don't be so pathetic;(libre)                                                                                   
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

don't be so pathetic;(libre)

MessageSujet: don't be so pathetic;(libre) Jeu 25 Avr - 23:44


❝DON'T BE SO PATHETIC
Une autre inspiration.
Elle était totalement essoufflée. C’en était presque douloureux.
Mais pas question d’arrêter. Après tout, elle était venue ici pour se vider la tête, et l’épuisement en faisait partie. Difficile de penser à quoi que ce soit, dérangeant ou non, lorsque l’on était crevé. Dans son cas, en tout cas. Et rien de mieux donc que nager. Encore et encore, aligner les longueurs, perdre son souffle, toujours un peu plus. Sentir ses membres s’engourdir, un peu. Un peu trop, jusqu’à ne pas pouvoir continuer plus loin. C’était idiot, de pousser le vice si loin, de s’épuiser à ce point, mais c’était soit ça, soit se morfonde sous ses draps, pathétique et minable. Inadmissible pour miss Lisbon. Prévisible aussi, pour elle qui plaçait bien trop haut cette fierté sans grande valeur. Dans ses rêves, peut-être bien.

Finalement, après un mouvement de plus, un mouvement de trop, elle n’eut d’autre choix que de s’arrêter. Saisissant le rebord du bassin, histoire de ne pas perdre pieds, ses jambes lourdes, fatiguées de s’être trop agitées. De son autre main, elle ramena vers l’arrière quelques mèches blondes s’étant échappées de son chignon et lui obstruant la vue. Elle peinait à reprendre son souffle, et ses pommettes étaient teintées en conséquence. Un juron lui échappa alors; que manque d’élégance. Puis, lorsqu’elle sentit les battements effrénés de son cœur se calmer, son souffle s’apaiser doucement, elle prit appui sur le rebord auquel elle se tenait jusque-là, afin de s’asseoir sur ce dernier. L’eau dégoulinait du tissu rayé bleu et blanc qui couvrait buste, ventre et fessier. Pas question pour elle de porter quelque chose qui en révèlerait trop, surtout en sachant qu’elle n’aimait nullement ledit ventre, un peu trop grassouillet à son goût. Pourtant, ce n’était pas grand-chose, presque rien. Suffisamment pour que l’insécurité naisse cela dit, et suffisamment pour qu’elle veuille le dissimuler. Risible. Ridicule.

Et maintenant ? Elle était fatiguée, pour sûr, mais les tracas étaient toujours là. Déception et frustration se lisaient sur son visage, tandis qu’elle frottait légèrement ce dernier, un frisson désagréable venant lui morde lâchement la nuque. Autant sentir son corps être dans l’eau était une sensation plaisante, autant celle qu’elle ressentait actuellement était bien moins agréable. Le tissu humide se faisait bien frais contre son épiderme, et quelques mèches collées sur sa nuque l’agaçaient. Qu’importe. Il suffirait qu’elle récupère sa serviette, posée sur le banc derrière elle, et qu’elle aille se changer. Sauf que l’idée de rester ici, malgré l’inconfort, était bien plus plaisante. Pas un chat à l’horizon. Personne pour la déranger. C’était si rare. Elle qui n’avait que si peu d’amour pour les autres, si peu d’intérêt. L’idée la fit rire, un ricanement peu audible et diablement mesquin.

Passé cette hilarité soudaine et incontrôlée, Marloes se releva, reprenant de la hauteur sur ses échasses. Avoir des jambes si longue n’était pas aussi enviable qu’on pourrait le croire, aucunement. Quoi que d’un autre côté, cette sensation qu’elle avait de dominer une grande partie des gens était des plus délectables. Oh oui. Elle aimait tellement ça.

Une fois la serviette récupérée sur le banc, elle s’assit, séchant sa peau pour éviter que d’autres frissons ne viennent la déranger. Un bruit, des pas surement, parvint à ses oreilles. Elle jura, encore, le néerlandais si peu commun aux gens fréquentant ces lieux. Qui que cela pouvait être, au final, elle s’en fichait bien. Ce n’était pas comme si elle comptait lui adresser la parole. Elle avait mieux à faire. Comme pester contre cette poitrine trop imposante qui lui donnait mal au dos, par exemple.
Invité
MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Mer 1 Mai - 0:42

« Même de loin »


Les cours ; fait.
La bouffe ; fait.
Le sport ; à faire.
Les révisions et le reste pouvaient encore attendre un peu. Un soldat doit toujours savoir trouver le temps de se consacrer à son corps et à ses exercices. Ne jamais oublier de faire brûler les calories. Sans qu'on puisse s'en douter ; Jason était tout aussi bien le genre de gars à prendre soin de sa musculature gagné assez difficilement. Donc oui, : monsieur est narcissique.
Mais monsieur le mérite.

Pourquoi pas la piscine ? La natation a toujours aidé à l'affinement des muscles et au développement de la carrure. Avec ça, il est sûr et certain de ne pas finir trapu et sans charisme. Quelle horreur, un chef qui n'a pas de charme ne peut pas diriger une armée. Hitler avec sa moustache était charismatique. Pareil que Staline, idem que ... D'autres dirigeants d'une armée.
Tout simplement.

Tiens.

La géante de l'autre fois. Lors du cours Icidio - Veleno. Ce n'était pas elle qui a osé l'ouvrir pour répondre effrontément à la prof ? Si, bien sûr que si. Ce qui est particulièrement détestable avec les Veleno, c'était cette insuffisance, cette arrogance qu'ils montraient à tout va, à n'importe qui. Depuis quand est-ce que ce groupe est au-dessus des règles ? Et pourquoi d'ailleurs ? Le porte monnaie ?
Putain.

JAX ▬ Ah mais, c'est la perche qui l'ouvre pour rien dire. La règle disait ; ne pas côtoyer. Mais parler à l'autre d'une distance de 150 M n'était pas côtoyer, pas pour lui. Les chevilles ne sont pas esquintés, à force de supporter autant d’imbécillité ?

1m85 tout rond, contre ... 5 cm de plus que lui ? De ce qu'il peut s'en souvenir. Enfin, il croit, pas sûr à 100%. Juste que cette fille, une fois debout, le dépassait bien facilement. C'était perturbant, mais pas extraordinaire pour autant. En soi ; ça change rien. Une femme reste une femme et une femme sera à jamais plus faible qu'un homme. C'est dans la logique des choses.

JAX ▬ À croire que l'argent ne fait vraiment pas le bonheur, tout compte fait.

Ouais, il profitait un peu du fait d'être à l'autre bout de la piscine, mais ça résonnait assez pour qu'elle puisse l'entendre. Muni d'une serviette, d'un short de bain bleu/noir et d'une paire de lunettes de plongée. Hors de question de prendre le risque de perdre des points ; ça serait assez humiliant.
Surtout à cause d'une Veleno.

MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Mer 1 Mai - 2:02


❝DON'T BE SO PATHETIC
Du bruit.
Des pas, ça oui.
Une voix. Pire encore. Putain de voix qui lui fit hausser les sourcils, le désarroi se peignant sur son minois trop lisse. La tranquillité n’avait pas duré longtemps. Si peu, si peu. C’était frustrant. Il fallait que l’un d’eux se pointe. Désopilant, dérangeant. Crétin d’Icidio. Oh, elle s’en passerait bien de ceux-là. Ils avaient l’allure de bêtes folles, de créatures laissant parler plus vite leurs poings que le reste. Surement parce que ce reste ne devait pas valoir grand-chose. Ils n‘avaient rien à faire ici, si ce n’est frapper sur les plus faibles. La loi de la jungle, connerie du genre.

Un soupire s’échappa des lèvres entrouvertes. Marloes ne l’aimait pas vraiment. Au fond, ni plus ni moins que les autres. Mais il y avait sur son visage une suffisance qui lui déplaisait. Alors, elle ne pouvait le supporter. Surtout qu’il ne faisait rien pour.

Il était exécrable.
Et foutrement ridicule.
Il lui donnait envie de rire, à Marloes, mais elle ne riait pas. Elle pourrait se moquer, encore et encore, mais ne le faisait pas. Ne désirant pas perde de temps pour les imbéciles et les minables. Il croyait être quelque chose, mais ne l’était pas plus qu’elle, ou qui que ce soit ici. Une bande de pauvres cons se jetant à la gorge des uns et des autres, pour le bon plaisir de ce cher Monsieur Cerruci. La bonne blague. Hilarant. Même si ce n’était pas sa première année ici… Cela ne la faisait toujours pas rire.

Et elle restait parfaitement calme, parfaitement silencieuse. Attendant qu’il cesse de geindre, que ses oreilles arrêtent d’être aussi vainement agressées. Ne pouvait-il donc pas tout simplement se taire et aller se noyer, lui ficher la paix. Oh non, mais non ! C’était tellement plus drôle de lui cracher à la gueule. Vermine. La blonde n’en avait que faire de ce qu’il pouvait dire, penser. Elle voulait s’en convaincre, en tout cas, elle voulait que ce soit cette seule pensée qui perdure dans son esprit. Pourtant.

Pourtant il n’avait pas le droit de l’insulter comme ça. Inadmissible, inacceptable. Puis, c’était si facile de faire le malin, à l’autre bout de la piscine. Oh, pas comme s’il avait quoi que ce soit à craindre. Marloes n’avait pas grand-chose, si ce n’était sa taille. Et l’intimidation n’était pas dans ses cordes. Pas un type comme ça. Pas celui-ci.

Alors, t’as fini de râler ? qu’elle se dit, lèvres vaguement pincées. Elle n’aime pas hausser le ton mais elle n’a pas le choix. C’est sa faute, voilà ! Toujours la faute des autres, et voilà. C’était plus facile. Lâche.

« Si tu t’en sors, je devrais pouvoir survivre. »

C’est sec, c’est froid. Un peu trop précipité, sa mâchoire vaguement crispé. Elle voulait juste avoir la paix, et voilà qu’il vient faire le mariole, celui-ci. Et il avait de la chance, lui. Elle faisait l’effort de s’adresser dans une langue qu’il pouvait comprendre. Si rare qu’elle fasse cet effort.

« L’argent fait bien des choses, on ne peut pas tout avoir. »

Ça n’avait pas duré longtemps. Le néerlandais roulait bien mieux sur sa langue. Comme cette énième goutte d’autre chlorée qui roula sur sa tempe. Elle la chassa d’un geste de la main. Agacée.

« Et qu’est-ce que je t’ai fais pour mériter tant de sympathie, hm ? »

Allez, qu’il lui crache dessus un peu plus de son fiel, qu’elle puisse le déprécier un peu mieux. Elle s’en fichait, de toute façon. Mais nourrir l’agacement semblait l’amuser. Faire grandir se dégoût était tout à coup une activité bien satisfaisante aux yeux de la blonde. Qui s’était levée, sentant le tissu humide de son maillot de bain glisser contre son épiderme. Stupide frisson. C’était désagréable.

C'est quoi ton problème, petit con ?
Invité
MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Mer 1 Mai - 10:24

« Même de loin »


Espèce de vile saloperie.
Pourquoi tant de haine à l'égard des Veleno ? Pourquoi vouloir leur pourrir l'existence alors qu'il peut très bien se contenter de les ignorer et de tracer sa route. Parce que ce n'est plus drôle ensuite. Qui plus est, ces gens n'ont rien à vous apprendre. Absolument rien, ils sont juste protégés par l'argent, amusés par l'argent et bercés par l'argent. Et ça, c'est vexant. Surtout pour ceux qui sont obligés de faire plus que de demander à papa et à maman de les aider.
Sale gosse va.

Qui plus est, c'est aussi parce qu'ils sont la représentation même du monde actuel. Où tant que vous avez ces foutus bouts de papiers en poche ; tout vous est dû. C'est pire qu'avant ; où juste un titre peut vous faire appeler monseigneur. Là, n'importe qui peut avoir ce titre, tant que la monnaie se fait bien entrevoir.
Bordel que ça l'énerve.

MARLOES ▬ Et qu’est-ce que je t’ai fais pour mériter tant de sympathie, hm ? Cette question a juste mérité un léger sourire en coin des lèvres.

JAX ▬ Tu t'en moque, alors pourquoi te le dire ? Dit-il en jetant sa serviette sur le banc, l'air de rien. Rien qu'au son de ta voix, ça s'entend que t'en a rien à foutre des autres.

Alors oui, il pouvait la fixer, la détester et vouloir lui broyer les jambes avec un marteau. Mais aussi fort que son voeu puisse être ; jamais il ne pourra l'exaucer. Du moins, pas tant qu'ils resteront à Falcone. Le mieux serait d'attendre que la miss sorte, s'en aille et là, il pourra se défouler comme il se doit. Comme on dit ; une fois en dehors de la grotte, le danger rôde. Plus qu'à attendre, cependant.
Marre d'attendre.

JAX ▬ Sache juste que je meurs d'envie de te crever les yeux.

À la seconde même où sa phrase fut fini ; il se laissa tomber dans l'eau de la piscine. Un plouf parmi tant d'autres, rien d'extraordinaire. Qui plus est, cela lui permettait de ne plus voir le visage de cette grande asperge, le temps de réfléchir à comment foutre les Veleno plus bas que terre.

Invité
MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Mer 1 Mai - 11:10

















La femme est une eau fraîche qui tue, une eau profonde qui noie.

Tu accoures au bord de la piscine. Il vient de disparaître dans l'eau, le type. Tu sais pas pourquoi, mais ce que tu viens de voir t'a intéressée, ça promet quelque chose et tu n'as pas envie de rater ça. Ni même que ça s'arrête. Tu te penches au dessus de l'eau en prenant appui sur tes genoux, et tu essaies tant bien que mal de distinguer sa silhouette. Dans ta tête, ça fait "pars pas, reviens c'était drôle !" Tu mets Marloes à part. Faut dire que tes arrivées intempestives...

Dès que tu le distingues nettement, tu chopes le premier truc qui te vient sous la main -que ce soit un caillou ou une paire de lunettes oubliée- et tu le lui balances. Et tu ne le rate pas, cela va de soit. Ensuite, tu retournes rapidement sur ta serviette, préalablement étalée, et c'est position bronzette. Sur le ventre, bien sûr. Tu remets tes lunettes sur le bout de ton nez. Non, non, tu n'as pas bougé. Tu es juste arrivée au court de leur confrontation, tu as étendue ta serviette et tu t'es allongée. Voilà, voilà. Il ne te manque que la crème solaire. Ah oui. Tu attrapes ton tube. Crème party.


Citation :
(ceci s'appelle du trolling, lalalalaaaa)
MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Mer 1 Mai - 12:00


❝DON'T BE SO PATHETIC
Le fric, ce n’était que du fric, non ? Pas de quoi en faire tout un plat, et tant pis pour ceux qui n’en avaient pas. Petite gamine gâtée par ses parents, un père jetant l’argent par les fenêtres, et une mère qui… Bah, c’était sa mère, quoi. Pour elle, il n’y avait rien de plus normal que ce luxe, cette opulence, ce superflus étouffant. Alors il ne pouvait pas lui en vouloir. Ou plutôt, si, il pouvait. De tout son soûl si cela pouvait le soulager. Mais qu’il ne compte pas sur elle pour s’offusquer. Pas pour lui, ni pour personne.

Il n’avait pas tellement tort, elle devait bien l’avouer. Et plus encore, il se rendait bien compte que cela ne lui importait que peu. Malin, l’imbécile. Surprenant. A tel point qu’elle ne put retenir un sourire en moins, gardant cependant ses paroles pour elle. Pas besoin de jeter plus d’huile sur le feu. Même si elle en mourait d’envie.

C’était bien ça le problème avec Marloes. Elle était conne. Pas toujours trouvé, incapable de se rendre compte que ce qu’elle avait en face de lui n’était pas juste un imbécile. Un con aux allures de grand méchant loup. Elle devait bien savoir ce dont il était capable, et ce n’était surement pas son statut de femme qui lui épargnerait quoi que ce soit. C’était bien triste, mais c’était comme ça. Et pourtant, consciente de toute cela, elle voulait le chercher, frapper le serpent avec un bâton, user sa patience jusqu’à ce qu’il la morde.

De la patience, il n’avait pas l’air d’en avoir tant que ça.

Elle n’en avait rien à foutre des autres, oui.
Marloes leur vomissait sa haine et son mépris, son désintérêt.
Marloes ne les aimait pas, et s’en sortait bien comme ça. Tant pis pour la solitude qui pouvait en découler. Tant pis si personne ne l’aimait. Elle le rendait bien. Elle pourrait donner tant de raisons, tant d’excuses à ce désintérêt viscéral. Elle pourrait, mais se justifier était futile, une broutille. Tout simplement, la blonde avait choisi de faire ce que les gens faisaient de mieux. Être médisante et haineuse. Dégueulasse de connerie et d’égocentrisme. Aveugle et stupide à mourir, bornée en plus de cela.

« Ca m’évitera de voir ta face de con un peu plus long. » Mais ce n’était qu’un murmure qu’il n’avait pas pu entendre, couvert par le bruit de l’eau.

Les menaces.
Elle en riait, comme une hyène sans cervelle.
Marloes n’avait pas peur de souffrir, ni d’avoir mal. Ce ne serait pas la première fois, ni la dernière. Pas quand malgré tout son mépris, on s’obstinait à adresser la parole à des gens comme lui. Ou que des gens comme Pasqualine. Oh bon dieu, ce qu’elle pouvait être crétine, tiens. Une gêneuse, sale bête qu’elle voudrait bien écraser à coup de talons.

« T’es fière de toi, je suppose. » Mots lancé toujours sur ce ton remplis de dégoût, mirettes pâles rivées sur la blonde allongée sur sa serviette.

Ca par contre, il devait avoir entendu. Allez, frappe-la elle, défoule toi sur cette peste. Et fiche-moi la paix, ouais.

Ils étaient une raison de plus de détester les gens.
Une putain de raison qu’elle se plairait à écraser, si elle en avait le pouvoir, la possibilité.


Sale troll, ouais.
Invité
MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Ven 3 Mai - 15:15

« Même de loin »


Réfléchissons.
Ces derniers temps, tout va de travers pour Knowles. Les Icidios ne sont plus ce qu'ils étaient et surtout ; leur gueule n'était pas aussi désespérant. On voyait juste des petits rebelles à la con qui veulent mordre pour prouver qu'ils savent mordre, mais tout le monde sait mordre ; à sa façon. Alors ouais, pour une fois, Jason s'autorisa à un peu de tranquillité et de réflexion. Ne pas se laisser emporter et trouver une solution...

Jusqu'à manquer d'air et vouloir remonter à la surface, comme tout être vivant normalement constitué et vivant sur la terre ferme. Mais bim, il reçu un projectile. Il reçu ses propres lunettes et manque de bol, ce n'était pas la chose à faire. Bien sûr, la première accusée fut la grande perche, mais étrangement, ce n'était pas son genre de faire un truc aussi con...

MARLOES ▬ T’es fière de toi, je suppose. Eh ?
C'est par pur réflexe que Jax tourna son regard vers la troisième personne qui s'est invitée dans cet endroit. Ouais, encore une Veleno, il en est presque sûr. Non en fait ; il en est certain. Mais la petite chipie n'allait certainement pas s'en sortir comme ça, l'air de rien.

Et on replonge pour nager en la direction de la seule nana qui veut bronzer tranquillement, mais pas pour longtemps. Car oui, quand on veut emmerder Jason, c'est jamais gratuitement. Alors on se hisse hors de la piscine, on marche en direction de Pasqualine. On vise... Et on recrache toute l'eau qu'on a dans la bouche.

JAX ▬ La prochaine fois, vise quelqu'un d'autre.

Comportement de gamins face à un comportement de ... Gamins. Oeil pour oeil, dents pour dents. Tout ce que vous voulez, mais ce cher Jason se fout toujours au niveau de son adversaire et encore heureux que la jeune fille n'ait pas eu l'idée d'un autre truc plus... Haut niveau qu'un simple lancé de lunettes.

JAX ▬ Tous des attardés ces gosses de riches.

Il prit ses lunettes, les enfila et replongea. De sorte a éclabousser la géante qui se trouve à proximité. Juste pour bien faire chier.
C'est mignon, nan ?

MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Dim 5 Mai - 1:58


❝DON'T BE SO PATHETIC
La bonne blague.
Du genre hilarant, totalement.
Pourtant, aussi étrange que cela pouvait l’être, elle ne voulait pas rire. Non, Marloes ne sentait aucun amusement s’éprendre soudainement d’elle, ni un quelconque ricanement sembler vouloir s’échapper de sa gorge. Au contraire, c’était une sacré envie de lui faire avaler ses lunettes et sa crème solaire qui venait de naître dans son esprit. Elle parlait de Pasqualine, évidemment. L’Icidio, lui, ne lui inspirait pas grand-chose, en cet instant, si ce n’est une profonde antipathie et un certain mépris. Autant dire que cela ne changeait nullement de ce qu’elle ressentait pour la plupart des êtres de cette planète.

Il n’avait rien de particulier.
Rien de plus que les autres, qui pourrait éveiller son intérêt. Quoi qu’en y repensant, cette blonde fort agaçante non plus. Une attitude idiote de gamine sans cervelle. Et un comportement horripilant. Tout ce que la demoiselle détestait. Et plus encore.

Elle avait senti le regard du jeune homme sur elle, sentant également venir les reproches. Un coup, d’autres insultes lancées dans le vent. Qu’importe, elle n’avait pas peur de lui. La douleur n’était qu’un mauvais moment à passer. Qu’elle était stupide, Marloes, avec ses convictions et ses pensées vides de sens. Elle se donnait cette image de fille que rien n’atteignait, et qui n’en avait rien à faire de ces pouilleux inutiles. La vérité n’était pas loin, mais il y avait toujours un problème. Elle n’était pas forte; faible folle sans réelle ambition, se laissant vivre sur l’argent de papa. Elle n’avait rien de vraiment intéressant; si ce n’est une silhouette de chair trop pleine qui lui rappelait celle de sa mère tant détestée.

Un geste.
Elle pouffe de rire doucement.
Un rire qu’elle aurait voulu étouffer, mais qui par sa soudaineté, lui avait échappé sans pouvoir le contrôler. Ce n’était pas tant le geste, qui était hilarant, mais plutôt le fait qu’il n’avait rien de réellement violent. De la part d’un type comme lui, sale cafard, elle se serait attendue à pire. Et c’était à présent presque de la déception qui régnait dans son regard pâle. Allons, c’était tout ? Pas de déchainement de colère, de coup porté avec violence ?

Dommage.

Elle se retrouva éclaboussée. Elle aurait pu en être outrée si elle n’était pas déjà mouillée. Tout juste haussa-t-elle un sourcil, essuyant les quelques gouttes sur sa joue, son minois redevenu lisse. Toute trace de rire s’était envolée, sans plus attendre.

« Je le trouve bien clément avec toi. »

Sourire acide en prime, elle prit place sur le rebord de la piscine, ses jambes trop longues, trop encombrantes trempant dans l’eau chlorée du bassin.

« Il faut bien respecter un quota de diminués dans cette école. » Quelques mots lancés à voix haute, parfaitement audible, donnant réponse à la pseudo insulte du bleu.

Elle attendait d’ailleurs qu’il refasse surface. Elle voulait encore pousser la vipère à mordre. Pour de vrai, pourquoi pas. Quitte à ce que ce soit elle. Qu’importe. Ca n’avait pas d’importance, tout cela était une maudite face, mascarade stupide.

Ah, voilà.

« Venant d’un Icidio comme toi, je m’attendais à plus de. D’action. De panache. »

Elle sourit légèrement, se penchant vaguement.

« C’est. Décevant. »

Toujours ces phrases inutilement ponctuées. Allongées. Et lancées de ce ton trop froid, trop distant. Toujours.
Invité
MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Dim 5 Mai - 10:32

« Même de loin »


Chose faite.
Jason pouvait retourner à ses occupations. Pas besoin de rester à la surface plus longtemps pour comprendre que sa cible va râler, s'énerver et vouloir se venger. Mais il s'en fiche, si elle souhaite s'en prendre à lui, il répondra. C'est tout aussi simple que ça. On l'attaque, il attaque, on le provoque, il provoque. Un prêté pour un rendu. Tout ce qu'il y a de plus juste et équitable au beau milieu de ce merdier royal.
Putain, bonne blague.

Il remonta quelques minutes après pour entendre le commentaire de madame jamais contente de la vie. Mais butez la, la pauvre, elle veut mourir jeune et sans préavis, ma parole. Etait-elle vraiment Veleno ? Un peu mon neveu, car sinon elle n'aurait pas ce dédain, ce regard hautain et cette voix... Qu'on lui brise les cordes vocales.

MARLOES ▬ Venant d’un Icidio comme toi, je m’attendais à plus de. D’action. De panache.

Un combat de coq, en clair. Va crever ma belle, tu parles à un soldat, pas à un vulgaire chien. Puis quoi encore, elle veut pas non plus que maman aille lui chercher des biscuits et du thé le temps qu'elle regarde ce qu'elle ne cessait de demander ? Sale gosse gâtée pourrie qui ne comprenait réellement pas dans quelle galère elle allait se foutre.
Ouais, en fait, elle était conne.

MARLOES ▬ C’est. Décevant.

JAX ▬ J'ai pas pour habitude de répondre à des attaques aussi nulles à chier.

Eh oh, il s'agit là d'un vieux Icidio. D'un gars qui a déjà passé quatre ans, qui a eu largement le temps de passer outre certaines choses. Comme ce genre de tentatives de provocations. T'as cru quoi, grande perche ? Qu'il allait répondre, beugler et foncer tête baissée ? Ah ah ah. C'est plus un première année, c'est devenu un high level. Celui qui a eu le temps de voir ses aînés agir bêtement.
Pas question de reproduire la chose.

La frapper et ensuite ? Perdre des points ? Tant qu'ils sont à Falcone, les veleno ne sont que trop bien protégés. On ne peut pas vraiment gratifier le fait qu'ils sont considérés comme de simples élèves, ici.

JAX ▬ Si tu veux de l'action, provoque-moi comme il faut. Pas comme une pauvresse qui cherche désespérément de quoi s'distraire.

Maintenant, c'est lui qui la regarde de haut. Bien qu'il soit encore dans la piscine, se penchant légèrement en arrière pour éviter d'avoir à user de ses jambes pour se garder hors de l'eau. Ah là là, les jeunes, il faut tout leur apprendre.
C'est con.

MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Lun 6 Mai - 12:56


❝DON'T BE SO PATHETIC
Elle devait bien le lui concéder, l’attitude de Pasqualine n’avait rien de reluisant.
Un comportement enfantin et totalement dépourvu du moindre intérêt. Véritable gamine qui ne lui faisait ressentir que mépris et désintérêt. Oh, c’était presque une honte qu’elle soit chez les Velenos, tiens. Un peu plus de raffinement et de réflexion aurait été de mise. Autant dire que Marloes n’avait aucun remords à se moquer de la blondinette, affichant en tout et pour tout un sourire mesquin, gardant les éclats de rire pour elle-même.

Lui ne valait pas mieux, cependant.
Il faisait le fier, pensait avoir un quelconque statut qui devrait l’impressionner.
Mais voyez-vous, face à une idiote, inconsciente des risques qu’elle encourt, difficile de se montrer convainquant. Il aura beau gonfler le torse et lui cracher des paroles acerbes, elle ne pliera nullement l’échine devant lui. Ni lui ni un autre. Et au fond, cela n’avait pas tant à voir avec le fait qu’il était Icidio, mais plutôt qu’il était tout simplement humain. Elle aurait pu argumenter des heures sur le comment du pourquoi, cette haine qui n’avait au final pas de raison d’être. Jamais elle n’avait réellement été maltraitée par la vie, oh non. Petite princesse chanceuse et gâtée. Il en avait suffi de peu. Des moqueries, une espèce de fierté mal placée, quelque chose comme ça. Et une bonne dose de stupidité, associé à une lassitude grandissante.

Trop exigeante, elle s’était mise à tout détester.
Trop exigeante, elle en était venu totalement détestable.

Alors, elle le fixait toujours, et ses mots n’avaient pas plus d’effet que les précédents. S’il voulait qu’elle cesse, mieux valait peut-être la mordre. Tout juste lui accorda-t-elle quelques mots.

« Une distraction ? Si c’était réellement ce que je cherchais, crois-moi, ce ne serait pas auprès d’une quelconque personne que je la trouverais. »

Elle méritait une gifle. Bien placée, bien sentie.
De quoi faire rougir sa chair, de quoi lui faire comprendre. Qu’elle n’avait aucunement le droit à une telle prétention, une telle attitude. Un jour, quelqu’un devrait bien la faire chuter de son piédestal. Et le plus tôt serait le mieux.

Mais en attendant, il n’y avait personne pour le faire.

Son regard était fort intéressant. C’était une sorte de fierté qu’elle voyait là. Hautaine, surement, malgré leur position qui semblait vouloir indiquer le contraire. Alors c’était ça ? S’affronter du regard jusqu’à ce qu’il se passe quelque chose, n’importe quoi ?

« Penses-tu vraiment que je sois assez stupide pour te provoquer, franchement ? »

Elle souffla. Oh, elle l’était ! Tellement, bien trop. Il n’aurait nullement tort.

Encore un soupire, et elle se glissa dans l’eau à nouveau, un frisson mordant son échine. Pourquoi jouerait-il avec elle, après tout ? Et quel pourrait être le jeu, de toute façon. Un étalage navrant de stupidité atterrante, peut-être.

« Oh, pourquoi tant de haine, au final ? Le sais-tu ? »

Elle sourit vaguement, idiote. Marloes ne sait pas elle-même ce qu’elle cherche, dans cette eau fraîche, dans cette conversation sans but.

« Puis, il a quelque chose chez toi de surprenant. On se figure bien trop souvent les gens comme toi comme étant. Des imbéciles. Ce que tu ne sembles pas être, tout compte fait. »

Ca n’avait rien d’un compliment. Quelque chose qui n’existait pas dans le vocabulaire de la néerlandaise. Une réflexion acide, un venin craché comme ça, pour voir.

Puis, elle parlait trop.
Invité
MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre) Mer 8 Mai - 17:30

« Même de loin »


Elle était schizo.
C'est tout ce qu'il y a à dire pour sa défense. Cette fille ne savait même pas qu'elle était en train d'user de la provocation de manière bien ouverte pour ensuite dire ; je ne te provoque pas. Mais. Bon dieu, a-t-elle un cerveau ou le fait qu'elle soit blonde l'a vraiment atteinte ? Si c'était ça, mon dieu, les Veleno iront pas bien loin. Malheureusement pour eux, la bêtise n'a jamais apporté aucun trophée.

MARLOES ▬ Oh, pourquoi tant de haine, au final ? Le sais-tu ?

Parce que c'est comme ça et pas autrement. Il y a toujours eu de la rancoeur entre les Icidios et les Velenos, les riches et les pauvres, les bourges et les soldats. Pourquoi est-ce que ça doit changer ? Qui plus est, qui oserait changer quoique ce soit, d'ailleurs ? C'est ainsi depuis des années, les générations précédentes ont juste transmis la haine qu'ils ressentaient à la nouvelle génération. Voir en image les précédentes humiliations subis par les Veleno juste pour que ces derniers montrent leur supériorité...
Que dalle.

MARLOES ▬ Puis, il a quelque chose chez toi de surprenant. On se figure bien trop souvent les gens comme toi comme étant. Des imbéciles. Ce que tu ne sembles pas être, tout compte fait.

JAX ▬ ...

Il doit prendre ça comment, en fait ? Il ne sait pas. Mais venant d'une Veleno, c'était surement pas un compliment digne de ce nom. Non, c'était juste pour lui dire qu'il était mieux qu'une bête de foire. Tellement mieux qu'elle préfère perdre son temps avec lui.
Sauf que lui, il a autre chose à foutre.

C'est pour ça que dans un soupir, il s'éloigna d'elle. Pour mieux se hisser hors de la piscine, s'essuyer et s'préparer à partir. À quoi bon rester avec des pestes pareilles, ça mène à rien et on va aboutir à nulle part. Juste une cuisante en vie de les étriper, toutes les deux.

JAX ▬ La prochaine fois, apprend à faire un vrai compliment. Ca tue personne et ça coûte rien.

Il pouvait pas s'concentrer, nager en paix et surtout ; profiter du silence des lieux. Puis vaut mieux s'en aller, au cas où si un adulte intervenait pour enlever cent vingt points sans excellente raison. Alors il quitta la piscine, le plus rapidement possible, saluant rapidement la jeune femme et - mentalement - lui souhaiter bon courage avec l'autre teigne.
Voilà.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: don't be so pathetic;(libre)

don't be so pathetic;(libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» J'ai testé pour vous: la chute libre du Zümo.
» [espace 4]carte main libre
» Libre Graph
» [LAG III] Mémoire siege et retros vers carte main libre
» [résolu][lagunaII ph2] Recherche carte main libre vierge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: EXTÉRIEUR :: Complexe sportif :: Piscine-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !