heartless discipline _ openasfudge                                                                                   
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

heartless discipline _ openasfudge

MessageSujet: heartless discipline _ openasfudge Mar 7 Mai - 3:22

J'aime bien comment tu crois t'en sortir. Parce que tu crois que tu en es capable, jolie discipline. Je suis toujours là moi, avec mon sourire niais et mes produits volés.
tenderless discipline.


Il fait peut-être pas beau, mais on est bien. Juste bien. Ni chaud, ni froid. Ni mal ni super. Le juste milieu qu'il faut à tout. Petit coup d’œil à gauche, dernier coup d’œil à droit et elle se fout là, en plein milieu du terrain avec son vieil ami, un portable vieux comme la terre, mais avec une charge qui bat tout ceux de l’époque contemporaine. Bah, ouais, elle, il tient pas un petit deux heures pour finir par se claquer dans sa face, non, ce vieux tas de merde gris là, il tiens presque 5 heures sans même rechigner. De toute façon, c'est pas comme si elle avait besoin d'une connexion internet, parce qu'elle était là pour écrire. Pour écrire et vider son cœur, pour écrier et se laisser une bonne fois tranquille. Dos à une statut des plus négligées, pas vraiment belle à vraie dire, pas bien sculptée. Bien sûr, elle ne parlait pas de négligée au sens exact, mais plutôt en regardant les coups raide et le nom-lissage de certaines parois. Ça se voyait au premier coup d’œil, tout comme cette statut envoyait un sentiment de puissance et de virilité. De violence même. Mais ce n'était pas plus mal placé. Ça avait bien sa place, ici. Tout comme elle, elle était bien ici. Elle était bien ici car elle n'était pas tombé encore sur une personne importante, elle n'était pas encore tombé amoureuse. Elle pouvait enfin écrire sans parler d'amour loufoque et de tragédie. Pas besoin d'aimer, pas besoin de rencontrer aujourd'hui. Elle devait se mettre tête à nue, oubliez elle, oubliez ses problèmes à elle et écrire. Écrire pour un travail sur la discipline, voyons-donc. Et la statuette se tenait juste derrière elle, fière et dégueulasse en même temps. C'était le meilleur porte pour un tel sujet.

La disciple, c'est un îlot de rêve illusoire qui nous dicte nos fait et gestes. Îlot disgracieux, qui veut rendre tout le monde identiques, de vrais moines, sans liberté et sans esprit. Sans esprit, sans envie. Sans envie de faire des folies. La discipline, c'est ce qui vous fait lever le matin sans cracher votre haine du soleil, c'est ce panneau qui vous dis de vous arrêter quand vous êtes sur le point de mettre vos idées sur papier. La discipline, c'est un leur. On vous raconte de belles histoires, on vous promet des dirigeants, mais on vous forme des dictateurs au écoute de leur seul maître, le même qui les a former. Des bêtes prêtent à vous sauter à la gorge, a atteindre votre sang, à prendre votre droiture et votre semblant d'imagination. La discipline, c'est la mère fondatrice de notre succès et de notre faillite. Elle vous donnes le sentiment de réussite, mais au moment d'en être au sommet, elle vous écrase, demandant son du. La discipline, c'est cette vieille femme qui vous courent après, qui revient toujours vous hantez, qui vous demande toujours de s'occuper d'elle. Non, la discipline n'est pas jeune, c'est une éternité qui croit toujours en sa valeur, mais qui ne comprends rien à l'avenir. Elle se tient sur le quai, sur d'être la seule avec la solution, et attends avec impatience son lots d'incultivé pour la nourrir de sa vengeance et de son malentendu. La discipline, c'est cette vieille amie qui vous dit de rester droite, de vous tenir bien, qui vous donne un coup sur les jointure et vous regarde honteuse lorsque vous faites un son avec vos lèvres. Cette discipline, c'est celle qui nous poursuit, sans jamais vouloir prendre de nouveauté, sans jamais vouloir comprendre qu'elle ne peut être la seule à nous élever.

Avouons-le, depuis Falcone, la discipline avait un tout autre arrière goût, mais elle devait s'avouer que ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas écrit un truc pas pire quand c'était pour autre chose que son plaisir. Non, disons-nous le dans le blanc des yeux, elle avait plus d'inspiration depuis qu'elle s'était promis de ne plus fumée en même temps que de regarder le clavier. C'était immense le nombre de petites idées qui chantaient dans sa tête. Foutue buzée quoi.

'' Ah, purée. Tant pis, je trouve que c'est juste assez de lignes. ''

Remontant ses cheveux en chignon, Adela prit une longue respiration, une respiration profonde, sentant l'air frais autour d'elle. Enfin une journée où elle ne s’écroulait pas sur une tonne de sueur et de mauvaises odeurs masculines et complètement horrible. Un clic enregistra le travail et ses doigts tout frais peint fermèrent l'écran, posant sa tête sur les pieds de ce maréchal je-suis-le-boss-finale-! Gauche, droite et seulement quelques personnes qui ignoraient même son existence. Perir rire refoulé, gros sourire au lèvre, elle relève sa tête, craque son cou, et cherche de la main son sac qui prend lentement le détour avec un autre.

'' Non, mais tu vas me rendre ça, salopard! ''

Elle tire son sac vers elle, et criant comme elle le fait seulement quand elle est vraiment dans un bon coup, elle court, elle court, encore. Avec ses talons, elle à pas l'air dans son assiette, dans sa discipline, tiens. C'est une écrivaine, cette jeune là. Elle pas les muscles pour courir, elle a pas le sang chaud. En fait, c'est une vrai Appeso dans l'âme, tout dans l'âme et rien dans le corps. Tu disais qu'on se nourrissait d'amour et d'eau fraiche ? Adela en est bien la preuve, Adela qui court à s'en coupé le souffle, Adela qui court comme sa vie en dépendant à la vitesse si rapide d'une tortue en cavale, Adela, avec ses cheveux qui se détache, viennent la faire chier en se mettant dans son visage. Adela qui a plus de peau que de muscle, qui a un peu de gras de ses cotés pour se donner des formes et qui à le reste tout dans sa poitrine bien remonté, qui se balance à droite et à gauche quand elle fait son possible pour se rendre et se rapproché. Elle crit encore, qu'elle merveilleuse voix rocailleuse que tu nous chantes là, n'est ce pas ? Tu sembles sur le point de t'évanouir et là, tu en peux plus, tu balances ta vie en criant et tu fais juste t'arrêter près d'un groupe qui se fout limite de ta gueule.

'' Évidement, c'était trop demander que de lui faire un bon croche pied bien placé! ''

Se laissant tombé, tombé, juste ce couché dans l'herbe, avec au moins son vieux et laid portable gris contre la poitrine. Elle reprends son souffle. Encore, lentement. Tant pis, elle avait juste un peu d'argent dedans, et un truc qu'elle a volé à une fille de sa classe. Un elle ne sait quoi en fait. Un truc simplement. C'était rose, fluffy et du tout pas dans son genre.


made by pandora.
Invité
MessageSujet: Re: heartless discipline _ openasfudge Lun 13 Mai - 13:52



« C'est une plaisanterie ? »

Liberté.
Enfin. Putain, depuis le temps qu'il rêvait d'avoir une permission pareille. Vous savez, faire ce qu'il a envie de faire, pisser au coin des couloirs, cracher sur les autres élèves sans que ces derniers n'ont le droit de lui rendre l'appareil. C'est pour ça qu'il faut en profiter, car cette liberté est malheureusement temporaire. Bien entendu, il faudrait faire attention, beaucoup vont vouloir se venger ensuite.
Mais on les emmerde.

Gaspard ne peut pas s'empêcher d'abuser pleinement de la chance que dieu a bien voulu leur accorder. Cette possibilité de se relâcher un peu, de pouvoir user de cigarettes, d'alcools et autres trucs généralement interdits dans les murs de Falcone. Tabasser un camarade - déjà fait. Pisser dans le quartier des Icidios - déjà fait. Draguer une appeso - à faire.
Actuellement ?

Fumer allègrement. Voilà ce qu'il fait dorénavant. L'immunité était un foutu avantage sur lequel il ne faut vraiment pas cracher dessus. Et il devait montrer l'exemple à ses camarades. Faites tous pareils, cracher par terre, coltinez la première venue et fumer comme un pompier en classe, tiens. Les autres ? Ils peuvent juger, rager et insulter, ils avaient qu'à se bouger, gagner et peut-être même qu'ils auraient fait la même choses, voir même pire. Car après tout, la seule chose que Gaspard fait, c'est d'agir tel un étudiant américain au sein d'une école italienne.
C'est pas bien grave.

Juste que sa route de belle promenade, il tomba nez à nez avec un gars un peu trop en mode stresse à son goût. Mais qu'est-ce qui lui prend ? Et ce sac ... Est beaucoup trop féminin pour lui. Pas besoin d'être sherlock pour comprendre que ce type était juste un voleur qui venait de prendre le premier truc qui lui tombait sous la main.

« Dégage putain ! » Se la jouer superman, récupérer le sac et le rendre à sa proprio ? Puis quoi encore. C'était pas ses affaires, il s'en fichait. « P'tain, si on veut voler, on le fait correctement. Pas comme un vulgaire pisseux. »

Et il continue sa route.
Pour ensuite croiser celle qui a dû être victime de ce vol. Pauvre biquette, le prince charmant n'existe plus de nos jours et là où tu te trouve, c'était pas le bon endroit pour le rencontrer.

« Donc c'était à toi le sac que l'autre déglingué a piqué ? »

Et il la regarda, l'examina pour au final en conclure qu'elle n'était pas une Stupro. Veleno ? Elle manquait de goût au niveau des habits. Icidio ? Pas assez costaud. Appeso, donc. Encore une petite pauvresse qui allait s'en prendre plein la figure. Ou peut-être pas.
C'était à voir.

« En même temps, s'retrouver ici, c'est pas franchement prudent. J'espère pour toi que c'était qu'un élève, hein. » Sa cigarette était presque fini, t'façon. « Gaspard McLean et actuellement à la recherche d'une secrétaire. Tu t'appelles ? »

Tant qu'à faire.

© Codes par Oxymore.

heartless discipline _ openasfudge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: EXTÉRIEUR :: Jardins-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !