Mise à nu.                                                                              
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

Mise à nu.

MessageSujet: Mise à nu. Jeu 25 Avr - 22:18






Une image comme une autre, un mirage. Une nuit d'ici. Une silhouette fantomatique d'enfant traverse le grand salon. Elle tient dans ses mains une petite pochette, on ne pourrait dire ce qu'elle contient, peut-être une lettre, ou autre chose... Il pourrait sembler à la lueur de la lune qu'il sagit d'un enfant blond. Il s'échappe près delà grande chaine hifi, dont les boutons brilles d'une lueur bleutée. Alors, cette lueur nous offre de voir des petites mains sortir de l'enveloppe un cd, qu'elles glissent avec précaution dans le lecteur. Encore une, deux seconde de silence, puis lorsque l'un des doigts effleurent le petit triangle de lancement, « L'ode à la joie. » commence.

Je regarde les secondes défilées sur le compteur avec un sourire narquois. La musique était tellement forte que mes oreilles me faisaient souffrir. Six secondes de passées. J'ai sans aucun doute déjà réveillé tout le dortoir des Stupro. Machinalement, ma main droite vient triturer ma lèvre inférieur, jouant sur les cicatrices qu'elle portait. Un vague sourire moqueur ornant mes lèvres ; Mais de qui se moquent-elles ? De cette musique grandiose ? Des quelques élèves qui avaient du se réveiller en sursaut ? Ou bien même du jeune garçon inconscient qui attendait, la fureur, son sort. Ils devraient bientôt arriver, et alors, sans doute que lorsqu'ils l’apercevront, leur colère se déchaineras sur lui. Celui qui a provoquer ce tumulte volontairement. Qui les a tiré d'un sommeil réparateur.

Je me déplace enfin vers le canapé pour me m'être à l'aise, délassant mes souliers pour les retirés en inspirant. J'ai quelques minutes encore avant le grand big bang. Tout les Stupros vont débarquer. Alors tout ne sera plus qu'océan de tourments, de paroles et de violence. Allongé, je regarde le plafond, dessinant des yeux les silhouettes de quelconque animaux, spectres ou même sons qui se propagent, envahissant la salle. Enfin, parmi tout ces bruit se distingue celui de la porte. Voilà mon premier invité!









« L'ode à la joie. »
Invité
MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 26 Avr - 17:32

« Baisse le son, merde ! »

Ah le sommeil.
Quelque chose de reposant, qui donnait tout simplement envie de ne plus penser à rien d'autres, mis à part peut-être à quel rêve est-ce qu'on va faire avant d'affronter la dure réalité de la vie. C'est pour ça qu'on profite, encore et encore, jusqu'à ce que ce foutu réveil nous arrache de notre lit.
Pas cette fois.

C'était pas le réveil agaçant qui le tira de son sommeil, cette fois-ci. Mais plutôt un véritable boucan, un vacarme sans nom qui lui arracha les tympans. Premier réflexe ; se boucher les oreilles. Premier geste ; se hisser hors du lit, second geste ; enfiler un pantalon - au moins - pour ensuite retrouver le responsable d'un tel foutoir.

Dents serrés, doigts fermement accroché à sa tignasse rougeâtre et enfin ouvrir la porte d'un simple coup de pied. Apparemment, il est le premier.

« PUTAIN DE BORDEL DE MERDE ! »

Au diable la politesse et autres courbettes connes et inutiles. Tout ce boucan l'avait foutu en rogne, surtout un réveil pareil, merde. Qui en rêve, sérieusement ? Premièrement, éteindre ce putain de son, quitte même à péter la chaîne hi-fi. Ensuite, trouver le coupable et lui démolir le portrait.

« C'est toi le fils de pute qui a voulu m'niquer les oreilles comme ça ?! »

En colère et sur les nerfs, ça donne un bourrin qui vous soulève par le col et sans délicatesse. On en oublierait presque qu'il s'agit là d'un Stupro.

Mais c'était mignon, monsieur s'était tranquillement allongé en attendant que la tempête arrive pour lui en foutre une. Bien que Gaspard semble le connaître et bien que la tronche de ce type pouvait en effrayer plus d'un, il s'en foutait. Parce que BORDEL DE MERDE ON NE FAIT PAS CA À MACLEAN.

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 26 Avr - 21:01

L'ode à la joie?



LOL. Laissez nous juste pioncer en paix, quoi...

L’ode à la joie, c’est chouette comme musique, franchement. D’ailleurs, il te semble que le final du quatrième (et dernier, non ?) mouvement est devenu l’hymne de l’Europe. Enfin après, ce que tu en dis, Ezechiel, on s’en fout, tu n’es pas Européen, à la base. Toujours est-il que l’ode à la joie reste une belle musique. Tu aimes beaucoup la musique dite classique -même si très peu de personnes doivent être au courant- mais ta préférence a toujours été à Beethoven.
Certes, c’est une mélodie plus agréable pour se réveiller que le vibreur nasillard de ton téléphone portable, nous sommes 100% d’accord... MAIS, car il y a un mais, il est trop tôt pour se réveiller, bon sang. Cette musique que tu adore en temps habituel, à cet instant précis, tu la hais. Tu la hais de toutes tes forces.

Quel est l’ABRUTI qui vous réveille tous à une heure pareille ? Tu t’es couché tard hier soir, pour travailler tranquillement dans ton coin –en cachette serait probablement plus exact. Alors QUI ose te voler les quelques heures de sommeil qu’il te reste ?
Tu te dis que ca pourrait être un sale coup d’un des profs, voire du directeur. Peut-être qu’un Stupro a fait un truc qu’il ne fallait pas, et que vous payez tous les frais maintenant. C’est dégueulasse. Tu es sûr qu’on ne ferait jamais ça aux Veleno. TRAITEMENT DE FAVEUR. Alors que vous êtes aussi –voire davantage, sans vouloir vanter vos mérites- intelligents qu’eux.

Avec un petit gémissement plaintif, tu essaie d’étouffer le bruit en planquant ta tête sous ton oreiller, mais rien n’y fait, tu as l’impression que c’est dans sou ton crâne que les instruments jouent. Tu as comme des envies de meurtres, mais tu n’en montre rien, en te relevant calmement. Tu as beau frotter tes yeux bouffis de sommeil, tu ne vois rien. Et cette musique qui ne s’arrête pas d’hurler, tous décibels dehors…
Tu te lèves, et ne prends pas la peine d’enfiler le moindre vêtement avant de te diriger en trainant les pieds vers l’origine du son. De toute façon, le caleçon rose, c’est trop smeks, pas de raison de la cacher. L’ode à la joie, l’ode à la joie… La vraie joie, ca aurait été qu’on vous laisse dormir en paix, rsmlgmgjqklz. Même ca, ça doit être trop demander, en Italie.

Tu entends une porte claquer, une voix masculine hurler. On dirait bien que quelqu’un a déjà été bien plus rapide à la détente que toi, Ezechiel.

-« C'est toi le fils de pute qui a voulu m'niquer les oreilles comme ça ?! »

Ouh, que de vulgarité… D’un autre côté, tu ne peux t’empêcher d’approuver le sens profond de ces paroles. Tu passes une main dans tes cheveux, ce qui a pour effet de les ébouriffer davantage encore. Tu ne sais pas trop quoi faire. Tu ne sais pas trop si tu dois tenter de calmer celui que tu reconnais après six bonnes secondes de réflexion comme Gaspard-le-rebellz-trop-plein-de-colère-et-de-violence ou si tu dois le laisser passer ses nerfs tranquillement sur l’autre que tu ne connais pas –plus que probablement le responsable de tout ce bordel.
Il ressemble vaguement à un fantôme, c’est flippant… Tu te demande quel était son but dans l’histoire. Quel intérêt il avait à provoquer ses camarades comme ça. Il doit être un peu maso sur les bords. Ou en demande d’attention.

-« Le fils de pute ? C’est méchant. Sa pauvre mère n’a rien à voir là-dedans… » souffle-tu d'une voix encore ensommeillée.

Mais au fond, ce serait mentir que de dire que tu n'as envie de lui refaire le portrait aussi, Ezechiel. Tu voudrais bien retourner te coucher, franchement, mais tu sais que tu n’arriveras pas à dormir.



They're fucking awesome:
 
MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 26 Avr - 23:24

Wake up in da' mornin' not givin' a single fuck
J'ai essayé sur le coté, sur le dos, sur le ventre, j'avais trop chaud alors j'ai laissé ma couette au pied du lit, ça caillait alors je l'ai repris en grognant, encore trop chaud, je mets une jambe au dessus et une jambe en dessous de la couverture. Voilà je crois que j'ai bien résumé les 25 dernières minutes de ma vie. Finalement, je plaque mes épaules contre le matelas et fixe le plafond au dessus de moi. J'arrive pas à dormir, ça me stresse, je tente de me calmer, ça me fait remuer encore plus et au final je suis énervé.

- Foutue insomnie de merde, putain de truc inutile fais chier bordeeel...

Et ça dure un moment. J'use un maximum de mon vocabulaire riche et fourni histoire de me défouler un peu. Mais jurer ça donne soif, va falloir que je me lève pour aller boire...
VDM.
5 minutes. C'est le temps qu'il m'a fallu pour trouver la motivation nécessaire pour me bouger. La salle de bain. Je fais couler un peu d'eau et me serre. Dans la précipitation je me cogne un peu les dents contre la paroi du verre pour enfin me désaltérer.
Ça va mieux... Je me sens un peu plus serein ! J'vais enfin pouvoir aller m'coucher et... !
VACARME. ODE A LA JOIE DANS TA GUEULE.
Envie de meurtre... Mes poings se serrent tout seul, comme frustrés de ne pas pouvoir finir dans la figure du responsable. En temps normal, j'aurais apprécié, j'suis plutôt fan de musique en général. Mais pas maintenant...
Je rêve ou mon verre bouge tout seul sur le rebord du lavabo à cause du bruit assourdissant ??

Du calme. On va sortir et demander gentiment au CONNARD mec de baisser le son~ !

La flemme de m'habiller, en t-shirt et short ça devrait aller, on s'en fout au pire.
Les traits fermés, je chope ma couverture et la met autour de mes épaules puis sors de ma chambre en claquant la porte.
Attend...
Il risque d'y avoir du monde...

Je m'avance. Ça se passe dans le grand salon ?
Dieu merci la musique s'arrête. Enfin pour laisser place à un bruit tout aussi insupportable...

-« C'est toi le fils de pute qui a voulu m'niquer les oreilles comme ça ?! »

Violence.
Lorsque j'entre. Il y a déjà trois personnes. Je ne prends pas le temps de les toiser et fais mine de débarquer avec un air ensommeillé, en baillant un peu, les cheveux en vrac. Après m'être avancé dans la pièce je me frotte un peu la joue avec la paume de ma main. J'arrive en plein milieu d'une altercation mais je joue le mec paumé, pas bien réveillé et crédule.

- C'est pas franchement l'heure idéale pour faire la fête, z'êtes au courant... ?




MessageSujet: Re: Mise à nu. Mar 30 Avr - 23:45

Tu sais pas compter les moutons ?

Tu te réveilles en sursaut, te redressant d'une main alors que tu as encore le cerveau dans le brouillard. Je suis où ? C'est quoi ce bordel ? POURQUOI Ça HURLE ?! Tu gémis en te prenant la tête à deux mains en t'asseyant. Tu cries un peu aussi. Tu es certaine d'avoir les yeux rouges, mais il faut que tu arrêtes ça. Tu te lèves donc, attrape un gros gilet et le passe de façon à couvrir ton débardeur. Pour le short, tant pis : il y a trop de bruit pour que tu te change entièrement. Tu ne prends d'ailleurs même pas le temps de te coiffer à peu près la tignasse : tu sors de ta chambre au pas de course vers l'endroit d'où la musique semble provenir... Le salon ! Mais putain c'est quoi ce bordel !? Vous aviez déjà eu droit à un incendie y'a deux ans à cause d'un ou d'une tarée -apparemment un-, alors ils pourraient arrêter de s'acharner sur vous, putain ! C'est au moment où tu passes le coin d'un couloir menant au salon que la musique s'arrête. Et que tu entends quelqu'un crier.

    « C'est toi le fils de pute qui a voulu m'niquer les oreilles comme ça ?! »

Brut, mais ça résume bien ton état d'esprit à toi aussi. Tu avances les poings serrés et les sourcils froncés, te demandant si ce n'est pas Gaspard qui vient de crier ça; Ça pourrait bien être son genre tiens, vu comme tu as déjà eu vent de quelques-uns de ses coups de gueule... Bref. Tu passes la grande porte et distingues trois silhouettes dans le noir. Peut-être une sur le canapé..? Oh oui, mon Dieu ! C'est le mec trop flippant ! Et vu la position de Gaspard, ça voudrait dire que c'est lui qui a mit la musique ?! Non mais il est vraiment dérangé dans sa tête..!

    « C'est pas franchement l'heure idéale pour faire la fête, z'êtes au courant... ? »

... Disons que c'est un nouveau ici. Tu passes ta main sur ton visage en soupirant et bâillant, t'avançant vers le "zombie" pour allumer la lumière située pas trop loin de son visage. Histoire de l'éclairer et qu'il soit un peu moins flippant, dirons-nous. Tu t'agenouilles ensuite près de lui, remarquant en tapant involontairement dans ses chaussures que toi t'es pieds nus. Merveilleux. Mais passons; prends plutôt une voix un minimum douce.

    « Pourquoi t'as fait ça ?.. »

Tu le scrutes, essayant de déchiffrer une quelconque réponse sur son visage. Puis peut-être aussi parce que tu dois t'habituer à la lumière et lutter contre ton envie de te rendormir. -Inutile de vous dire qu'elle n'a pas reconnu Ezechiel dans le noir, ni qu'elle n'a pas vu la façon dont ses "camarades" sont fringués. Enfin, pas pour l'instant...-

© Mzlle Alice.


MessageSujet: Re: Mise à nu. Mer 1 Mai - 16:49


Mais vous allez la fermer...?!


Qui…. Qui osait perturber le doux sommeil réparateur de Killian en balançant de la musique à cette heure ? Sérieusement, qui est assez stupide pour faire ça ? Connerie pure et simple ? Acte de provocation ? Peu importe, tout ce que je voulais, c’était me rendormir, après tout, il pourrait régler ça tranquillement demain, le fautif devrait être identifié d’ici là, et il n’aurait pas besoin de se salir les mains. Sauf que voilà, il faut croire que le destin s’acharne contre moi. Honnêtement, c’est si dur de couper sa foutue musique, détruire cette saleté de cd ou je ne sais quoi, et d’envoyer la personne au lit, de gré ou de force ? Faut croire que oui, puisque qu’une voix se fit entendre, oui, quelqu’un était en train de beugler comme un porc, visiblement après le responsable de ce premier affront, m’empêchant me rendormir paisiblement. Moi qui ne voulais pas intervenir, apparemment, plus vraiment le choix. Oh et puis maintenant il y a d’autres voix, bordel mais allez tous vous coucher ! C’est un coup à me filer des cernes cette histoire, et je refuse que mon visage soit souillé par ces affreuses nuances violacées.

Je sors donc de mon lit, simplement vêtu de mon boxer et sans vraiment vouloir m’habiller plus, même si ce n’est pas très… décent. Je suis fatigué, énervé, et j’ai chaud, allez vous faire foutre. Je me craque les doigts, puis le dos, et enfin le cou, reflexe nerveux, et je sors de ma chambre, marchant d’un pas vif vers le grand salon, attiré par les voix qui se rapprochent distinctement au fur et à mesure que j’avance, avant de finalement entrer silencieusement pour voir… cinq personnes, rien que ça. Pas étonnant que leur vacarme m’ait empêché de retourner au pays des songes. Gardant mon visage neutre, (enfin, plutôt froid) et sans vraiment hausser le ton, je croise les bras avant de prendre la parole.

Killian- Mais vous avez pas bientôt finit ? Fermez-là, tous autant que vous êtes. J’ai sommeil, et je dois pas être le seul. Je ne sais pas quel abruti a allumé la musique… petit coup d’œil vers celui qui était au centre de toutes les attention, l’espèce de minuscule gamin tout pâle à l’aspect fantomatique…Bon, lui là, je ne sais pas pourquoi il a fait ça, et honnêtement je m’en fout. Qu’il retourne juste se coucher pour que l’on puisse faire de même, bon sang !


Invité
MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 3 Mai - 15:32

« TA-GUEULE »

Mal de crâne, putain.
Alors qu'il était en face du responsable de tout ce boucan ; les autres ont commencés à affluer. Et ça se ramène, et ça se ramène, pour ensuite gueuler des choses inutiles et chiantes. Pire encore ; voir la belle blonde parler calmement à ce psycho qu'il tenait entre ses mains l'agaçait au plus haut point, mais ça va pas. Ce type a foutu le son a fond pour réveiller tout le monde et. C'est tout ?
Bande de lamas.

Et les commentaires cons, stupides, nuls, sans intérêts... Il va devenir fou, il va devenir fou, il va devenir fou. Il va devenir littéralement fou, surtout s'ils commencent pas à fermer leur gueule pour dire autre chose que de la merde. Bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel, bordel...

« Mais vous avez pas bientôt finit ? Fermez-là, tous autant que vous êtes. J’ai sommeil, et je dois pas être le seul. Je ne sais pas quel abruti a allumé la musique… »

Gaspard tenait l'abruti en question, mais soudainement ; il le reposa. Ayant simplement les dents serrés, les yeux sortis et l'air particulièrement digne d'un véritable psychotique. Oh oui, il va péter son câble, surtout que rien, mais absolument rien n'était devenu bon pour sa poire depuis quelques temps.

« …Bon, lui là, je ne sais pas pourquoi il a fait ça, et honnêtement je m’en fout. Qu’il retourne juste se coucher pour que l’on puisse faire de même, bon sang ! »
Bon.
Là.
Ça ne va pas.
« Bonne nuit. »

Ni plus, ni moins.
Suivit d'une simple et direct droite.
Et tant mieux pour lui, il y a un fauteuil derrière.
Celui-ci était la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Tant pis si ça fait plus Icidio que stupro, jamais Gaspard n'a été connu pour avoir une grande patience et une tolérance envers les cons. Ils font tous que répéter la même chose, c'est gavant à la fin. Et aucun ne pose la question la plus utile de tout ce foutu bordel, mis à part Bianca.

Mais le temps que l'autre se décide de répondre, autant calmer les autres tout de suite avant que les nerfs ne relâchent prise encore une fois. Regardant ceux qui sont spectateurs de son relâchement, il ne montra aucun signe de honte vis à vis de son agissement. Pourquoi, d'ailleurs ? Ca fait pas assez diplomate pour eux ?
Au diable, on verra ça plus tard.

« Voilà, je suis énervé. Moi j'reste pour savoir le pourquoi de ce merdier, si vous, vous vous en branlez, dégagez. »

Tant qu'à faire, s'il y a quelqu'un qui veut avoir le nez péter, pourquoi pas.

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 3 Mai - 18:11




Le jeune garçon, il regardais son premier invité dans les yeux, de son unique œil valide. D'ailleurs beaucoup de gens avait tendance à regarder l'autre; alors ce n'était pas un véritable échange. Seulement, le jeune aux yeux noisettes la, il à l'air de ne rien regarder mis à part sa rage. Pourquoi c'est toujours le con violent le plus rapide? Hein? C'est comme si l'enfant borgne avait l'habitude de se retrouver dans ce genre de position, l'une de ses petites mains enserre celle accrocher à sa chemise tandis que l'autre semble ne pas vouloir l'aider, droite et le long du corps. Un autre arrive et défend sans grand conviction la génitrice du fauteur de trouble. Puis un troisième, qui semble un peu à l'ouest. Un tout petit sourire traverse ses lèvres, si petit que lui seul dois l'avoir deviner.

Lumière, l'oeil bleu sale se ferme quelque secondes, pour s'adapter. La pupille rétrécit pour laisser transparaitre une chevelure blonde accueilli avec un sourire enfantin. Les femmes, elles ont toutes le même comportement avec lui, parce qu'il semble enfant, parce qu'il semble fragile et peu être même innocent. Cette voix douce parfois accompagnée d'un sourire rassurant. Mais Elijah n'est pas un enfant, et il ne laissera rien voir d'autre que ce sourire innocent. Que son masque de comédien. L'oeil se détourne, avec le visage encadré de cheveux blond, son champs de vision est encore plus détruit, mais un sourire accueil tout de même le nouveau venu, il parle, parle, parle puis un coup part. Un micro sourire moqueur apparait quelque secondes sur les lèves marquées pour disparaître aussi vite, Il à presque manqué de laisser échappé un rire. Erreur qui peut couter cher. Il devra faire plus attention désormais. Même si il semblerait que le gamin fait l'erreur de croire à son immunité. Il devrait parler, ou peut être pas, quelques secondes de réflexion puis une voix basse.

- Pardon.

Puis d'un tout petit pas en arrière, il s'assoit sur le canapé, comme un enfant qui attend sa punition, ses yeux sont rivés sur une seule personne; celle qui à frappé, parce qu'il sait qu'il est celui dont il faut ce méfier pour l'instant.







« L'ode à la joie. »
MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 3 Mai - 21:40

Tu sais pas compter les moutons ?

    « Mais vous avez pas bientôt finit ? Tu tournes la tête pour voir qui parle. Fermez-là, tous autant que vous êtes. J’ai sommeil, et je dois pas être le seul. Je ne sais pas quel abruti a allumé la musique... Ah oui, c'est Killian son prénom. Bon, lui là, je ne sais pas pourquoi il a fait ça, et honnêtement je m’en fout. Qu’il retourne juste se coucher pour que l’on puisse faire de même, bon sang ! »

Tu soupires discrètement en fermant les yeux avant de les rouvrir subitement en haussant un sourcil. Parce que... Attendez. Il est en boxer là ?! Non mais il pouvait pas se mettre un truc avant de venir ici, comme toi ?.. Non mais n'importe quoi... C'est seulement au moment où tu veux retourner ton visage en direction de... Elijah ! Voilà, c'est ça son prénom, je savais bien que tu ne l'avais pas oublié !.. Bref. C'est à ce moment que tu vois Gaspard se diriger vers Killian, de façon assez dangereuse soit dit-en passant.

    « Bonne nuit. »

GASPARD ?! Tu écarquilles les yeux et te retiens d'ouvrir la bouche. C'est... C'est... Justifié : il n'avait pas à vous parler comme ça, mais quand même ! Y'a des limites quoi, il a aussi le droit de s'énerver un peu; c'est pas Gaspard qui devrait dire le contraire normalement. Franchement ces mecs...

    « Voilà, je suis énervé. Moi j'reste pour savoir le pourquoi de ce merdier, si vous, vous vous en branlez, dégagez. »

Hm-hm. Tu reposes tes yeux sur Elijah, te demandant quand il va parler. Parce que toi aussi tu veux savoir pourquoi il a fait ça. Il y a forcément une raison ! Même si c'est juste pour vous emmerder, ce qui j'espère n'est pas le cas vu comme Gaspard a l'air remonté. ... Alors ?

    « Pardon. »

Il recule ensuite d'un pas et fixe Gaspard. ... C'est tout ? Tu fronces un peu les sourcils avant de te passer une main sur le front et de soupirer une nouvelle fois faiblement. Tu commences à te réveiller de plus en plus et ce n'est pas franchement ce que tu souhaites.

    « Elijah, fais un effort s'il te plait... Pourquoi t'as réveillé tout le monde ? »


© Mzlle Alice.


MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 3 Mai - 21:59

Use sarcasm instead, dude...
On a le mec un peu énervé qui fait son show avec sa fausse sagesse, la meuf qui fait preuve de pseudo-diplomatie, le frigide de service et le fou-furieux qui s'emporte beaucoup trop facilement. Une magnifique brochette de cas sociaux, si c'est pas magnifique !

- Mais vous avez pas bientôt finit ? Fermez-là, tous autant que vous êtes. J’ai sommeil, et je dois pas être le seul. Je ne sais pas quel abruti a allumé la musique…

Silence général alors qu'il se tourne vers le responsable de tout ce vacarme. Il nique l'ambiance, j'aimais bien la tension qui s'était installée...

- Bon, lui là, je ne sais pas pourquoi il a fait ça, et honnêtement je m’en fout. Qu’il retourne juste se coucher pour que l’on puisse faire de même, bon sang !

... Nan franchement même moi à sa place j'aurais fermé ma gueule...

« Bonne nuit. »

L'énervé lève le poing, les phalanges saillantes, puis finit par l'abattre dans la figure du garçon qui nous avait fait la morale. Un peu comme pour clore le débat et rendre la sentence, sauf qu'en général le président de l'assemblée frappe un socle avec un maillet en bois, et pas la face du coupable avec un direct droite...

- W... Wow du calme......


Je fais mine d'être étonné et recule d'un pas, les yeux grands ouverts, alors qu'en réalité j'en ai absolument rien à foutre. C'était mérité mais c'est pas important. Je me dis juste que ça doit être plutôt douloureux de se faire "effleurer" comme ça par un mec de ce gabarit, pour le coup je suis content de pas être à sa place, même si j'ai un peu l'habitude de me faire cogner.
N'empêche ça fait quand même plaisir de le voir s'en prendre une...

« Voilà, je suis énervé. Moi j'reste pour savoir le pourquoi de ce merdier, si vous, vous vous en branlez, dégagez. »

Sans blague ? Perso' en te voyant mettre une baigne dans la gueule de ce gars j'pensais que t'avais la positive attitude. Que c'était un geste amical, tu vois c'que j'veux dire ? Ah là là, je suis carrément pas perspicace... ~

Mais nan, je me la ferme et reporte mon regard sur le gringalet qui s'était posé sur le fauteuil. J'arrive décidément pas à comprendre sa démarche intellectuelle pour avoir eu l'idée de réveiller tout le dortoir... A quoi il s'attendait ? Que tout le monde débarque, avec le smile, prêts à PARTY HARD ALL OVER DA' NIGHT YAYEAH... ?

- Pardon.

Best spitch EVER. Le discours le plus persuasif que j'ai jamais entendu. Je me retiens de pousser un soupir et lève la tête vers celle qui tentait de calmer le jeu tout à l'heure, et qui avait désormais l'air un peu exaspérée.

« Elijah, fais un effort s'il te plait... Pourquoi t'as réveillé tout le monde ? »

Pour PARTY HARD ALL OVER DA' NIGHT j'te dis... Ou pour partager ses goûts musicaux avec tout le monde...
Fatigué de rester debout au milieu du grand salon, je vais m'asseoir sur le canapé à coté de... de quoi... ? ... Elijah ? ... Ok. Donc à coté d'Elijah. Je vais pas relever, moi aussi j'ai un prénom peu ordinaire...
Je m'emmitoufle dans ma couverture et dévisage les autres, l'air dans les vapes.

- C'est toujours que 30 minutes de sommeil perdues, c'est pas trop grave...

Je me tais puis baisse les yeux vers le garçon qui s'était prit une tarte, avant de marmonner, plus pour moi-même qu'autre chose.

- Bon après peut-être que l'autre là il a aussi perdu quelques dents et quelques neurones, vu ce qu'il s'est prit dans la face m'enfin bon...

MessageSujet: Re: Mise à nu. Sam 4 Mai - 13:23


Tsch...

S’il y a une chose à laquelle je ne m’attendais pas en venant au grand salon, c’est bien de me manger un coup de poing bien placé en plein visage. Je n’ai rien dit, à part peut-être un léger « tsch… » de surprise, mais sinon j’ai juste reculé d’un pas à cause de l’impact avant de déplacer ma main gauche vers l’endroit ciblé par cet autre Stupro, comment s’appelait-il déjà ? Ah oui, Gaspard… Rien qu’à sa voix, je reconnais que c’est lui qui beuglait des insultes un peu plus tôt. Il m’a tout l’air d’être un petit nerveux celui-là, en tout cas il s’énerve vite, et ce n’est jamais agréable.

Alors oui, bien sûr, j’aurais pu répliquer, j’aurais pu lui décocher une bonne droite moi aussi, mais à quoi bon ? Après tout, et ça me donne envie de vomir de l’admettre, mais il avait raison. Grommeler et bouder ne servait à rien tant que le fautif ne s’expliquait pas. Alors je préfère voir mon manque de réaction et ma capacité à encaisser sans broncher comme une qualité, plutôt qu’une preuve de lâcheté. Mais là encore, l’avis des autres m’importait peu.

Je me frotte de nouveau la mâchoire avant de refaire un pas en avant, croisant les bras, et fixant froidement le petit responsable, maintenant assis tranquillement dans un fauteuil, l’air tout à fait calme et serein, et qui s’explique par un simple « Pardon. », ce qui me fait arquer les sourcils. Quoi c’est tout ? Sérieusement, je viens de me prendre une droite pour entendre un simple « Pardon. » ? Mais qu’il crève ! Et un autre type dans la salle qui marmonne… Je n’entends pas tout, juste que ça me concerne, et ça me fait soupirer légèrement. Je n’ai même pas envie de parler, manquerais plus que l’autre connard me frappe de nouveau. Je me contente donc de tourner les talons et d’aller m’asseoir, moi aussi, dans un fauteuil derrière moi, adoptant un poste d’observateur.



MessageSujet: Re: Mise à nu. Lun 6 Mai - 13:18

L'ode à la joie?



Trolololol. Attention au babouin.

Tant de monde réuni d’un coup dans le salon. Ce sont des choses qui arrivent, mais plus rarement au beau milieu de la nuit. PARTY HAAAARD chez les Stupro. On va tous se trémousser sur l’Ode à la joie, ça va être méga-glamouuuuur.
M’enfin, pour l’instant, c’était pas très au point. A moins qu’on ne considère les boxers ou les couvertures comme une tenue de soirée branchée. En parlant de couvertures, tu aurais du prendre les tiennes, tu commençais à avoir un peu froid. Tu te demandas vaguement comment réagirait Aloyse si tu lui demandais s’il était possible que tu viennes t’emmitoufler avec lui, mais tu renonças vite à l’idée, même si ce que tu imaginais était assez drôle. Pas envie d’étayer davantage encore les rumeurs qui courraient à propos de ton homosexualité.

Ton cerveau devait encore être en mode veille, parce que tu n’avais pas tout suivi. Sans doute étais-tu trop affairé à lutter contre l’aveuglement consécutif au brusque allumage d’une lampe. Tu avais juste entendu quelqu’un posait enfin, ENFIN, la question qui intéressait tout le monde. POURQUOI ? POURQUOIIIIIIIIIIIIII ? POURQUOI AS-TU FAIT CA, MON PETIT ? POURQUOI NOUS AS TU TOUS REVEILLES, POURQUOI TANT DE CRUAUTEEEEEEEE?

Et il avait fallu que quelqu’un débarque en râlant avant qu’on ne puisse entendre la réponse. C'est mâlin.

Mais vous avez pas bientôt fini ? Fermez-là, tous autant que vous êtes. J’ai sommeil [bla bla bla] Qu’il retourne juste se coucher pour que l’on puisse faire de même, bon sang !

Mais. Question. Il est con ou bien ? Il a juste envie de faire chier ? Si savoir ce qui se passe ne l’intéresse pas, il n’avait qu’à rester au fond de son lit, plutôt que de venir péter un câble ici comme un abruti. Pour leur demander de se taire en plus. La logique de certaines personnes t’échappera toujours, Ezechiel, quand bien même lesdites personnes seraient tes camarades de classe.
Et bam, un poing qui vole. Bien jouéééééé. Ah ah ah, BIEN FAIT. Baaaah, ca devait arriver. M’enfin, pas que la violence te fasse peur, mais tu préférerais malgré tout qu’on laisse ce mode d’expression aux Icidios. Tu n’es pas sûr d’être en mesure d’endiguer une bagarre si jamais il devait y en avoir une.

Une chance que l’autre ne se décide pas à réagir.

Tu soupires avec soulagement, mais ton attention revint rapidement à celui à l’origine de toute la situation. Tu as cru le voir sourire, comme s’il se délectait de tout ce qui se passe. Cependant, tu as beau le fixer, rien n’a changé, en réalité. Cette ombre de sourire devait être le fantasme d’yeux fatigués et d’un esprit bouffi de sommeil.
Et enfin, enfin, il ouvre la bouche, il parle, hallelujah, il va s’expliquer et vous allez peut-être enfin comprendre votre vie.

-« Pardon. »

WAHOUUUUUU.
Quelle argumentation habilement menée. Ca te laisse sans voix. Nan, franchement, tu va demander à ce garçon de te donner des cours de rhétorique. Tu le sens bien. Quel discours admirable de conviction. Les plus grands orateurs peuvent aller se rhabiller. Ils sont battus à plate couture par un gosse de Falcone, y’a même pas débat. KO au premier round.
Tu bailles d’un air ahuri et indifférent, mais au fond tu fulmines. Tu as comme l’impression qu’une certaine personne se fout de votre gueule à tous.

-« Elijah, fais un effort s'il te plait... Pourquoi t'as réveillé tout le monde ? »

Pour RIGOLER un bon coup, c'te question. Il a cru que le dortoir allait se changer en boîte de nuit. Tu ne diras rien, mais tu n'en penseras pas moi.

M'enfin bref, une fois de plus, tu as l'impression de ne servir strictement à rien on te sort les mots de la bouche. Mademoiselle te sort les mots de la bouche. Et en plus, tu apprends le nom de l’élément perturbateur, c’est fantastique. Attends… Mademoiselle ?! Mademoiselle, alors que tu es en caleçon ?! Pas que tu aies honte ou quoi que ce soit, hein, mais ca commence à devenir un peu gênant, là…
En fait, tu vas bel et bien demander à Aloyse si tu peux squatter ses couvertures.
Surtout qu’il s’est assit à côté du gosse, et que même si tu dois avouer qu’il te met un peu mal l’aise, tu as le sentiment que plus tu es près de lui, plus tu pourras comprendre ce qu’il cache.
Alors tu t’approches du canapé, et tu pointes la couverture du doigt.

-« Eh, il te reste un peu de place là-dessous ? J’ai froid… »

Et de geindre comme un gamin, Ezechiel. De toute façon, tu sais qu’insister auprès d’Elijah n’aura aucun intérêt. Tu continues de le surveiller du coin de l’œil, mais tu as bien compris que tant qu’il ne se serait pas décidé, il ne dirait rien.



They're fucking awesome:
 
MessageSujet: Re: Mise à nu. Lun 6 Mai - 17:14


Tant de bruit....
CODAGE - EXCEPTION DE LG

Anastasia dormait tranquillement dans son lit. Ses cheveux roux aubruns étaient éparpillés dans tous les sens tandis qu'elle ouvrait les yeux en grognant. Ses pupilles s'agrandirent quand ses paupières se levèrent, et ses iris bleues se mirent à briller. Qui étaient ceux qui osaient faire la fête à cette heure ci du matin? Qui est-ce qui avait osé mettre la musique à fond à cette-heure là? Elle allait se lever quand elle entendit des bruits de protestations. Oh, d'autres de ses camarades étaient déjà allés sur les lieux, elle n'avait pas besoin de se bouger pour aller déchaîner sa protestation sur l'auteur de cet horrible crime. Tous les Stupros devaient être réveillés maintenant et il n'allait pas tarder à y avoir du bruit. Elle se rallongea sur son lit et tenta de se rendormir, chose impossible maintenant qu'elle était complètement réveillée. Elle soupira, et alla donc s'asseoir à son bureau pour lire. Quoi? Si Anastasia était à Falcone c'était pour devenir la meilleure évidemment! Elle sourit en voyant la photo de toute sa famille. Trois ans qu'elle ne les avaient pas vu, ils devaient tous avoir tant changés! Elle commença à lire quand des éclats de voix retentirent dans le salon, prise par la curiosité elle se leva et s'engagea dans le salon simplement vêtue d'un tee-shirt et d'un short dévoilant ses jambes métisse héritage de ses origines tahitiennes, tandis que ses cheveux roux étaient détachée et surtout pas coiffés. On pouvait apercevoir son tatouage sur sa cuisse, tandis que les deux autres étaient cachés par son tee-shirt.

Entrant dans le salon, elle vit d'abord Ezechiel et sa touffe impressionnante de cheveux rose à côté d'un autre garçon qu'elle ne connaissait pas qui était emmitouflé dans une couette. Elle reconnut ensuite Bianca agenouillée devant Elijah qui se redressa quand celui-ci s'assit sur un canapé, puis Gaspard qui avait l'air sur les nerfs. Ah, et elle faillit ne pas voir Killian qui était assis un peu plus loin. Elle s'approcha de tout se petit monde puis encore fatiguée elle bâilla en s'étirant, puis elle demanda d'une voix légèrement fatiguée;

« Il se passe quoi ici? Et qui a allumé la musique? »

Oh une matinée pyjama ils aurait dû me le dire! éUé Elle se mit alors à scruter la salle de ses iris cristal tout en bâillant à nouveau en se couvrant la bouche. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas Beethoven, mais à fond dès le matin ce n'était pas le moment où l'on préférait l'écouter quoi. Se rendant compte que Bianca regardait encore Elijah, elle fut prise par son instinct de grande-soeur (grande-soeur de 6 gosses, sisi j'vous jure) et elle lui demanda doucement en s’accroupissant tout en fixant ses yeux bleus dans les siens;

« C'est toi qui a fait ça Elijah? T'aurais pu éviter de le faire à cette heure là, si ça avait été plus tard je suis sûre que tout le monde serait venu faire la teuf avec toi! »

Hmpf, enfin pas sûr mais bon, fallait bien que je sorte quelque chose. Inutile de vous dire qu'elle n'avait pas capté que le petit s'était déjà excusé. Anastasia se redressait donc et bâilla à nouveau. Elle n'aurait pas dû bosser sur son DM de maths jusqu'à une heure de matin m'enfin.







Invité
MessageSujet: Re: Mise à nu. Jeu 9 Mai - 15:49



« ... »

Ca n'allait pas.
Bon sang, le voilà qu'il agissait comme son abruti de père. De quoi le foutre en rogne, mais aussi lui rappeler que plus ça va, plus il devra postuler chez les Icidios, puis quoi encore ? Okay, il n'était pas un ange, il n'était pas non plus le modèle même de la patience et du self-contrôle, mais aller chez les Icidios, ça serait le foutre dans une cage d'animaux et pas question. C'est donc par prise de conscience que Gaspard s'écarta, un court instant et réfléchissait.

Par contre, le pardon d'Elijah était particulièrement agaçant. Avait-il au moins la moindre petite idée de ce qu'il venait de dire ou était-il tout simplement autiste ? Non parce que, l'autisme, c'était pardonnable hein. Non pas que Gaspard pense que ces gens doivent tout simplement finir en pâture aux lions ou bien aux ours, mais quand même, cela ne serait pas correct de juste donner comme explication un ; PARDON.
Bref.

C'est avec agacement que Gaspard attrapa une chaise et s'y installa - à l'envers - pour bien faire face au petit borgne qui se trouvait en face de lui. Allons mon petit, ne vois-tu pas ce léger sourire amical qu'il vient de t'offrir ? Allez, il est gentil Gaspard, un peu excessif dans ses gestes, mais toujours gentil.

« Pardon ? Très bien, on te pardonne. Mais la prochaine fois que tu fais un tel bordel pour rien, je me verrais dans l'obligation de t'attacher et de t'abandonner dans le quartier le plus mal famé de Rome pour que tu te fasses violer et peut-être même tué... Histoire que je sois tranquille ensuite. »

Voilà. Et tout le monde peut témoigner.
Etait-ce intelligent ? Non, mais d'un côté, les gens peuvent constater Ô combien ce type pouvait avoir des idées malsaines envers ses propres congénères. Sa tronche disait qu'il pardonnait facilement ? Non. Il ne pardonne pas et s'il doit pardonner, ça serait juste pour se donner l'image d'un bon samaritain, rien de plus, rien de moins. N'allez pas croire qu'il était instable, non ...
Juste sadiquement malin.

« Quant à vous autres ... » Il venait justement de penser à quelque chose de précis, qui lui a traversé l'esprit. « Nous avons gagné la coupe et le totem d'immunité. Qu'est-ce donc ? Un truc qui fait que peu importe nos conneries DANS Falcone, on ne sera jamais puni. »

Oh que oui.
Il venait d'avoir là l'occasion rêver de faire une petite mise à jour auprès de ses comparses. Même s'il n'est que on-ne-sait-pas-quelle-heure du matin, c'est mieux de faire ça quand personne ne peut entendre ou intervenir. Autant profiter de cet avantage au maximum, non ?

« Boire, fumer, cogner, abus sexuel ... Et mieux, accuser l'autre ou entraîner je ne sais pas qui dans la bêtise. Nous avons un avantage, autant en abuser pleinement, non ? »

La preuve en directe ; il allait s'allumer une clope.
Et pas n'importe quoi. De la weed, oui. De la drogue au sein de l'établissement. Et même si un adulte venait ici, il ne pourrait pas le punir ou lui ôter des points. Bien sûr que non, c'est les règles du jeu. Okay, il perdra son pétard... Mais lui, directement, il est intouchable. Et c'est ça qu'il veut montrer à ses camarades. À quel point on peut réellement profiter à fond de ce cadeau.

« Nous sommes des Stupro et notre symbole est le corbeau. C'est un charognard et on doit s'comporter comme tel si on veut être les premiers. » Dieu que ça fait du bien de fumer comme on veut. « Et dès demain, j'ai l'intention de jouer comme il faut. Qui est avec moi ? »

Ainsi, sa cigarette fut tendu. Attendant que l'un d'entre eux daigne à le rejoindre.
Sympa, n'est-ce pas ?

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 10 Mai - 20:26



CALUMET DE LA PAIX
PETARD DE GROUPE
CALUMET DE L'ALLIANCE
PETARD DES TROUPES

Bien sûr, tu ne t'attends pas à une réponse immédiate; Ça serait trop beau. Mais les miracles existent, parfois. Enfin... Apparemment, pas là. Tu détaches ton regard d'Elijah pour le poser sur le petit brun qui vient s'asseoir à côté de lui, perdu dans sa couverture. Il a l'air complètement dans le gaz.

« C'est toujours que 30 minutes de sommeil perdues, c'est pas trop grave... »

Certes. Mais si tu avais pu ne pas les perdre, ça aurait été mieux. Pour tout le monde, même, je pense pouvoir dire. Tu l'entends ensuite baragouiner quelque chose, à propos de Killian si tu as bien compris l'essentiel du propos, et lèves les yeux au ciel. Tu te demandes pourquoi tu restes ici. C'est vrai quoi, Elijah n'a jamais été quelqu'un de simple d'esprit, ça se saurait sinon. Non, non, lui il préfère parler en sous-entendus, ou alors en se créant une aura maléfique de mystère ou je-ne-sais-trop-quoi... Et voilà que je commences à divaguer. Franchement, le manque de sommeil, c'est pas bien. C'est le Mâââl.

« Eh, il te reste un peu de place là-dessous ? J’ai froid… »

Petit regard machinal vers la personne qui parle à côté de toi; Ezechiel. ... Attendez. E-ze-chiel. Lui aussi en boxer ?! Non mais où est-ce qu'ils se sont crus ceux-là ? Surtout pour ensuite dire qu'il se les gèle, bravo..! Non mais n'importe quoiiiii... Tu plaques au ralenti une de tes mains sur ton visage, dépitée. Qu'est-ce que t'as bien pu faire au Seigneur pour te retrouver avec des boulets pareils ?! Tu te promets d'aller lui demander ce week-end.

« Il se passe quoi ici ? Et qui a allumé la musique ? »

... Ok. Anastasia, toujours bonne dernière quand il s'agit de se lever. Tu ne pensais pas qu'elle ferait l'effort pour cette fois-ci, étant donné que la musique a tout de même été éteinte relativement vite. Mais bon. Tu la suis du regard alors qu'elle vient s'accroupir près de toi et d'Elijah, ayant un mauvais pressentiment quant à ce qu'elle allait faire; ou dire.

« C'est toi qui a fait ça Elijah ? T'aurais pu éviter de le faire à cette heure là, si ça avait été plus tard je suis sûre que tout le monde serait venu faire la teuf avec toi ! »

Qu'est-ce que je disais ? Tu ne bouges pas, mais intérieurement, tu lui frappes la tête contre un mur. Tu te fous de la gueule du monde ou quoi ? Tu vois pas que j'étais déjà là ? Crétine. Débile ! Pauvre gourde ! Bianca, Bianca. Di Lucio sans son compte prévu d'heure de sommeil. Di Lucio avec le ventre vide. Di Lucio qui ne supporte pas qu'on marche sur ses plates-bandes. Bianca qui soupire alors qu'Anastasia se relève en bâillant. En plus tu sers juste à rien : tu lui poses une question et tu te casses juste après. Non mais tu m'expliques ta logique de merde s'te plais ?! - Bref.

Tu t'orientes de façon à voir Gaspard -le bruit qu'il a provoqué avec sa chaise t'ayant interpellé-, et écoutes sa tirade en analysant chacun de ses termes. Et... Bon. C'est quand même un peu trop cru juste pour ça, même si toi aussi ça ne t'a pas enchanté, et même si toi-même tu viens de penser à maltraiter quelqu'un. Y'a quand même un petit peu des limites, mon cher; Cependant, aller lui dire ça à l'heure actuelle, c'est comme aller se suicider. Ou à l'hôpital si on a de la chance.

« Quant à vous autres ... Nous avons gagné la coupe et le totem d'immunité. Qu'est-ce donc ? Un truc qui fait que peu importe nos conneries DANS Falcone, on ne sera jamais puni. »

C'est vrai... Ça fait quelques jours déjà qu'on vous a annoncé la nouvelle, mais il ne s'est encore rien passé d'extravagant - à ta connaissance. Il veut qu'on y remédie ?

« Boire, fumer, cogner, abus sexuel ... Et mieux, accuser l'autre ou entraîner je ne sais pas qui dans la bêtise. Nous avons un avantage, autant en abuser pleinement, non ? »

Oui... Mais va-t-en violer le directeur et on en reparle après; on a pas tous les mêmes objectifs. Tu remontes une manche de ton gros gilet et te grattes le coude, soucieuse. Ceci dit, il a pas faux. Je pourrai me servir de ce totem pour attirer son attention... Tu divagues en pensant à ton directeur, tes yeux se perdant sur le plancher. Enfin, c'est ce que tu étais en train de faire quand tu entendis le bruit d'un briquet. Et que tu sentis l'odeur du joint... Tu reposes rapidement tes yeux sur Gaspard.

« Nous sommes des Stupro et notre symbole est le corbeau. C'est un charognard et on doit s'comporter comme tel si on veut être les premiers. Et dès demain, j'ai l'intention de jouer comme il faut. Qui est avec moi ? »

Il tend son bras avec son pétard au bout. Hm... Tu préfères largement l'alcool, mais il s'agit une grande occasion après tout. Tu tends donc lentement ta main vers lui pour ensuite porter votre calumet à tes lèvres. Tu fermes les yeux - ça fait longtemps. Un peu trop même, puisque tu te souviens pourquoi tu n'es pas fan : ça t'atteint beaucoup plus vite que la boisson. Mais, digne d'une Stupro, tu ne laisse rien paraitre et brandis à ton tour la weed en soufflant doucement ta fumée.
Instant solennel.
Qui sera avec vous ?
(c) eylika remix by Linka.

MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 10 Mai - 22:12


J'en suis.
CODAGE - EXCEPTION DE LG


Désormais pleinement réveillée Anastasia tripotait ses cheveux en attendant que quelqu'un daigne parler. Pourquoi n'ouvrait-elle donc pas sa bouche? Simplement parce qu'elle venait juste d'arriver et qu'elle jugeait donc inutile qu'elle dise à nouveau quelque chose. Elle attendait donc que quelqu'un dise quelque chose histoire de briser le long silence qui s'était installé dans le salon. Elle regrettait de ne pas s'être coiffée un minimum, ses cheveux partaient dans tous les se... et puis zut hein il était tôt et elle était encore dans le salon des Stupros alors qu'est ce qu'elle en avait à faire que ses cheveux soient décoiffés hein? En plus son apparence physique n'était pas ce qui comptait le plus pour la jeune tahitienne. Elle écoutait distraitement le sermon que faisait Gaspard à Elijah sans être étonnée par tant de violence dans une phrase, et écouta plus attentivement quand il se mit à parler du totem;

« Quant à vous autres ... Nous avons gagné la coupe et le totem d'immunité. Qu'est-ce donc ? Un truc qui fait que peu importe nos conneries DANS Falcone, on ne sera jamais puni. » En effet il n'avait pas tort. Les Stupros avaient gagné le totem mais aucun ne s'était bougé pour en profiter. Peut-être que tous attendaient que quelqu'un leur dise quoi faire, comme des loups attendant les instructions d'un éventuel alpha? « Boire, fumer, cogner, abus sexuel ... Et mieux, accuser l'autre ou entraîner je ne sais pas qui dans la bêtise. Nous avons un avantage, autant en abuser pleinement, non ? » Maiiis bien sûr je vais croiser un gosse dans le pensionnat je vais l'entraîner dans une camionnette et le violer puis le frapper pour ensuite lui couper ses attributs mâle. LOLZ. Anastasia s'imaginait mal faire ça, par contre pour ce qui était de boire et fumer c'était tout ce qu'elle était capable de faire. Et cogner en dernier recours -même si elle avait fait de la boxe et garder ses muscles aux bras elle n'en restait pas moins une fille qui n'aimait pas la violence donc elle gardait son entraînement dans un coin au chaud.-« Nous sommes des Stupro et notre symbole est le corbeau. C'est un charognard et on doit s'comporter comme tel si on veut être les premiers. Et dès demain, j'ai l'intention de jouer comme il faut. Qui est avec moi ? »

La métisse observa le joint qu'il leur tendait. Bien sûr qu'elle en était elle ferait tout pour faire monter sa classe -et elle par la même occasion- le plus haut possible! Ce qui la faisait hésiter c'était le joint. Elle n'aimait pas tant fumer que ça, enfin pas autre chose que de la nicotine. Elle regarda Bianca s'avancer pour prendre la weed inspirer une bouffée puis recracher lentement un nuage de fumée. Anastasia ferma une seconde ses paupières sur ses prunelles bleues claires qui commencent à piquer. Elle hésitait toujours à prendre à son tour le calumet, mais son envie de monter le plus haut possible prit le dessus et c'est avec détermination qu'elle prit le calumet des mains de Bianca pour le porter à ses lèvres en inspirant une grande bouffée qu'elle recracha lentement, doucement, sûrement et sereinement. Son visage était impassible mais intérieurement.. Purée c'est dégueulasse ça pique la gorge c'est beurk. Elle ne laissait rien paraître de ses pensées puis tendit à son tour la weed droit devant elle en fixant les autres de ses yeux turquoise. Allez bougez vous, vous dégonflez paaaaaas.







MessageSujet: Re: Mise à nu. Ven 10 Mai - 22:37

Use sarcasm instead, dude...
Le garçon qui s'était pris une baigne ne fait que soupirer en m'entendant et je gonfle légèrement mes joues, l'air déçu. J'aurais bien voulu que ça l'énerve, histoire que ça foute un peu plus le bordel...

Eh, il te reste un peu de place là-dessous ? J’ai froid… »

T'as froid mais j'ai pas envie d'me retrouvé collé à un mec comme toi, c'est franchement pas mon trip.
Du calme... Je fais ce que je peux pour le dévisager avec un air impassible puis soulève un peu la couverture à ma droite, là où il restait de la place et éventuellement le coté où Elijah n'était pas assis. Allez qu'il vienne, j'm'en fous en fait, pis au moins il servira de radiateur.

- ... Vas-y...

Je lève les yeux vers une fille qui nous regardait. Quoi elle a jamais vu deux mecs en calbut' se serrer sous une couette ? Rien de très extraordinaire, ça arrive tous les jours ce genre de situation.
Nan mais sérieux elle a quoi à nous fixer comme ça ? On va pas se mettre à faire une sex-tape en direct live, on se réchauffe in the most heterosexual way...
Ah putain, je regrette d'avoir accepté en fait...

Une énième Stupro débarque dans le salon et je pousse un long soupir. Trop de monde. Ça parle. Le mec au sang chaud a l'air de s'être calmé et je le toise sans rien dire pendant qu'il commence un discours. Ah, parait qu'on a gagné une immunité... J'savais pas que ce bahut c'était Koh-Lanta en fait. Bientôt on aura des cours de constructions de cabanes, tsé...
J'ai zappé le début, mais me retiens de rire en entendant la suite.

« Boire, fumer, cogner, abus sexuel ... Et mieux, accuser l'autre ou entraîner je ne sais pas qui dans la bêtise. Nous avons un avantage, autant en abuser pleinement, non ? »

Wouaw...
Il se rend compte de ce qu'il avance là ? Ce mec aurait dû être chez les Icidio, sans déconner... Ici chez les Stupro on agit en utilisant sa tête, pas ses poings ni sa...
Beurk... Il est ignoble. Enfin bon, il remonte un peu dans mon estime lorsqu'il parle de porter la faute sur les autres. Ça, ça peut être marrant, j'admets.
Lorsqu'il commence à se rouler un oinsh, je reste perplexe.

« Nous sommes des Stupro et notre symbole est le corbeau. C'est un charognard et on doit s'comporter comme tel si on veut être les premiers. Et dès demain, j'ai l'intention de jouer comme il faut. Qui est avec moi ? »

Ah, on y est... Va falloir... signer un pacte c'est ça ? Avec un joint, quelle idée géniale...
J'hésite. Se joindre à eux, se serait vraiment divertissant, faut l'avouer. Descendre des gens qui ne nous ont rien fait à part être dans une classe différente, c'est grisant. Mais hors de question de semer le doute. Je suis quelqu'un de frêle, qui ne pense pas mal, qui ne fait que suivre, quitte à s'en prendre plein la gueule.
Et puis aller dans leur direction, c'est un bon moyen de se retourner contre eux à un moment ou un autre...

Deux filles tirent une taff. Je tente de ne pas rire en voyant la manière de s'y prendre de la deuxième, qui n'a pas l'air d'y être habituée. Ouais elle peut faire ce qu'elle veut pour garder la face, ça se voit qu'elle a du mal.
Non, ne pas sourire, avoir l'air un peu désemparé.

- Mh...... Compris....

Je tends la main et saisis ce qui nous servait à conclure l'affaire, dont la cendre menacer de tomber. Ce serait dommage de salir le tapis qui doit coûter une fortune, enfin bon, tant pis.
Savoir que trois personnes l'ont déjà porté à la bouche me fait frémir mais je tente de ne pas y penser et prend une bouffée de tabac. Waah, il l'a à peine coupé, c'est dégueulasse quand c'est aussi pur comme ça...
Doucement, je laisse la fumée s'échapper entre mes lèvres et tend le joint à qui le voudra, faisant mine de ne pas supporter et tousser un peu.

- Hu...

MessageSujet: Re: Mise à nu. Sam 11 Mai - 0:06

Blawww.



Dance de la pluie et calumet de la paix.

-« ... Vas-y... »

Le sésame que tu attendais pour profiter de l’intelligence d’Aloyse, celle qui lui avait donné la présence d’esprit prendre une couverture avec lui. Ton visage s’illumine d’un immense sourire, tandis que les dernières brumes du sommeil te quittent, et tu viens te glisser contre le corps du blond.
La couverture n'est pas extensible à l'infini, tu es bien obligé de te coller à lui ; tant mieux, ça te réchauffe, et tant pis si les gens recommencent à douter de ton orientation sexuelle. Tu as l’habitude, la couleur de tes cheveux a déjà bien entamé le travail. Si tu peux faire plonger quelqu’un avec toi dans les rumeurs, tant mieux. Tu serres la couverture autour de toi avant de lâcher avec enthousiasme –« Ah, merci, t’es vraiment super cool comme mec ! ».

On dirait bien que le salon ne va jamais en finir de se remplir. Une nouvelle demoiselle qui débarque ; tu ne lui accordes qu’un rapide regard de circonstance, passant sur les cheveux auburn des plus banals, la silhouette quoique appréciable, mais qui n’a rien d’extraordinaire, le tatouage qui fait limite vulgaire dévoilé sur la cuisse. Cette demoiselle est d’un laid… Tu ne diras rien, mais tu n’en penses pas moins, surtout lorsqu’elle s’accroupit devant Elijah à son tour.
Qu’est-ce qu’elles ont toutes, à se mettre à genoux devant lui ? Est-ce qu’elles croient qu’en le faisant se sentir plus puissant avec ce genre de comportement soumis ? Tchu. Ca te donnait légèrement envie de les baffer, ou de leur cracher une remarque méprisante, mais tu ne me fait pas, te contentant de ton éternel sourire bienveillant –d’autre diront sourire de crétin.

Tu écoutes l’autre menacer d’abandonner Elijah dans un quartier malfamé. Pas mal, c’est une piste à creuser. Même si on se contentait de le laisser au milieu des Icidios, ce serait une bonne leçon. Mais peu importe, vous ne ferez probablement rien de tout cela.
On change de sujet, que dis-tu, Gaspard change de sujet. Tu ne peux t’empêcher de te pencher en avant, intéressé. Il est possible qu’être réveillé au beau milieu de tes quelques heures de sommeil ne soit pas complètement inutile finalement.

-« Boire, fumer, cogner, abus sexuel ... »

Abus sexuel.
Allons bon. Quelle excellente idée. On a l’immunité Falconienne, mon petit, ça ne tiendra pas si on se retrouve en cours de justice.

Tu te tais, Ezechiel, tu continues à te taire même si tu dois en serrer les dents, tu laisse l’autre finir, coulant de temps à autre un regard vers celui dont l’action est à l’origine de votre réunion imprévue.

Bla bla bla, le corbeau et agir en charognards ; bien sûr, tu es tout à fait d’accord avec l’intégralité de ce qui vient d’être dit. Mais en bon égoïste qui ne fait confiance qu’à ses propres capacités, tu avais l’intention d’agir dans ton coin. Peut-être qu’une action groupée, ou qu’une mise au point rendra les choses plus efficaces, évidemment.
Et puis vient le calumet de la paix pour entériner cette espèce de pacte que vous faites, supposes-tu. Tu regardes le pétard passer de main en main, de lèvres en lèvres –avec plus ou moins de facilités à tirer une latte selon les gens. Tu devrais le saisir, comme les Indiens qui t’ont servis d’ancêtres, et le fumer bravement. Mieux que tous les autres, tu devrais perpétuer cette tradition.
Tu ne le feras pas. Ca te dégoute légèrement, et puis, tu ne tombe pas là-dedans, toi.

-« Je vous suis, mais je ne touche pas à ça, hu hu. »

Tu joues au gosse, à l’enfant chaste qui s’offusque d’une telle idée. Les gamins ne touchent pas aux substances illicites, pas plus que les tapettes aux cheveux roses.
Et puis, avec un air ingénu.

-« Et sinon, vous proposez quoi ? »

Ben oui, c’est bien beau de fumer comme une belle et grande bande de potes au milieu de la nuit, mais il faut toujours qu’un idiot demande de passer aux choses concrètes sans offrir la moindre idée.

Et cet idiot, c’est toi.



They're fucking awesome:
 
Invité
MessageSujet: Re: Mise à nu. Mar 21 Mai - 23:13



« ... »

Et ils acceptèrent.
Tous - ou presque - se sont mis à fumer ce pétard qui était une sorte de calumet de la paix. De solidarité pour eux, notamment. Mais tant mieux, ils avaient pas réellement le choix, d'un côté. Ils se voient vraiment affronter les autres classes, seuls ? Bien sûr que non, impossible. Surtout face aux Icidios, ces costauds aux allures de gorilles ne sont vraiment pas conseillés pour les gringalets chez les Stupro.

Alors que Gaspard était fier, un seul gâchait tout.
Ezechiel.
Ce type avait le don pour tout foutre en l'air et ça, juste en posant une question conne et légèrement vraie ; que faire ? Eh bien, la suite était évidente, pourtant. Que chacun se bouge, sérieusement. Vraiment, ne pas attendre que les lapins viennent dans le piège, il faut traquer et rameuter. Bon sang, c'est pas compliqué à comprendre, quand même ?

« On s'bouge, c'est tout. » Pas la peine de récupérer la cigarette, ils ont compris là où il voulait en venir. « Par contre, faudrait qu'on installe une sorte de réseau d'infos. Pour ça, va falloir être amis amis avec pas mal de monde. »

Avoir des liens divers. S'faire des potes pour être au courant de pas mal de choses. Qui se doute que les stupro sont des salauds ; mis à part les anciens ? Ceux qui sont sur le point de partir, en gros. Parce que oui, être groupé, c'est bien, mais s'éparpiller c'est mieux aussi. Que Bianca soit pote avec une veleno, par exemple ou bien qu'Aloyse fréquente un Icidio. Qu'Elijah se rapproche d'un appeso etc. Gaspard avait déjà une idée, de toute façon.

« On assure nos arrières, chacun de son côté. On évite les failles qui sont susceptibles de nous foutre dans la merde. » Mais on s'attend à ce que rien ne soit parfait, bien évidemment.. « Eh tiens, on a des nouveaux, on va aller les accueillir. »

Et les foutre dans le bain.
Parce que oui, même si cajoler les bébés n'était pas sa tasse de thé, il fallait bien faire en sorte que les jeunes recrues soient parés de leur côté, qu'on leur explique les choses comme ils sont histoire de ne pas avoir de boulets. Parce que oui, les nouveaux sont les proies faciles et c'est à eux, braves et vaillants corbeaux -ahem- de veiller sur le bien être des petits.

Qui doit s'en charger ? Les plus motivés. Tout en sachant que les noms sont... Euh.
Merci petite liste.

« Mary Jane Cohen. Bonnie Pandore Bradburry. Alister Ayling et ... Ailee Keila Rayans. Et je me porte volontaire pour rencontrer ... »

Laissons le hasard en décider.
Il sorti de sa poche un dé. Oui oui, un dé pour jouer, un dé qu'on utilise dans les jeux de pokers. Vous voyez à quoi ça ressemble. Il secoue ce même dé et le jette enfin, sur le sol. Si ça tombe sur un ou trois ; Mary. Si ça tombe sur deux ou quatre ; Bonnie. Si ça tombe sur trois ou six ; Alister. Si ça tombe sur quatre ou cinq ; Ailee.
Et donc ...

« Tête à tête avec Mary. »

Le hasard en a décidé.
Enfin, il regarda l'heure et franchement, il était crevé. C'est donc sans attendre qu'il bailla comme un ours et posa le dé sur la table. Quiconque souhaite à son tour jouer à ce petit jeu est le bienvenu, encore. Mais il doit s'en tenir au résultat que le hasard décidera pour lui. Un bref bonne nuit et monsieur retourna dans son dortoir. L'histoire d'Elijah ? Complètement oublié.
Il en a bien profité, quand même.

HRP : Je me suis amusé à aller sur ce site pour tirer au dé. Vous choisissez " 1d6 " dans dés à lancé et vous avez le résultat. J'viens justement d'en avoir l'idée xD. Je suis tombé sur le un, donc... 8D
ALLEZ MOTIVATION. STUPRO !


© Codes par Oxymore.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mise à nu.

Mise à nu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lecture video interrompue avec mise en tampon
» probleme avec les cellules d'excel sur la mise en forme
» Attention : Fausse mise à jour qui cache un cheval de Troie !
» S. Demande de mise en page - Site du forum
» antivir périmé, mise à jour KO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: INSTITUT TO BE THE BEST :: SECOND FLOOR :: Grand Salon-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !