BONNIE ☤ I'm an human fly; & I don't know why.                                                                             
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

BONNIE ☤ I'm an human fly; & I don't know why.

MessageSujet: BONNIE ☤ I'm an human fly; & I don't know why. Ven 10 Mai - 22:31












BONNIE PANDORE BRADBURRY
18 ans ; English girl
Bisexuelle; Etudiante

« C'est Bonnie. » « C'est l'aînée Bradburry. »

Bonnie, on lui attribue dix caractères, trente frasques, mille conquêtes – jamais une âme. Salope sans âme, Bonnie, fourbe, Bonnie. Cela la libère d'un poids, de ne penser qu'à elle, et jamais aux autres – vraiment, elle en aurait bien trop à faire si elle se souciait de tous ses cobayes. Son monde n'est qu'immense laboratoire ; elle teste ses derniers produits sur un passant lambda, ou s'amuse à prendre les plats de Mamie Germaine à la sortie des fours. Elles n'ont jamais pu s'entendre, toutes les deux. Trop... Ou peut-être pas assez différentes l'une de l'autre ?

Bonnie, celle qu'on aimerait bien briser ; par tous les moyens possibles. Parce qu'elle est agaçante, avec son petit sourire moqueur, à vous cracher dessus sans vergogne, parce qu'on veut le frapper, cet être odieux, sans considération aucune. T'es qu'une merde, juste bonne à bouffer de la mort aux rats couplée à de l'amphétamine, pour voir c'que ça fait. Voilà c'qu'elle pense ; voilà ce qu'elle ne vous dira pas, du moins pas directement. Au fond, on la connaît tous, l'impudique et l'explosive ; c'est la course à celui qui trouvera le moyen de lui faire payer ses excès. Ses crimes ne sont jamais signés ; mais tout le monde sait. Suffisamment maligne pour camoufler ses traces, et orgueilleuse pour vous lancer un sourire triomphant à chaque mention d'une de ses frasques. Elle fait dans le burlesque, elle fait dans le spectaculaire, et regrette parfois de ne pouvoir breveter ses coups. Quel dommage, vraiment. Cela dit, cela lui évitera au moins de devoir payer pour les dommages collatéraux ; parce que oui, il y en a. Souvent. Et certains se demandent – un humain peut-il véritablement nuire ainsi à ses congénère ? On aimerait fermer les yeux sur ses expériences qui dérangent, se dire que personne ne peut être cruel ou insensible à ce point-là. Et pourtant.

Jamais un mot gentil, jamais rien de ce côté-là ; elle insulte ou se tait. Ou peut-être devant ses professeurs – la première à fayoter stupidement dans les premiers rangs. Elle se dégoûte elle-même. Mais, vraiment ; qu'un professeur vienne fouiller jusque dans son labora-... Sa chambre et y découvre toutes ses machinations serait bien sa veine.

Elle a beaucoup de choses à cacher, Bonnie ; le meilleur d'elle-même, elle vous l'offre sur un plateau d'argent. Son intelligence, son esprit vif. Une once de gentillesse, dans ses meilleurs jours – nommons-la condescendance, plutôt. Ce sera tout.


Downy sins of streetlight fancies"
Whiplash girlchild in the dark

« Pourquoi... » elle marque une pause, le temps d'enfiler un vieux pull en laine trop grand pour elle – elle éprouve toutes les difficultés du monde à l'ajuster. « Pourquoi... Cela ? » d'un mouvement du menton, Bonnie désigne le petit caméscope disposé sur un meuble, devant elle. Il vient à peine d'être enclenché.

« J'avais envie de te capturer... Le temps d'un souvenir. Juste quelques minutes. » pas de réponse, juste un regard profondément sceptique de la part de la concernée. « Vraiment, Dean... En un an, c'est à peine si t'as réussi à m'effleurer. Et là, tu te la joue... J'sais même pas quel genre tu tentes de te donner, mais sache qu'il te va mal. »

« Salope. » Bonnie rit. Longtemps. Puis s'étale de tout son long sur le lit, souriante. « Tu vois ? T'arrives à rien, tu t'énerves, t'insultes. C'est toujours la même chose, avec toi. 'Fin... Vas-y, amuse toi. Pose-moi des questions, demande moi de te raconter ma vie, ces choses-là ! »

Le-dit Dean se crispe – lance un regard haineux à sa plus longue conquête jamais enregistrée, puis va s'asseoir sur une chaise, laissant l'intégralité du champ à la brune.
Elle est un peu bourrée ce soir, Bonnie. Déprimée, aussi. C'est peut-être pour cela qu'elle s'est livrée sans concessions devant la caméra.

« Disons... Raconte-moi une anecdote. N'importe laquelle. »

Elle se redresse pour s'asseoir en tailleur, lançant un regard vague à l'objectif.

« Eh bien... J'devais avoir huit ans. T'sais, on est trois rejetons, dans la famille; Moi et mes deux frères, Alexander et Marwin. J'suis l'aînée. Alors l'aîné, qu'il soit fille ou mec, on fait pas n'importe quoi avec, surtout lorsqu'on s'appelle Bradburry. Mes deux frères, ils pouvaient faire c'qui leur chantait – moi, j'étais pas libre. Parce que entreprise familiale. Et que j'devais la reprendre. Mon père m'a fait « t'as l'profil, tu prendras ma succession »... Il l'a pas dit comme ça, hein ! Mais le fait était là. » d'une voix semi-neutre, elle vous livre une partie de son existence. Tapotant nerveusement sa cuisse droite, elle tend le bras vers la table de chevet pour en sortir un paquet de cigarettes, et s'en allumer une. « Au fait, tant que j'y pense. Chéri, t'iras aller racheter de café demain. »

« Pourquoi ? Tu ne seras même plus à Oxford; en Angleterre tout court de toute façon. »

« … » profond soupir. Elle tire une latte, elle marque une pause, elle reprend. « Enfin, tu vois le topo. Son entreprise lui était montée à la tête, je crois ; il se pensait à la tête d'un empire, dans une monarchie, un truc du genre. Pourtant, c'était minable. A peine de quoi se payer un appart' décent à Oxford. Après, que je sois une fille ou un garçon, ça, il s'en foutait. Il lui fallait juste un second. Il ne me traitait même pas comme sa fille ; pour ça, y'avait ma mère... J'étais un peu sa secrétaire, à lui. J'lui notai ses rendez-vous avec ma petite écriture en patte de mouches... Ca m'amusait, à l'époque. Mais le jour où il m'a fait comprendre que je n'aurais pas le choix – que je ne l'avait jamais eu... Eh bien. J'ai crisé. J'ai du lui briser son matériel à dix mille euros, lui foutre en l'air la moitié de ses dossiers.... C'est la première et dernière fois qu'il a été jusqu'à porter la main sur moi. Il était furieux ! Fallait l'voir... »

Voyant Bonnie se stopper dans son récit pour se perdre dans ses pensées, Dean la relance d'un - « Vraiment ? »

« Ouais. Puis moi aussi, j'lui ai dit des trucs horribles. Que c'était pas mon père, que j'avais du être adoptée, j'lai insulté, j'lui ai dit que la maîtresse nous avait parlé des droits de l'homme, et que décider pour quelqu'un ne faisait pas partie du contrat. J'lai encore insulté... Je crois que j'ai cessé de le considérer à partir de ce jour-là. »

« Et ? »

« T'voulais une anecdote ? Tu l'as. Maintenant, Eteint cette merde de caméra maintenant, ou j'le fait moi-même. En plus, la suite, tu la connais. » lui crache avec hargne Bonnie.

« S'il te plait... »

« … Tsk. L'entreprise à fait faillite l'année dernière, mon père s'est déchu, s'est mit en tête qu'il pourrait m'utiliser pour revenir sur le devant de la scène, et m'envoie dans ce putain d'établissement italien suivre un cursus politique. » la brune se tait, puis murmure faiblement - « C'pas c'que j'voulais, moi. Et pourtant, j'vais le faire quand même... »

Elle jette son mégot au sol d'une pichenette puis se lève d'un coup pour aller éteindre d'un geste rageur la caméra.

☤ RUE DES 100 000 REMORDS ☤

Soupirant de soulagement, Bonnie regarde une dernière fois le cd avant de le briser sèchement. Elle s'était levée aux aurores pour récupérer cette connerie de film ; par chance, Dean dormait encore et n'avait rien pu en faire.

Sa dernière réplique tourne en boucle dans son esprit ; c'pas c'que j'voulais, moi. Bien sûr que si, c'est ce qu'elle veut... La lumière, le monde à ses pieds. Ce que lui avait prédit son père.

Sa valise est bouclée. Direction Falcone.

Non, ce n'est pas exactement ce qu'elle désirait. Bonnie avait toujours préféré tirer les ficelles dans l'ombre.
MessageSujet: Re: BONNIE ☤ I'm an human fly; & I don't know why. Sam 11 Mai - 2:51




« VALIDATION EXPRESS »
Bon toi, on sait qui t'es hein.
Alors la fiche a été corrigé sur bien des points - visiblement - et il semblerait que Bonnie ait tout à fait sa place chez les STUPROS, sachant pertinemment que ces guguss ont quand même quelque chose dans le crâne. Va donc rejoindre ta comparse pour foutre le bordel à Falcone ~

Tu connais la chanson, tu sais quoi faire donc ... ;
    ❖ Comme le Listing, afin de garder ton avatar.
    ❖ Faire ta demande de points, afin de mener ton groupe à la victoire !
    ❖ Tu dois également répertorier tes connaissances ici, pour bien montrer ta popularité. ; D
    ❖ Et si tu t'ennuies, rejoins-nous sur la grande chat box, au cas où si la petite te pose problème.

Bien, j'espère que ces liens te seront utiles. Des nouveautés vont certainement arriver avec le temps, il faut juste être patient ou bien passer un peu de temps dans le flood, ça peut être sympa également.

Bon rp et amuse-toi bien parmi-nous !

BONNIE ☤ I'm an human fly; & I don't know why.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bonnie Wright
» Sunset Shimmer est de retour!
» Liam ♠ An ordinary human? Not really ...
» Bonnie Wright - 200*320
» Myself was never enough for me | Bonnie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PERSONNAGES :: QUI ÊTES VOUS ? :: Fiches validées Ϟ Welcome-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !