Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe !                                                                                   
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe !

MessageSujet: Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe ! Ven 10 Mai - 21:50




Travail du jour : Faites un exposé par groupe, je veux que ce soit précis et complet. Ok, jusque là, nickel, ça va, Coraline a bien examiné chaque tête attentivement pour capter les intellos et s'est mise avec eux. Les intellos, ça aiment bien prendre les décisions et faire tout, comme ça, elle pourra ses limer les ongles en paix pendant qu'eux font le travail à sa place. Huhu, son plan était parfait, sans faille ! Mais ce qu'elle avait pas prévu, c'est que les intellos avaient eu aussi une forme de paresse, et pire encore, il aimaient que TOUT soit PARFAIT ! Jor la prof elle demande 20 lignes, eux, ils traduisent ça en page.... 20 pages mothafuckah ! Non quand même pas, j'éxagère... à peine... Bref, ces andouilles se sont dit : Hé ! Pourquoi on ferait pas un sondage ? Ben wi ! Pourquoi pas faire un sondage alors que le but de l'exercice est tout simplement de faire une a-na-ly-se... Pourquoi faire plus simple quand on peut faire plus chiant ?

Malheureusement, alors que les intellos discutaient entre eux de qui allait faire quoi, Coraline, elle, elle dormait, et du coup, elle était pas là pour protester participer à la discussion... Et du coup, qu'est-ce qu'il s'est passé ?

* Sondage de mes couilles... Intellos de mes deux... Qu'ils aillent en enfer, tous ! *

Rageuse ? Un peu… Elle espérait passer un mercredi après-midi tranquille, pépère, mais non… Il a fallut qu’elle se ramasse le rôle le plus pourri de tous, celui de l’intervieweuse. En gros, ça fait le 14e couloir qu’elle se farcit en quête de réponses, et jusqu’ici, tout ce qu’elle s’est ramassée étaient des : Nan. Non. Noppe lol. Heu, nan… Han-han. Non. T’es mignonne mais non.

Non, non et non… Des non partout ! En ouvrant la porte ! Tirant les tentures ! Ouvrant son sandwiche, et même sous les plaques d’égouts ! Ils la poursuivent buhu… Sa prochaine destination était le grand salon, endroit habituellement très peuplé mais qui, bizarrement, dès qu’on a besoin de peuple, se trouve être désert. La finnoise avait beau être nouvelle, on lui avait vaguement briefée sur le territoire des stupros à pas trop franchir et blabla. Discours qu’elle n’écouta qu’à moitié, et sans scrupule, elle actionna la clenche et ouvrit la porte sans soucier le moins du monde des courants d’airs provenant du corridor. Rapide coup d’œil à la salle… Il y avait genre maximum trois personnes, mais ça ferait l’affaire. Cible potentielle numéro un spotted. Là, sur le fauteuil en face de la fenêtre, un type chelou aux cheveux roses ! Ca doit sûrement être un alcoolique et il a pas l’air trop méchant, contrairement aux icidios qu’elle avait prit soin d’éviter.

Sans gêne, elle enjamba le dossier du canapé et vint s’asseoir à côté du wauze. Règle n°1 quand on est chargé des sondages, prendre la victime par surprise, sinon elle a le temps de fuir.

« Salut ! On fait un travail de recherche sur l’alcool avec ma classe et faudrait que tu répondes au questionnaire. »

Règle n°2, on ne laisse ni choix, ni échappatoire à la victime, et règle n°3, on sort notre plus beau sourire radieux. Sans attendre sa réponse, elle enfila ses lunettes et tourna la page de son calepin.

« Alors… Question une, buvez-vous de l’alcool ? Si oui, à quelle fréquence ? Enfin pour toi ça devrait plutôt être le calumet de la pipe hin-hin-hin-hin-hin. » Rire débile bonjour me voilà, j'appartiens à Coraline. Faut l'excuser, quand il s'agit de blagues vaseuses elle est dans son élément.

Hin-hin, bref passons, il aurait été tellement facile de répondre par un « Non désolé je ne bois pas », mais malheureusement, Coraline y avait déjà pensé –les erreurs de débutants m’voyez…- et avait prévu des questions bonus pour ces personnes clean. Et si vraiment ça marche pas, elle aura recours à la manière forte, c’est-à-dire, déballer sa synthèse d’histoire à l’époque des exécutions publiques. Un truc bien dégueu et bien gore histoire qu’ils se souviennent d’elle pour la prochaine fois.

Le sourire radieux toujours aux lèvres, la jeune fille ne quitta pas des yeux une seconde le type-bizarre-aux-cheveux-roses et attendit sagement sa réponse en tapotant légèrement son porte-mine sur son nez (son nez à elle, pas à lui krrkrr).

MessageSujet: Re: Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe ! Sam 11 Mai - 1:42

Grmbl.



Les gens aiment me pourrir la vie.

Falcone est lourd, son ambiance confinée, la guerre permanente qui y règne, autant de choses qui pèsent sur tes épaules, et tu ne t’en rends même plus compte, Ezechiel. L’Italie est un pays laid. Les romaines sont à son image. Elles parlent fort, tu ne t’entends plus penser.
Pris par le mal du pays ? Sans doute. Mais de quel pays ? Tu en as tellement vu, et ton Amérique natale est tellement loin derrière toi, est-il possible que tu la regrette ? Non. Hors de question, inenvisageable, on ne t’a pas appris à être quelqu’un de mélancolique ; s’appesantir sur le passé n’est pas digne de la tâche dont seules quelques années d’études parfaitement exécutées te séparent.
Retranché dans ton coin, les yeux perdus dans un paysage dénué d’intérêt puisque tu le connais déjà par cœur, tu es avachi comme rarement tu l’as été. La colonne vertébrale ? Bazardée aux oubliettes.
Au fond, tu brûles juste d’impatience. Derrière ton masque d’imbécibilité heureuse, tu meurs d’envie de leur montrer à quels points ils sont médiocres, tous ces insectes qui regardent l’Indien Wauze en riant, pensant qu’il ne remarque rien. Ezechiel voit tout, il n’oublie rien. Mais il ne dit rien non plus, continuant de tracer son chemin dans l’ombre qu’il se projette lui-même pour plus d’efficacité.

Ainsi, la tranquillité que tu affectes, inoccupé et vautré que tu es dans un canapé –confortable, il faut bien reconnaitre ceci à l’établissement, il utilise du bon mobilier- n’est qu’une feinte. Tu attends que la nuit tombe, t’enveloppant d’un manteau de ténèbres et surtout de tranquilité pour compléter ton instruction. En attendant, tu entretiens l’image du parfait idiot incapable d’ouvrir un cahier pour travailler que les gens ont forgé à son sujet.
Une console de jeu plus tard, un jeu stupide ou il faut sauter partout et récupérer des items ridicules, le tout en anglais afin de te permettre de prendre un peu de distance avec cette fichue langue qu’est l’italien, et tu te complais à parfaire l’illusion. Le jeu semble te détendre, et pourtant, ton esprit est loin, si loin d’ici, des années en avant.
Tu ne peux t’empêcher de sursauter en sentant quelqu’un s’asseoir à tes côtés. La première moue que tu lui réserve est surprise, la seconde vaguement agacée. Pas moyen d’être tranquille trois minutes, en Italie. Tu fronce le nez d’un air peu avenant avant de te reprendre et de laisser tes traits revêtir à nouveau ton éternel masque de bouffon de la cour.

Tu mets le jeu en pause. Dommage, tu allais presque achever un passage critique. Ce sera pour plus tard.
Tu ne la connais pas cette demoiselle. Tu la jauge rapidement du regard. Trop maigre pour être une Icidio, trop humble pour faire partie des Veleno ; il s’agit en conséquent d’une Appeso. Rien à craindre de ce côté-là ; cette filière t’inspire spontanément du mépris, il faut bien le dire, mais ta méfiance naturelle reprend vite le dessus. Elitiste, oui, tu l’es, narcissique également, mais jamais assez pour oublier de te garder de tous ceux qui traînent à Falcone ; s’ils y ont atterris, ce n’est pas par hasard, jamais.

-« Salut ! On fait un travail de recherche sur l’alcool avec ma classe et faudrait que tu répondes au questionnaire. »

Pourquoi tu y prendrais part, à ce foutu questionnaire ? Tu n’as pas envie, tu n’aimes pas qu’on t’agresse de la sorte. Mais tu continues de sourire avec un air d’imbécile heureux, et tandis que tu acquiesce, tes cheveux roses battent la mesure avec exaltation.

-« Avec plaisir ! »

L’enthousiasme est ce qu’il y a de plus facile à simuler, et tu le fais admirablement bien.

De toute façon, ce n'est pas comme si on te laissait RELLEMENT le choix.

Tu ne sais guère pour combien de temps tu vas en avoir, alors tu n’éteins pas encore ta console. Avec un peu de chance, ce sera rapide et tu pourras bientôt recommencer à t’abîmer dans ton oisiveté.
A moins qu’elle ne profite de ton accord –les gens qui ont du accepter de se prêter au jeu doivent être bien rares…- pour tirer les choses en longueur.

-« Alors… Question une, buvez-vous de l’alcool ? Si oui, à quelle fréquence ? Enfin pour toi ça devrait plutôt être le calumet de la pipe hin-hin-hin-hin-hin. »

Le calumet de la PAIX, espèce de débile. Le calumet de la pipe, tu n’as jamais rien entendu d’aussi stupide, et pourtant, tu sors des imbécilités avec un débit que beaucoup doivent t’envier. Mais tu continues de sourire avec un air d’imbécile heureux, jouant indéfiniment le même rôle, répétant éternellement le même scénario.
Tu pousses même le vice jusqu’à rire à sa blague. Sincère, autant qu’il est possible lorsqu’on est comédien à temps plein comme tu l’es.
Oui, tu as du sang Apache, oui, tu as un visage typé d'Amérindien, et ca ne t’a jamais dérangé qu’on fasse des blagues à ce sujet. Du moins ne l’as-tu jamais montré. De toute façon, ton accent étrange quand tu parles italien, mélange de l’américain et du chiricahua qui t’ont servis de langues maternelles se chargent de démontrer que tu n’es pas né sous les ces latitudes.

-« Oh, c’est drôle que tu me poses cette question justement maintenant ! »

Tu te penches vers le sac qui traines à tes –vos, maintenant- pieds, et en sors la bouteille de manzana qui y traine, avec un grand sourire. Elle est déjà vide au quart. Ce que tu ne diras pas, c’est que ça fait un mois que tu l’as ouverte. Non, il est beaucoup plus amusant de leur faire croire que c’est ce que tu ingurgites en une matinée de Stupro débordé.

-« Je cherchais un partenaire de beuverie. »

Tu tends la bouteille à la demoiselle avec une mine réjouie, les bracelets ethniques ornant à outrance tes poignets basanés s’entrechoquant avec quelques petits cliquetis pour certains.

-« Ca te tente ? »

Jouant l'inconscient, l'inégnu, l'enfant, avec une facilité déconcertante. Comme s'il était normal de proposer de l'alcool à la première venue.



They're fucking awesome:
 
MessageSujet: Re: Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe ! Sam 11 Mai - 13:40




Y avait clairement un truc qui clochait... Mais impossible de savoir quoi si ce n'était que c'était trop facile. Même avec toute la bonté du monde entier, c'est juste improbable qu'une personne réponde avec tant d'enthousiasme alors qu'on la dérange en plein jeu pour de stupides questions sur l'alcool. No... Y avait vraiment, vraiment un truc qui clochait, mais n'ayant aucun indice sous la main, Coraline préféra fermer les yeux et profiter tant que la situation tournait à son avantage.

« Oh, c’est drôle que tu me poses cette question justement maintenant ! »

Hmmm ? Aussitôt, ses priorités changèrent et elle refila la dernière place à son sondage. Ahh la curiosité... Pêché que Coraline tente tant bien que mal du lutter contre mais... Sans succès. Elle regarda donc l'indien rose fouiller dans son sac, sourire toujours aux lèvres, se demandant bien ce qu'il allait sortir. Ça l'intriguait tellement qu'elle en aurait presque oublié son sondage alakon.

« Je cherchais un partenaire de beuverie. »

Urgh ! Déception.
La finnoise se maudit elle-même, elle aurait dû s'y attendre en plus ! Elle tenta de garder un sourire sincère malgré tout. Le voilà, le beug de cet enthousiasme, quand elle disait que ça paraissait trop facile... Au moins ç'aurait pu être pire. Là, c'était esquivable, il suffisait de connaître suffisamment de mots médicaux compliqués et le tour est joué. Elle ouvrit la bouche, s'apprêtant à lancer un "non" catégorique, mais la mine réjouie que le jeune homme afficha soudainement en lui tendant la bouteille la fit buter sur ses mots. Ça, c'est qui fait partit du genre de truc qu'elle ne peut avouer qu'à elle et elle seule, elle a beau dire le contraire, c'est juste impossible pour la petite de rester insensible face aux sourires des gens. En plus, il avait l'air tellement heureux... Elle voulait pas le décevoir uhu... Mais Coraline est clean, elle ne fume pas et ne boit pas, pourquoi ? Pour la simple et unique raison que.... Coco ne tient pas l'alcool. Une seule fois elle a essayé, elle s'est mise à raconter que les vaches du voisins voulaient un rancard avec ses amis et qu'il fallait organiser un speed dating à tout prix. Je vous laisse imaginer le niveau quoi... Elle devient juste pathétique, mais le pire, c'est qu'elle en a conscience qu'elle dit de la merde, mais ça sort tout seul, comme si sa langue devenait juste incontrôlable. Du coup, elle s'est jurée de ne plus jamais boire d'alcool.

« Heuu... Je... C'est... Très gentil, vraiment, mais je suis hépatique. On m'a formellement interdit de boire de l'alcool. »

Hépatique ? Ou diabétique ? C'était quoi le mot exact déjà ? Bah, c'est un indien, kestu veux qu'il y connaisse quelque chose dans ce domaine-là hmm... Rien, rien du tout, c'est bien ce qu'il me semblait ouais. Réajustement nerveux de lunettes, raclement de gorge, bref coup d’œil à cheveux-roses... Il est vexé ? Il n'a pas l'air. Pas trop... Herm, vite, quelque chose pour le consoler. Du chocolat ? Ça tombe bien, il lui reste le paquet de tout à l'heure et il était encore à moitié plein. Elle le sortit de son sac, en prit un au hasard avant de le tendre ensuite au garçon.

« Les bleus sont à la noisette et les jaunes sont au lait. Y en a qui sont à la liqueur dans le tas mais je sais plus de quelle couleur, si tu tombes dessus et que t'aimes pas tu peux me le passer. »

Pendant les fêtes de pâques, c'était toujours la seule à aimer les œufs à la liqueur et elle avait prit l'habitude qu'on les lui refile à force. Elle avait donc dit ça par habitude, et sans mauvaises intentions. Elle ne voulait pas qu'il se force à manger un truc deg' alors qu'elle, elle en raffole. Par contre, elle avait complètement zappé que la liquer = alcool, et que donc sa théorie sur l'hépatisme venait de tomber à l'eau krr krr. Kelécon.

Le sourire naïf et sincère aux lèvres, elle reprit son calepin en main et cocha donc le "oui" de la première question.

« Quechtion chuivante. » Elle vient de gober le chocolat à moitié entier ce sale porc. « Pourquoi buvez-vous ? » La question classique quoi, ça ne devrait pas être trop dur à répondre.

En fait, c'était pas vraiment la question deux, mais plutôt la quatre... Enfin... La cinq, pour être sincère... Coraline était tout autant pressée que lui de finir ce questionnaire au plus vite et retourner pieuter. Plus tôt ils auront finit, plus tôt elle sera libre. Lowgik krr krr. Quitte à brûler les questions plus au moins useless pour en finir rapidement.

Spoiler:
 

MessageSujet: Re: Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe ! Dim 12 Mai - 14:59

Grmbl.



Chocolate or not chocolate.

Déception, désillusion, déconvenue. Tant de choses visibles sur le visage de mademoiselle une fois que fut offerte à sa vue la bouteille d’alcool, malgré l’ébauche de sourire qu’elle continue de plaquer sur son visage. Médiocre comédienne, son jeu est immédiatement percé à jour pour toi ; mais tu garde ton expression avenante comme si tu n’avais strictement rien remarqué. Tu es un idiot, dis-t-on à ton sujet au fond des couloirs ; profites-en.
Tes épaules ne s’affaisseront sous le poids de la peine que lorsqu’elle te servira une excuse sur un plateau d’argent. Hépatique, interdite d’alcool, hm ? Quelle cause de base ; seringue mal stérilisée, transfusion sanguine, transplantation d’organe, simple partage d’objets avec une personne atteinte également ? Mademoiselle te semble trop sage, tu doute vaguement de son histoire, mais en réalité, ceci n’a aucune espèce d’importance. Ton sourire laisse place à une expression contrite, comme si tu étais désolé d’avoir nargué mademoiselle avec quelque chose qu’elle ne peut pas prendre.

- « Oh, pardon, si j’avais su, je ne t’aurais pas proposé ! Ca doit pas être facile à vivre…. Heu attends. Hépatique ? Hm ? Kezako ? »

Oh, évidemment, tu pourrais sortir dix définitions de ce mot, dix façons d’expliquer à quelle idée il renvoie. C’est le minimum syndical pour intégrer les lieux, te semble-t-il.
Mais l’Indien Wauze a toujours eu du mal avec les termes de plus de six lettres.
L’idée de boire un peu à deux, rompre la solitude autour de la boisson est reléguée aux oubliettes ; vaguement et brusquement lâchée, posée sur un coussin entre vous, la bouteille est abandonnée, son existence oubliée à peine la jeune fille à côté de toi sort des chocolats de son sac.

DU CHOCOLAT.

Tes yeux sombres s’illuminent, ils brillent, ils envoient des cœurs en direction des friandises ; tu aimes le chocolat. Ton visage retrouve tout son enthousiasme habituel, sourire à l’appui, dents impeccables dévoilées presque jusqu’aux molaires. Oubliée, ton expression navrée.
Tu saisis celle des friandises qu’elle a la générosité de te tendre, la regarde un instant, avant de lâcher un « Je peux, c’est vrai ? », tel un enfant qui attends l’autorisation de sa mère avant de savourer un bonbon qui lui semble plus ou moins durement gagné, mais toujours tentant malgré tout. Tu écoutes les explications à propos des différents parfums disponibles ; le mot liqueur te fait tiquer, léger froncement de sourcil.

-« La liqueur, ce n’est pas la même chose que de l’alcool ? »

Tu hausse les épaules d’un air perplexe, tu pose ta question d’un ton dont la naïveté est soigneusement calculée ; la dose en est si élevée qu’il semble que tu pourrais croire la jeune fille sur parole si elle te disait que non, ce sont deux substances radicalement différentes.
Tu ne perds pas de temps à te demander pourquoi elle a tenté de s’inventer une excuse, surtout si c’est pour la trahir avec autant de désinvolture une fraction de secondes plus tard ; méfiance, faiblesse face à l’alcool, dégout vis-à-vis de cette substance ? Peu t’importe. Elle ne boit pas, tant mieux ; il est trop tôt pour vider la bouteille et finir séché.

Tu fixe la friandise qui est entre tes doigts depuis quelques longues secondes maintenant. Tu as cherché la raison d’une telle sympathie ; elle a pris à tes yeux des allures de naïveté, une simple volonté de bien faire. Tu as envisagé tout un tas de plans démoniaques qu’elle pourrait avoir monté et dont cette friandise serait l’arme principale ; tu n’oublies pas que c’est la guerre à Falcone. Seulement, l’empoisonnement te semble si peu crédible que tu décide d’enterrer ta méfiance l’espace d’un instant, d’autant que la jeune fille a englouti un chocolat elle-même.
Avec un air heureux, on ne peut plus comblé même, tu glisse à ton tour le tien entre tes lèvres. Bon gout, c’est indéniable ; parfum noisette ? Pas d’alcool, tant mieux. Le questionnaire reprend, prenant peu à peu des allures de jeu

-« Pourquoi buvez-vous ? »

Tu écarquilles les yeux avant de poser un regard surpris sur elle, tes dents continuant de mastiquer la sucrerie avec application.

-« Hmmmmmmmm… »

Qu’est-ce que c’est que cette question ? L’Indien Wauze bug dessus ; Ezechiel envisage toutes les possibilités. Il est impoli de parler lorsqu’on a la bouche pleine, apprends-t-on aux enfants ; tu ne dérogeras pas à la règle, tu attends de déglutir avant d’aligner un ensemble de mot à la cohérence toute relative.

-« Parce que c’est bon ? Parce que c’est cool ? Je sais pas trop en fait, hu hu. »

Tcheu. Crétin. Garçon qui boit sans en connaître la raison exact ; serait-ce pour suivre le reste du troupeau ? Tu continues de sourire, t’avançant même jusqu’à hasarder un gloussement satisfait.

-« Le chocolat, il était super bon. J’aurais le droit d’en prendre un autre ? »

Sous-entendu ; si je continue à répondre à tes questions. Pourrais-t-on convenir que cela sera ta rémunération pour l’aider dans son travail de recherche ?



They're fucking awesome:
 
MessageSujet: Re: Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe ! Jeu 16 Mai - 19:19

a



« La liqueur, ce n’est pas la même chose que de l’alcool ? »

Merde lakon ! Se rattraper, vite !

« Eeeeeh.... Si, je voulais dire la noix de coco pardon. »

Sauvetage à deux balles, mais on s'en fou, dans deux minutes ça sera déjà oublié, si ça ne l'est pas déjà. Coraline ne s'attendait franchement pas à une telle réaction de la part de l'indien. Les gens aimaient le chocolat ouais, ils souriaient dans le meilleur des cas, mais lui, il avait carrément les yeux de merlan frit. Elle aurait presque eu peur hahaha ! Non je rigole, quand même pas. Il savoure un peu et attend d'avaler avant de répondre. Bien éduqué le petit, 'pas vraiment le cas de Coraline qui n'as pas vraiment de complexe à causer la bouche pleine.

Hésitation, yeux en l'air, elle lui demande pas non plus quelle est la cause de la crise Européenne non plus, c'est facile : Je bois pour oublier snif snif. Un truc bien mordant pour son sondage, un truc qui pète quoi !

« Parce que c’est bon ? Parce que c’est cool ? Je sais pas trop en fait, hu hu. »

Quoi ?! C'est tout ?! Mais c'est nul ! Il aurait pu inventer un truc potable quand même ! La finnoise beugua à son tour, si elle mettait ça dans son calepin, elle allait devenir la risée de son groupe : Eh regardez la noob, la seule personne qu'elle a interrogé ne sait même pas pourquoi elle boit ahaha trollololo.

No ! Pas question, si elle voulait passer le reste de ce mois en paix, il fallait qu'elle bidonne quelque chose de satisfaisant : « "Parce que c'est bon et c'est cool..." Dit-il les yeux pleins de regrets. Il préfère ne pas en parler, ce sujet est trop douloureux pour lui... » Ouuuaiiis voilà. Ça, ça pète !

« Le chocolat, il était super bon. J’aurais le droit d’en prendre un autre ? »

Hein ? Ca va pas non ? Il sait combien elle les a payé ces chocolats ? 11.99€ bitch pliz ! On-ze-vir-gu-le-no-nan-te-neuf-eu-ro ! La peau des fesses steuplé ! Mais d'un autre côté... Si ça pouvait l'inciter à répondre à toutes ses questions... C'est-à-dire... -Elle compte vite fait- 52 questions hihihi, ses chocolats en vaudront sûrement la peine.

« Hmm ok, de toute façon il faut que tu aies de quoi tenir pour le reste du sondage. Il est un peu long. »

Un peu long... Un PEU long..... Un PEU long..... Louuule ! Qu'elle est mimi la Coraline. Bon, question suivante !
...
.....
.......
Oula...

Cékoicetteécriturepourrie ? Non sérieusement, c'est qui qui l'a écrite celle-là ? La jeune fille rapproche le calepin de plus près, de plus loin, plisse les yeux, le retourne (c'est peut-être un message codé)... Non... Y a même pas une seule lettre qui ressemble à celle de l'alphabet ! Du chinois ? Même le chinois a l'air plus compréhensible. Des pattes de mouches, voilà ce que c'étaient, des mothafucking pattes de mouches. Le type il a écrit avec ses pieds c'est pas possible autrement. Bon c'est pas grave... On reste calme et on passe la question, ça va pas les tuer non plus.

Calmement, elle tourne la page et...
Apocalypse.

Elles sont quand même pas toutes comme ça ? Si ? Elle feuillette le reste de son calepin et constate avec désarrois que... Si.... Elles sont toutes comme ça. Trois possibilités : Soit l'auteur de cette porcherie en a eu marre d'écrire et s'est laissé aller. Soit il en a eu marre d'écrire et a refilé la besogne à un porc. Soit il en a eu marre d'écrire et il a voulu s'amuser un peu en faisant souffrir la pauvre étudiante.

Bon... C'est pas grave, on improvise !

« Heu... »

Improviser j'ai dis !!

« Est-ce que.... Heu... »

Ses yeux parcourent rapidement les alentours en espérant qu'une idée lui tombe du ciel ou que quelque chose l'inspire.

« As-tu déjà été un alcoolique anonyme ? »

QUESTION QUI PUE BONJOUR !

Non sérieusement, elle aurait difficilement pu taper pire, mais elle lui file des chocolats, on pardonne. Elle ressort son sourire radieux histoire de regagner un peu d’assurance, mais de l'autre main, elle appuie nerveusement sur la gâchette qui fait sortir la mine de son bique. Cliquetis que peu de gens ont la capacité de supporter de plus de 10 secondes...

MessageSujet: Re: Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe ! Ven 17 Mai - 17:43

Grmbl.



Chocolate or not chocolate.

-« Eeeeeh.... Si, je voulais dire la noix de coco pardon. »

… Elle te prend déjà pour un crétin. Bravo, tu es de plus en plus rapide à faire tes preuves, Ezechiel. Ou peut-être ta réputation t’a-t-elle précédée. A force, c’est une hypothèse envisageable. Il est presque insultant pour ton intelligence que mademoiselle puisse croire que ce sauvetage grotesque puisse fonctionner. Rapport entre noix de coco et liqueur ? Aucun. Probabilité de confondre les deux expressions ; quasiment nulle.

Et pourtant, tu acquiesces d’un air compréhensif.

-« Ah, OK. Ca arrive à tout le monde de se tromper, c’est normal ! Moi par exemple, une fois, au lieu de demander qu’on m’emmène à la gare, j’ai dit au taxi de me déposer à la bibliothèque, hi hi. J’ai pas compris ma vie quand il a fallu régler la course. »

Mensonge, cet évènement n’a jamais eu lieu, mais qu’importe ; l’essentiel est de prouver à l’Appeso que tu donnes foi à ce qu’elle vient de dire, et bien davantage encore si ça la chante. Tant que tu faisais la conversation, tant que tu sympathisais, il y avait possibilité pour toi d’avoir du chocolat, krr krr krr. Et plus encore que le wauze, le chocolat c’est la vie.
Heureusement que malgré ta réponse apparemment peu satisfaisante au premier round, on t’autorisait à piocher dans le paquet pour la suite du questionnaire. Du moins, c’est comme ça que tu interprétais le "ok" de la jeune fille, surtout qu’il devait rapidement s’avérer que…

-« Il est un peu long. »

Un peu long ?! Un peu long comment ?! Combien de temps elle allait te tenir la jambe, avec son sondage àlakon ? Intérieurement, tu fulmines, évidemment ; Ezechiel n’aime guère perdre son temps. Quoique dans tous les cas, ce temps tu le perdais, alors d’une façon ou d’une autre.
Tu éteins ta console. Tant pis pour le niveau que tu allais terminer, tu te pencheras sur la question plus tard.
En parlant de question, celles auxquelles tu es censé répondre à propos de ta supposée tendance à l’alcoolisme n’arrivent toujours pas. Tu coules un regard vers la brunette ; comme en attestent ses sourcils froncés et sa moue agacée, elle n’arrive pas à déchiffrer les phrases péniblement écrites sur les feuilles qu’elle tient.
Ah, parce qu’elle n’a même pas fait le boulot elle-même ? C’est du joli, tiens.
Tu te penches vers elle. C’est vraiment des pattes de mouches dégueu. Tu plains celui qui écrit comme ça au quotidien.

-« T’arrives pas à lire ? Tu veux que je t’aide ? J’écris mal aussi, donc peut-être que j’y arriverais… »

Raaah, ca te tue de dire ça alors que ton écriture est trop awesome, quoi. Ton écriture elle est magnifique, elle pourrait servir de modèle pour les gosses de CP, et ce serait sans doute très bien comme ça, parce que si tout le monde écrivait aussi bien que toi, il n’y aurait plus de problèmes de ce genre, nulle part à la surface de la Terre.
En toute modestie. Evidemment.
Panique à bord chez ton interlocutrice ; tu peux presque l’entendre penser ; ‘’inventer un truc, vitüh, vitüh, avant qu’il se casse et que j’ai zéro réponse’’. Tu te contentes de la regarder avec un sourire aussi compréhensif que patient.

- « As-tu déjà été un alcoolique anonyme ? »

Waaaaah. Elle aurait pu trouver mieux, quand même. Faire un minimum d’effort syndical afin de conserver sa crédibilité ne semblait pas faire partie de ses projets dans l’immédiat.

-« Heuuuuu… Les trucs avec les chaises partout et les gens qui racontent leur vie, là ? Non. Ou en tout cas je m’en souviens pas. J’ai jamais renversé personne en voiture, alors je suis pas obligé, si ? De toute façon, j’ai pas le permis, je suis trop jeune… Pour le permis européen, au moins. »

Le petit cliquetis du bic commencait déjà à fortement te taper sur le système. Conservant ton expression d’imbécile heureux, tu cherchais toutefois comment faire taire ce bruit agaçant sans protester avec virulence ; l’Indien Wauze ne ferait jamais cela, voyons.

-« Oh, c’est marrant, tu fais de la musique avec ton stylo… Laisse moi t’accompagner ! »

Que tu dis avec un immense sourire radieux, en agitant tes poignets en rythme afin de faire s’entrechoquer les bracelets métalliques qu'ils portent. C’était loin d’être une manière d’agir aussi stupide qu’elle en avait l’air ; ce mini-concert avait une chance d’agacer l’autre à son tour, laquelle arrêterait de s’exciter sur son criterium. Le tout sans faire tomber ton masque.

Et tout le monde serait content. Surtout toi.



They're fucking awesome:
 
MessageSujet: Re: Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe ! Dim 26 Mai - 17:08




« T’arrives pas à lire ? Tu veux que je t’aide ? J’écris mal aussi, donc peut-être que j’y arriverais… »

Ouiiiii !! Sauve-moi par pitié le gars qui a écrit ça est un porc !
Intérieurement, c'est ce qu'elle aurait aimé lui dire, mais elle n'allait pas gâcher sa fierté pour un détail et se contente d'agiter la main en signe de négation avec un super sourire à la : " Naaan t'inquiète je gère ! " Alors qu'en fait elle maîtrise absolument rien du tout.

Il n'était jamais allé voir les alcooliques anonymes... Ben voyons... Qui l'aurait crût... C'était à peine prévisible tiens.

« Oui. Oui tout à fait. Tu as raison. »

Graphitti rapide sur son carnet, "na jamé été en soirer alcolique anonime parskil es trop timide laul".

Elle écrit comme un pied, mais elle peut se le permettre car ELLE au moins elle a une BELLE écriture bitch plz. Voilà, il avait répondu à la 3 question et elle était déjà à bout d'idées, toujours nerveuse, elle n'avait cessé son cliquetis de bic, soudain interrompu par un tintement affreux de cloche rouillée.

« Oh, c’est marrant, tu fais de la musique avec ton stylo… Laisse moi t’accompagner ! »

Oh mon Dieu ! Quel son désagréable ! Genre... Plus affreux que ça tu meurs quoi. Il n'en fallut pas plus pour que son cliquetis de bic cesse immédiatement. Même pas besoin d'avoir l'oreille musicale pour se rendre compte de la fausseté des notes. Impossible de qualifier ça de musique ! Il fallait qu'il arrête ça tout de suite avant que ses oreilles ne saignent. Comment faire pour ne pas le vexer ? Il lui fallait une phrase délicate et subtile pour l'inciter à...

« Oh mon Dieu mec, t'es complètement hors-rythme ! »

Rapidement, elle avait entouré les bracelets wauzes de ses doigts pour les coller contre le poignet de leur propriétaire, les empêchant ainsi d'émettre le moindre son et faire stopper ce tintement affreux. Coraline ne s'y connaît absolument pas en musique, mais elle arrive quand même à entendre lorsque ça sonne faux et lorsque c'est mélodieux.

« Tu dois sentir le blouse rentrer en toi tu vois ? »

Reprit-elle en agitant ses mains le long de son corps comme si elle faisait du yoha. Mais elle se rendit très vite compte qu'elle devait avoir l'air un peu coconne et se redressa illico avant de réajuster ses lunettes.

« Hm bref... Le sondage. »

Oui, oui le sondage, reprenons voulez-vous bien ? ... A peine avait-elle tenté de déchiffrer les trois premiers mots qu'elle sentit son cerveau imploser et son système sanguin décélérer. Ce maudit questionnaire à la noix était décidément ce qu'elle avait pu croiser de plus chiant depuis son arrivée ici. A bout de patience, elle fourra le calepin dans son sac et s'enfonça dans le fond du fauteuil.

« Pff, ça m'saoule ce truc... C'était quoi le jeu sur lequel t'étais ? »

Elle désigna la console éteinte du menton tout en retirant ses lunettes qui ne serviraient sans doute plus.


MessageSujet: Re: Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe ! Ven 7 Juin - 20:56

Grmbl.



Chocolate or not chocolate.

Allongeant le cou pour fixer les mots griffonnés à la hâte sur un carnet why-so-cheap. Chaque faute d’orthographe est une nouvelle agression pour ta rétine. Encore un peu, et tu serais aveugle. Certes, mademoiselle écrit bien ; mais ne vaudrait-il pas mieux qu’elle aussi forme des pattes de mouches du bout de son stylo ? Au moins, on ne pourrait pas remarquer ses énormes lacunes syntaxiques, orthographiques, bref.
Et les cliquetis de bracelets métalliques ont vaincu le stylo bic. AH AH AH tu le savais. Certains se moquent de ton accoutrement, des bijoux que l’on s’attendrait à être féminins ; mais là, ils t’ont permis de vaincre. Sans éclat de voix, sans énervement, CAL-ME-MENT. Dans vos face, tous les rageux. Tu es trop awesome. Tu t’aime.

-« Oh mon Dieu mec, t'es complètement hors-rythme ! »

Plaît-il ? Elle est pas sérieuse. Tu t’arrêtes d’un seul coup, ton sourire disparait. Elle est pas sérieuse, c’est obligé. Pour un peu, tu réussirais à te faire monter les larmes aux yeux. Comme un enfant pris en faute et privé de cookies ; pire, comme un gosse qui cherche à faire une surprise à sa mère et finalement se fait gronder parce que celle-ci ne luit plait pas.
Voila à quoi se résume ton expression faciale, soudainement et –tellement- facilement adoptée. Déception, tristesse, regrets. Tu es un fantastique comédien, Ezechiel. Le pire, dans l’histoire, c’est que tu le sais. Mordillant ta lèvre et offrant une intonation perdue à ton regard, comme si ce qu’elle disait te faisait vraiment mal.

La jeune fille a saisi tes poignets pour faire taire le vacarme ; et au fond, ca te soulage toi-même. Elle te parle de blouse ; tu la regarde s’agiter et te retiens de ricaner. Tu es très fort, c’est à peine si les commissures de tes lèvres se relèvent, remplacées par un regard attentif. Comme si ce qu’elle te montrait était d’une importance capitale pour ton avenir.
Tu essaies d’imiter ses gestes. Bien qu’elle se soit rapidement arrêtée, il est vrai. Elle devait se trouver stupide elle-même ; tu ne peux pas –entièrement- lui donner tort. Tu essaie malgré tout de la copier ; avoir l’air idiot, c’est ton truc. Si tu continues, bouteille d’alcool à l’appui, elle ne va pas tarder à être persuadée que tu es complètement ivre.

-« Ah ouaiiiiiiis, t’as raison, ca rend quand même vachement mieux ! »

Tch. N’importe quoi. Ca rend strictement la même chose ; d’un autre côté, si des bracelets métalliques étaient des instruments de musique valables, ca se saurait, et depuis longtemps. Musicien, tu l’es ; la pratique de la guitare sèche et du piano n’ont aucun secret pour toi, tu sais reconnaitre les notes quand elles sont fausses, le rythme lorsque tu es à côté.
Tu remplis actuellement tous les critères. Sciemment, tu dois bien le reconnaitre.

-« Hm bref... Le sondage. »

Oh, non. Il fallait VRAIMENT revenir là-dessus ? Franchement, si on pouvait éviter… Cela ne te manquerait guère.
A croire qu’un dieu existe, et qu’il aime punir les salauds dans ton genre. L’écriture utilisée pour retranscrire les questions a effectivement de quoi donner un sérieux mal de crâne, et au moins des froncements de sourcils à la principale concernée ; d’un autre côté, elle a refusé ton aide tout à l’heure, alors bien fait pour elle. Le carnet se retrouve rapidement jeté aux oubliettes ; plus précisément, au fond du sac.

-« Oh nooooon, on arrête ? Je trouvais ça rigolo pourtant ! »

Mais quel crétin. Tu ne cesse de te surprendre ; mais tu es sûr de toi. Elle ne se formalisera pas de ta remarque, tu en es persuadé. Peu importe à mademoiselle si tu t’amusais ou pas ; elle, elle est à bout de patience, raison amplement suffisante pour mettre fin au débat.

-« Pff, ça m'saoule ce truc... C'était quoi le jeu sur lequel t'étais ? »

Elle retire ses lunettes ; on dirait bien que c’en est véritablement terminé des alcooliques anonymes. Quel dommaaaaaaage (ô ironie.)

-« Ah ouais, le jeuuuuuuu. T’aurais du dire plus tôt qu’on arrêtait, j’aurais pas éteint la console. En plus j’allais presque passer au niveau suivant, bouhouhouhouuu. »

Tu chouines. Et ca prétend avoir dix-sept ans, hein ? Du haut de ton mètre quatre-vingt-six et de ta chevelure barbe-à-papa, tu n’es qu’un gamin. Du moins te plais-tu à le faire croire. Ce jeu ne t’inspire qu’une vague indifférence teintée d’un maigre amusement ; tu sais que passer le niveau ne te demandera guère d’effort et ne révolutionnera pas ta vie, loin de là. Et pourtant tu agis comme si c’était un évènement capital à côté duquel tu viens de passer. Quitte à forcer le trait.

-« Heu, bref, pour en revenir à ce que tu disais… Je sais plus c’est quoi le nom, fu fu fu. Attends, je regarde. »

Otant la cartouche de la console d’un doigt expert. Tu sais fort bien sur quoi tu dépensais les quelques neurones épargnés par ton ennui chronique. L’Indien Wauze est trop à la masse pour retenir les noms compliqués. Il louche sur les petits caractères jusqu’à déchiffrer finalement l’information qui l’interesse.

-« Mega Man Zero Collection. Mais en anglais, pas en italien. Parce que je suis américain, en fait. »

SANS BLAGUE. Comme si, avec ton accent pourri, elle ne s’en était pas rendu compte. Moyen dérisoire d’axer la conversation sur vos propres personnes ; tu commence à trouver cela étrange de discuter avec quelqu’un sans connaitre son identité.

-« Mais si on fait plus le questionnaire, je pourrais plus avoir de chocolats ? »

Regard du Chat Potté RPZ. Tu passe du coq à l’âne, mon petit. MAIS LES CHOCOLAAAAATS. NOOOON. Tu as besoin de ta dose de cacao. C'est vital. Surtout que tu vois le paquet, juste làààààà. Ah. Tu enrage.



Spoiler:
 


They're fucking awesome:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe !

Eeeeh monsieur monsieur ! Eh ! Heeh ! Hehe !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Salut, c'est Monsieur Sucre
» BOUTONS DE MONSIEUR BURNOS
» Le BK7 de Monsieur Garcia
» REPLIKULTES - les phrases de monsieur cinéma
» Question sur raccord Bbox avec câble ADSL RJ11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: INSTITUT TO BE THE BEST :: SECOND FLOOR :: Grand Salon-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !