois, et renonce aussi sec à l’idée.

- « Enfin bref, t’as raison, faudrait s’y mettre. »

Tu n’as le temps de lire que quelques minuscules lignes qu’un bruit suspect te fait te retourner. Gaspard qui s’éloigne avec précipitation de sa paillasse, le regard affolé de l’Appeso qui lui sert de binôme –OGOD ELLE A DES CHEVEUX ROSES !- ; les bulles et les récipients qui débordent.
Mauvais signe. Si c’est une réaction normale, c’est vraiment pas cool de la part de votre enseignante.
Tu glapis d’un air effrayé, mais tu ne fais rien ; trop surpris, trop stupide, trop choqué. L’indien Wauze n’est pas très fort face aux situations d’urgence, il attend qu’on le guide.
Intérieurement, tu mène un autre raisonnement. Peut-être que ton action stupide a eu un avantage malgré tout ; au moins, ce n’est pas vous qui allez faire exploser la salle.



They're fucking awesome:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO.

Baby, you're a firework / STUPRO & APPESO.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Popup et message sur 111 - Baby TV
» baby, i like your style.
» Dominique
» Présentation Naomi Ambrosio
» and if we die, we die. but first, we'll live.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: INSTITUT TO BE THE BEST :: FIRST FLOOR :: Salles de cours-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !