Life's bitch, nope ? - Libre                                                                                   
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

Life's bitch, nope ? - Libre

MessageSujet: Life's bitch, nope ? - Libre Ven 3 Mai - 18:33




life is a a bitch, nope ?.



Il fait nuit. Vraiment nuit. Il doit être minuit, plus ou moins, je n'avais rien sur moi pas même mon portable. Juste de l'argent. Ce soir je voulais boire, dans un bar peut-être, la bonne de nuit ne me tentait pas. J'étais dans le genre fêtard mais là... Puis merde, j'sais pas, j'sais plus, je verrai. Aujourd'hui et hier avaient été des journées de merde, ennuyeuses, longues, mais le pire était que je les avais passé seul. J'avais pour habitude dans ce genre de moment là, d'aller squatter chez quelqu'un, d'appeler des amis pour faire le fou comme toujours, de passer du temps avec eux, ou même d'aller emmerder la première personne sous mon nez. Mais non, j'en avais décidé autrement. Vraiment autrement. A tel point que j'en étais énervé, je regrettais, j'étais nerveux. Et lorsque Kassix n'est pas satisfait... ce n'est pas un Kassix en temps normal.

J'avais choisi de traîner dans les vieux quartiers, à cette heure-ci. J'étais fou, j'en étais conscient, complètement barge. Mais j'ai toujours aimé la folie, les aventures et le danger. Je n'avais pas froid aux yeux, pas vraiment. Encore moins en étant dans l'état actuel. Je me sentais seul, nostalgique sans trop savoir pourquoi, mes pensés commençaient à devenir négatives. Je fronçais les sourcils. Les gens avaient pour habitude de me voir con, souriant, taquin, blagueur mais jamais dans ma mauvaise humeur, du moins c'était plutôt rare. En même temps, je faisais tout pour éviter ce genre de chose, parce que de toute manière même si c'était le cas, ils n'y prêtaient pas attention ou s'en fichaient. Sinon on ne m'aimait pas et on me prendra au sérieux. Mais aujourd'hui je n'avais pas envie de me retenir, non.

Les petits talon de mes bottes claquaient contre le sol, d'un pas lent. Mes mains étaient dans les poches de ma veste et la capuche était posé sur ma tête. Je marchais entre les ruelles, j'apercevais de simple passant, plus j'avançais plus il y avait des filles habillées d'une manière plutôt osée. Je n'y prêtais pas attention, je ne voulais même pas savoir. Je continuais, je tombais nez à nez avec un groupe de délinquant, moto, tatouage, alcool et compagnie. Je les entendais éclater de rire entre eux, puis les insultes défilaient, pour finir à se frapper dessus. Je soupirais. C'tait pire que n'importe quoi. Nous les Icidios, on ressemblait limite à ces trucs. Du moins, beaucoup nous voyait comme ça et ils n'avaient pas vraiment tort. Mais moi je n'en étais pas encore arrivé là. Ce genre de personne se regroupaient entre eux, soit disant parce qu'ils se comprenaient, tandis que moi, j'allais vers n'importe qui autant les timides que les cons que les excentriques que les vulgaires. J'étais plutôt sociable et ça devait être ça qui a du m'sauver. Mais ne croyez pas pour autant que je suis un gentil petit toutou incapable de sortir de ses gonds. Je n'étais pas un Icidio pour rien.

Je leur passais à côté, quelques uns m'observaient intrigué ou plutôt méfiant. Quoi, ils ont un truc contre moi là ? Non mais je n'allais pas les déranger alors qu'ils ne commencent même pas à m'dévisager. Heureusement ils n'y faisaient plus attention une fois bien loin d'eux. Je pénétrais dans un bar, observant à droite puis à gauche. Il n'était pas trop tard, environ de minuit. Ça dépendait, certain fermait tôt et d'autre super tard. Je passais ma main le long du visage en soupirant.

- Un café. Non je déconne, un Nikka Wisky, autant faire le fou jusqu'au bout j'dois me lâcher... lançais-je en lui montrant ma carte d'identité.
- Et voilà pour l'jeune homme ! N'en faites pas trop quand même.

Il riait légèrement. Je le fixais, le regardais pas du tout amusé. Il se retournait et partait en direction d'autre client. Tandis que je laissais l'argent, je buvais un peu, puis cul sec et posais ma tête sur le comptoir. Putain, je m'ennuie. Je frappais mon poing violemment contre celle-ci.

- Raaaaaaaah ta race j'me suuuis fait mal.

@destiny.


Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Life's bitch, nope ? - Libre Sam 4 Mai - 13:15




    La réalité est une béquille pour les gens qui ne supportent pas les drogues.



    Hmm.. On est quel jour déjà ..? Heu. On est bien le weekends, hein ? Comment j'me suis retrouvé hors de l'académie déjà..? Tch. J'ai la tête en vrac. Jamais plus je ne tenterais de nouveaux comprimés.. Tch. S'était franchement une des pires idées que j'ai pu avoir dans ma courte existence. Le type me propose un cacheton gratuitement.. J'aurais dû me méfier. Yare, yare, qu'es-ce que j'ai bien pu faire pendant ce laps de temps ..? Bon, j'suis en ville alors autant en profiter pour visiter un peu, non ? Après tout, si je n'étais pas autorisé à sortir, au vu de l'heure, glander une heure de plus ou de moins ne changerait rien à la gravité de la sanction que ce foutu dirlo me donnerait. Fait chier. J'vais encore me faire engueuler. Hmm.. Je n'connais pas cette partie de la ville.. Il vaudrait peut-être mieux que je rentre.. Quoi que.. Pour être honnête, je ne serrais pas capable de retrouver mon chemin seul.



    Bon. Ce n'est pas que déambuler sans but dans les étroites ruelles de Rome me dérange, loin de là sauf que je ne me sent franchement pas bien.. Crise de paranoïa ? Certainement. J'avais l'impression qu'un truc me suivait. Mon imagination sûrement, mais un doute persistait. Ohyo. Se bar n'a pas l'air si miteux que ça. J'vais faire une petite pause dedans. C'est décidé. Amis alcoolique du soir, bonsoir. Je contemplais la salle un petit rictus en coin. Ces poivrots qui ne pouvaient supporter quelques gorgées d'alcool. Pathétique. Hmm.. Le visage d'un des sacs à bière me disait quelque chose.. Je devais le connaitre, mais qui était-il ..? Un élève ? Certainement. J'avais l'impression de l'avoir vu de nombreuses fois cependant, je ne lui avais certainement pas lâché un seul mot. Je m'approchais de lui rapidement et m'installais à sa table. Un Icido ! Je m'en souvenais à présent. Je le regardais tout en affichant un sourire mauvais. Voyons voir si je suis capable de l'énerver. Un léger ton hautain mélangé à un ton moqueur.. Avec ça, j'allais le pousser à bout.


    Edward - Pitoyable. Un seul verre et déjà tu perds la raison.








Better to starve than lose his innocence to earn his bread.

Invité
MessageSujet: Re: Life's bitch, nope ? - Libre Dim 5 Mai - 3:10

« On ne rigole plus. »


Pu-tain.
C'était vraiment les pires journées qu'il a passé depuis. Bien trop longtemps, tiens. Il s'disait aussi que le paradis n'existait pas sur Terre, mais de là à ce que même la tranquillité soit complètement foutue en l'air aussi vite, merde alors. Première envie ? Retrouver les petits enfoirés qui ont complètement été inconscients et égoïstes. Sans doute des nouveaux venus, c'est la seule explication. Aucun Icidio ne prendrait le risque de vouloir faire couler le groupe, sauf sans une bonne raison...
Mais y en a pas.

Alors Jax attendit. Tout simplement. Il attendit dans ce bar que l'une des nouvelles têtes fasse surface et se dévoile au grand jour. Edward Weatherland, voilà ce qu'il cherchait. Pire encore ; c'était sa cible du moment. Qui plus est, il avait un plan en tête et il se devait de partager ce dernier avec ses camarades de guerre. Mais chaque chose en son temps.
D'abord le bizutage d'Edward.

Bref, cela fait deux ans que le patron de cet endroit connait Jax. Pas besoin de vous dire comment, un habitué se fait facilement connaître. Discrètement, il paya un surplus pour un petit service. Petit service qu'il allait s'exécuter d'ici quelques secondes, grand maximum. Justement le temps pour que Knowles s'approche, sans qu'Edward n'y prête attention - puisque techniquement, il ne l'a jamais vu -. Le service ? Il consiste à foutre un seau remplie d'eau froide juste en face de Weatherland.
Et que Jax lui fout la tête dedans.

JAX ▬ RHA ! Ca m'avait manqué de bizuter mes nouveaux larbins de la sorte, putain !

Ca se débat, ça tente de sortir de là. Mais la prise est trop bonne, trop précise pour qu'Edward puisse s'en dégager aussi aisément. Qui plus est, il ne sait pas d'où Jax attaque, il ne sait pas s'il doit frapper à gauche ou bien à droite. C'est là toute la merveille de l'attaque surprise, mes mignons. Vous ne précisez rien, vous ne dites rien, aucun bruit. Que dalle et hop, vous sautez sur l'occas'. Tonton Jax va vous apprendre tout ça.
Maintenant.

SAM ▬ C'est pas toi qui nettoie, arrête ça tout de suite !
JAX ▬ ... Rabat-joie. Il relâcha Edward, voir mieux, il le jeta en arrière pour qu'il s'écrase sur le sol. Si tu nous fait perdre encore des points, p'tit con. Je te noie, pour de bon.

Doigt pointé et regard figé en direction du concerné. On ne fout jamais Jason Knowles dans la merde sans payer le prix fort. Et cela, peu importe ce que ça peut vous coûter. Un doigt, un bras, une jambe, un pied... Une couille ou un sein. Il s'en fiche. Il a passé assez de temps à Falcone pour capter que si tu te fais pas respecter ; tu vas franchement pas loin.

JAX ▬ J'vais pas chier sur la parlotte. J'ai un plan, vous êtes tous les deux dedans, histoire de vous rattraper comme il faut.

Il regarda Kassix, qui lui, est connu pour avoir violenté un camarade à la plage. Bon dieu, filer une image de violeur compulsif au groupe... Ca, ça mérite un téton en moins. Mais heureusement pour lui ; Jax n'avait pas de couteau à sa porté.

JAX ▬ L'infirmière veut nous coller au nettoyage des veleno et des stupro. Vous allez m'accompagner - je m'en cogne de vos avis - et on va ... Là où il se trouvait, il ne pouvait qu'avoir une bonne idée. Libérer des rats, par-ci et là. Histoire de rendre l'endroit plus ... Proche de la nature qu'elle ne l'est déjà.

Pas besoin de se la jouer discret. Sauf si on possède les oreilles de Wolverine ou le sens de Superman, on ne pouvait pas attendre correctement ce que disait Jax. Trop de brouahah dans les alentours. Seul Kassix et Edward peuvent l'entendre. Ce sont les seuls à se trouver à proximité.
Pas con, l'icidio.

JAX ▬ Des objections ?

Tant qu'à faire.

MessageSujet: Re: Life's bitch, nope ? - Libre Dim 5 Mai - 11:52



life is a a bitch, nope ?.



Un type s'approchait de moi, il s'installait à mes côtés tandis que je tournais légèrement le visage en sa direction, toujours posé contre le comptoir, je l'observais du coin de l'oeil. Le regard neutre. Là, il me lançait d'une manière sarcastique comme quoi en un seul verre j'avais perdu la raison. Uh ? Hein ? Attends, quoi ? Moi j'avais perdu la rais... MAIS NON J'AI PAS PERDU LA RAISON N'IMPORTE QUOI LUI. Je n'étais pas amusé, alors qu'en temps normal je l'aurai été, j'aurai rit ou j'sais pas quoi. Je soupirais, m'étirais et finalement je me redressais, fixant le verre. Lâchant normalement :

- Non. Je ne tiens pas forcément bien l'alcool mais pas au bout du premier non plus.

Je tenais fermement le verre de mes deux mains, fixant le vide à l'intérieur. A peine quelques secondes se sont écoulés qu'un blond venait de foutre la tête du type à côté de moi dans un seau d'eau. Eh ? Mais... Qu'est-ce... c'est que ce bordel ? Je posais mon regard sur le blond, plutôt surprit de ce qu'il était en train de faire. Mais il fichait quoi ? Il déconnait ou... ? Génial, maintenant les gens regardaient en notre direction. Je détournais la tête et n'y prêtais plus attention. Je commandais un deuxième vers mais à ce moment le barman lui dit d'arrêter, entre autre. Le blondinet se mit à parler de point, et de le noyer une nouvelle fois s'il recommençait. Ah ? Dans tout les cas ces deux là faisaient partis des Icidios. Je levais un sourcil, observant la victime et l'autre qui semblait fou de rage. Puis il continuait, en nous disant qu'il avait un plan et que nous devions nous rattraper. Attends, deux sec mec, pourquoi. Pourquoi NOUS ?! J'ai rien foutu ces deux jours, la semaine dernière... J'sais même plus ce que j'ai pu faire comme connerie. Mais je m'en foutais. Je détournais la tête au moment où il posa son regard sur moi, je jouais l'ignorant en soupirant.

- L'infirmière veut nous coller au nettoyage des veleno et des stupro. Vous allez m'accompagner - je m'en cogne de vos avis - et on va ... Libérer des rats, par-ci et là. Histoire de rendre l'endroit plus ... Proche de la nature qu'elle ne l'est déjà.

...Quoi ? QUOI ? Mais je comprenais absolument RIEN de ce qu'il me racontait, l'infirmière ? Le voyage ? Les rats ? Putain mais... de quoi, d'où il sortait lui ? Alors du coup je le regardais d'un air intrigué et à la fois perdu. A cette heure-ci, se rendre à un voyage ? Mais il avait complètement craqué lui. Hahaha... NAN NAN. J'me bougeais pas le cul. RÊVE.

- Des objections ?

Je ricanais légèrement. Je ne sais pas si c'était la fatigue qui me faisait perdre mes capacités mentales - sans commentaire - même si bon, ce n'était pas comme si j'en avais beaucoup mais... Je. détestais. qu'on. me. parlait. de. cette. manière. sans être précis. Surtout. Putain mais accouche ! Bref, je me tournais vers lui et fronçais les sourcils. Je posais ma main sur son épaule.

- J'me sens pas concerné, l'infirmière a dû fumer. J'pige rien à ton blabla et à ton histoire de rat, j'suis pas dedans et ça ne m’intéresse pas.

Je me tournais de nouveau vers le bar d'un air las. Si c'était pas sa journée, ça n'était pas la mienne non plus.

@destiny.


Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Life's bitch, nope ? - Libre Dim 5 Mai - 16:24




    La réalité est une béquille pour les gens qui ne supportent pas les drogues.



    Grmblreuh. Intéressant n'est-ce pas ? Oh. Vous n'avez pas comprit ? C'est étrange que vous ne me compreniez pas lorsque j'essaye de m'exprimer la tête submergée par quelques centimètres d'eau glacée. Quel est la salope qui a osé me faire ça...?! Il va me le payer. Laisse moi me libérer. Tu vas voir. Ose me lâcher. Ose. Que je puisse te faire goûter à mes poings. Enfin ! J'aspirais une grande inspiration avant de me retourner. Qui voulait se battre ? Oh. Jax. Oh. Ce n'est pas le type qui me traquait voulant me briser un membre pour avoir fais perdre des points au groupe ? Oh. Je pense que je vais lui pardonner la douche gratuite. En plus voilà, s'était rafraîchissant, j'avais un peu trop chaud. Je devrais peut-être le remercier, non ? Histoire qu'il ne me brise pas une jambe. L'enfoiré. Je me vengerais. Je ne sais ni quand, ni comment, mais je me vengeais. Obligatoirement.



    Bon. Si je l'écoute et fais ce qu'il dit, il me laissera tranquille ? Hmm. Intéressant. Ce genre de type, il vaut mieux l'avoir de son côté que face à soi. D'autant plus que son idée était loin d'être mauvaise. Foutre la merde. J'aime ça. Et pourquoi pas développer l'idée. Un feu. Brûler les locaux des Velenos. Hmm. Risqué tout de même. Mais pourquoi inclure l'autre déchet ? Il est clair qu'il n'est pas en état pour faire quoi que ce soit. A moins qu'il ne veuille rejeter la faute sur nous en cas d'une situation inattendu. L'enfoiré. Je ne peux lui faire totalement confiance. Bon. Pour le moment, je vais adopter une attitude docile et observer le déroulement des événements.


    Edward - L'autre n'a pas les couilles nécessaire. Pourquoi ne pas remplacer les rats par mettre le feu à leurs dortoirs ?








Better to starve than lose his innocence to earn his bread.

Invité
MessageSujet: Re: Life's bitch, nope ? - Libre Mar 7 Mai - 14:55

« On ne rigole plus. »


Bien.
Weatherland ne semblait pas d'attaque à riposter. Dommage, d'un côté, mais d'un autre ; il prouvait par là qu'il n'était pas si con que ça. C'est bien, il aura un susucre plus tard. Cependant, une chose était sûre et certaine ; Jax ne supportait pas qu'on lui dise non. Pourquoi dire non à une proposition qui en valait la peine ? Ils étaient là pour quoi, ces gaillards ? Dormir, pioncer et rien foutre ? Mais putain, ce sont des soldats et des gens qui ont un minimum de dignité ; AU MOINS CA. Mais.
Rien.

La réponse de Kassix l'a assez agacé. Comment ça - IL SE SENT PAS CONCERNE ? Il veut se foutre de la gueule de qui, là, en fait ? Il était pas icidio ? Il était pas parmi-nous ? Alors qu'est-ce qu'il branle dans nos dortoirs ? Qu'est-ce qu'il foutait avec Gill ? Mais putain, c'était pas possible. Juste avec le peu qu'il venait de sortir, juste avec ça. C'est sans plus attendre que Jax répliqua.
Comment ?

En lui attrapant les cheveux pour lui faire embrasser violemment la table.
Voilà.
SAM ▬ JAX BORDEL !
JAX ▬ Autant pour moi, Sam !

Ca va, il n'allait pas foutre en l'air son bar juste en punissant quelques petits cons de ce genre. Le truc, en fait, c'est qu'il n'est pas allé de mains mortes. Entre l'autre qui a dû boire la tasse et lui qui allait avoir une belle migraine peut-être demain, ils étaient gâtés avec Knowles comme aîné. Putain, est-ce que c'était une façon de parler à une personne hiérarchiquement supérieur à eux ?
Non.

JAX ▬ J'ai pas à m'expliquer. Cette pute a dit LES Icidios et vous êtes, des icidios. T'étais là avec l'autre abruti, tu viens, point à la ligne. Et s'il veut s'battre, pas de soucis. Jason était toujours prêt à ça. Quant à toi, ton idée est à chier. Les rats ça pissent, ça chient et ça copulent. Le feu, c'est du vu et revu.

Il n'allait pas non plus leur expliquer comment Falcone fonctionne, non ? S'ils veulent la paix, ils sont mal barrés. Ils sont ici, ils vont participer, avec ou sans leur gré. De toute façon, tôt ou tard, ils seront prix pour cible, qu'ils le veuillent ou non. Alors autant participer maintenant avant de se retrouver en bas de l'échelle plus tard.
Et là, ça sera trop tard.

JAX ▬ Y a une guerre entre les quatre clans et on est les plus forts, on doit juste le montrer, si vous êtes des fiottes, dégagez de mes rangs, j'veux pas de poids morts.

Il regardait surtout Kassix, en disant ça. Monsieur je me sens pas concerné. Hey, c'est pas lui qui s'est retrouvé face à l'infirmière ? C'est pas lui qui s'est fait frappé par un bleu ? Et il ose dire ; je suis pas concerné. Eh bien on va te faire concerné, mon petit pote. ET là, tu diras plus du tout la même chose. Peut-être même que tu vas jouir du peu de pouvoir que tu vas obtenir aux fils des années.

JAX ▬ Donc je répète. On va nettoyer les Veleno, les rats vont empester, salir leur quartier et ils seront dans l'obligation de dégager le temps de tout dératiser. Il se frotta les mains, rien qu'à l'idée de voir ces riches flipper comme des tafiolles. Mais pour ça, il nous faut des rats. Soit de poubelles, soit domestiques dans les magasins et on les installe pendant qu'on fera le ménage.

Malin, non ? Sachant qu'un Veleno, ça reste dans la classe, la grâce etc... Alors même après avoir mis x temps à se débarrasser des rats, certains seront dérangés, agacés de vivre là où la vermine s'est installée et copulé ... Niarf, rien que d'y penser, ça le faisait rêver.

MessageSujet: Re: Life's bitch, nope ? - Libre Jeu 9 Mai - 14:24


C MWA



Dante, il a que des mauvaises idées ; traîner dans les bars romains à cette heure-là en fait partie. Il s'est prit un coup dans le nez -dans tous les sens du terme, malheureusement. Il titube en quête d'en endroit où se poser, il tombe sur un bar. Pousse la porte et va s'affaler sur un tabouret, devant le bar. Sans se soucier de qui l'occupe – mais cela ne tardera pas.

« C'que vous avez de plus f-... Fortifiant, un truc du genre ? »

Par pur automatisme, tourne la tête à droite et à gauche pour évaluer un minimum les lieux. Oh.

La question du jour est celle-ci – Dante possède-t-il un instinct de survie ?

Sans attendre qu'on le serve, le décoloré se lève -manque de s'étaler au sol, puis se dirige d'une démarche zigzagante vers le blond. Il va s'en prendre une pour l'avoir laissé dans la merde la dernière fois. Oh oui. S'apprête à l'empoigner férocement lorsque son esprit embrumé par tout l'alcool ingéré lui signale vaguement que son camarade icidio n'est pas seul. Un brun. Rien à foutre, il pourra toujours lui casser également la gueule s'il tente de défendre son petit copain.

Et... Une chevelure blonde des plus reconnaissables. Dante marque un temps d'arrêt et fixe stupidement Jax. Le vieux loup. N'avait-il pas quelque chose après lui, ou quelque chose du genre ? Sûrement par rapport à la dernière fois. Il l'avait vu, il était venu à leur rescousse ; bon, il lui en devait une. Mais Knowles n'avait pas eu l'air des plus joyeux, à ce moment-là. Là non plus. Savait-il seulement sourire ? Peut-être que quelqu'un lui avait coupé le muscle du sourire. Ouaiiis. Ce devait être cela. Et, au lieu de faire profil bas; au lieu de saluer sobrement son aîné, ou mieux, de fuir avant que la sentence ne tombe, l'icidio ne trouve rien de mieux à faire que de lancer stupidement :

« T'souris jamais. Pou... En quel h... Fin, t'souris jamais ? »

Non. Dante Stanley Eastwood ne possède définitivement aucun instinct de survie. Dommage. Peut-être finira-t-il par assimiler cela au cours de son séjour à Falcone.

phain G krwa
MessageSujet: Re: Life's bitch, nope ? - Libre Lun 13 Mai - 19:34




    La réalité est une béquille pour les gens qui ne supportent pas les drogues.



    Un chef. Un leader. Un guide. Peut-être que c'est ce que je cherche inconsciemment finalement. Je ne sais pas si c'est la drogue ou je ne sais trop quoi, mais je trouve la situation follement intéressante. Il va y avoir de l'action et s'était certain. Jax. Le suivre m'apporterait certainement de nombreux ennuis pourtant, ça me permettrait de réaliser de nombreux sales coups. La vie est un jeu, non ? A quoi bon vivre si c'est simplement pour exister ? J'en ai assez. J'ai besoin de renouveau et cette personne semble être capable de m'en apporter alors pour le moment, je vais simplement m'écraser et lui obéir.

    Une meute. Voilà ce qu'étais les Icidos. Hors, cette meute était désorganisé. Aucun réel leader ne se faisait sentir ce qui nous poussait vers le fond.. Il nous fallait quelqu'un et je venais de décider que je laisserais sa chance à ce type. Je lui ferais confiance.

    Un petit nouveau en approche et il n'a pas l'air bien frai .. Tch. Pitoyable. Si faible. Chaque homme a ses limites et il devrait les connaitre. Les excéder ainsi.. Pitoyable. Je suis similaire à ces déchets. Pourquoi ? Pourquoi ais-je aussi peu de respect pour mon corps ..? Qu'es-ce que je fuis dans cette réalité ? Elle n'est pourtant pas si dur avec moi .. Qu'es-ce qui provoque cette addiction ? Suis-je faible au point de ne pouvoir m'en passer ..? Il me faut réfléchir .. J'ai besoin d'être seul.

    « Je vous laisse entre vous, j'ai besoin d'être seul. »

    Je me relevais et commençais à m'éloigner lentement, l'esprit embrouillé. J'avais besoin de temps. Rome ne s'était pas faite en un jour après tout. Je me retournais vers Jax un sourire mauvais en coin.

    « Tu peux compter sur moi, contact moi quand tu auras besoin. »

    Retournons à nos déambulations nocturnes ..










Better to starve than lose his innocence to earn his bread.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Life's bitch, nope ? - Libre

Life's bitch, nope ? - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» problème life time map updater
» J'ai testé pour vous: la chute libre du Zümo.
» [espace 4]carte main libre
» Libre Graph
» [LAG III] Mémoire siege et retros vers carte main libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ROME :: Le strade :: VIEUX QUARTIERS-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !