Ouh toi, commence pas ▬                                                                                    
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

Ouh toi, commence pas ▬

Invité
MessageSujet: Ouh toi, commence pas ▬ Mar 21 Mai - 22:00




Continuons comme ça.

Enfin.
Cela fait environs plus de trois semaines que monsieur O'Neil a décidé de prendre les choses en main. Ses appeso ne seront plus martyrisé, ils ne seront plus traînés dans la boue et d'autres trucs humiliants qui sont devenus irritants à force. Donc oui, même si ce n'est pas raisonnable, même si ce n'est pas très loyal, Liam a décidé de soutenir ses élèves du mieux qu'il peut, même de la pire manière qu'il soit.
À savoir, entrer par effraction.

Il ne devrait pas, c'est interdit. Il s'est lui-même juré d'oublier les petites magouilles que ses anciens amis de la pauvreté lui ont appris. Voler n'était pas un hobby élégant et fier, mais Robin des bois est devenu célèbre grâce à ça, alors tant qu'à faire. Crocheter, c'est devenu facile. Crocheter la serrure d'une cave d'un restaurant, par exemple. Crocheter la porte du voisin etc. Car à l'époque, rien n'était automatique, sauf l'ascenseur, dieu merci.

« Où ce putain de bourge cache ses notes ... » Rien dans les tiroirs, rien dans la commode. « Les cours se terminent dans ... Deux heures. Ça va, ça va. »

Il se rassure lui-même, parce que c'était assez risqué d'agir de la sorte et totalement immature. Tant pis, c'est pour la bonne cause. Avec ces notes, les appesos auront un avantage sur les Velenos - ou autres élèves - et vu à quel point ce vieux con d'O'Maley adore enfoncer les autres, il a dû noter ça quelque part, tel un véritable psychopathe.

Comment est-il au courant de l'existence d'une telle chose ? Par le passé, Liam y figurait, dans cette liste. Le petit appeso que j'aime prendre de haut, qu'il l'appelait publiquement en plus de rajouter quelques adjectifs tous aussi ... Dégradants les uns des autres. En clair, c'était pas une époque glorieuse, mais puisque Léon n'a pas énormément changé depuis cette époque ...
Cette liste doit être quelque part.

« Pense comme un con, pense comme un con ... »

Gratte ta barbe de trois jours et réfléchit.
Au milieu dans une pièce affreusement luxueux, bien rangé, parfumé à la ... Lilas ? Bref. Une chambre typiquement Veleno, typiquement Léon. Mais encore, où peut-il ranger ses affaires ? Où ça cache ce genre de choses ? Les riches ont bien des manières toutes plus tordues et bien entendu, ils sont tous ainsi. Pas besoin d'aller chercher la perle rare parmi-eux, ça n'existe pas.

« Ah ah ah ~ ... »

Que c'est mignon.
Dans une boîte.
Sous le lit.
Comme une fille.
Mais un problème : OÙ EST LA CLEF. Putain de coffre magnifique, il va encore devoir perdre son temps à le crocheter. Sauf qu'étant sur les nerfs, ça ne sera pas mince affaire. Le pire dans tout ça, en fait ; c'est qu'il a laissé la porte ouverte.
Mais merde.

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Ouh toi, commence pas ▬ Jeu 23 Mai - 16:20




KEEP CALM
Il n'y a que la haine pour rendre les gens intelligents.

Nerveuse, impatiente et fichtrement excitée, Precious avait bien du mal à rester en place. Debout, elle se forçait pourtant à garder cette allure digne et plutôt dédaigneuse qu’elle arborait toujours. Non, contrairement à d’autre, elle ne se forçait pas à être détestable, pour se forger une carapace ou un quelconque masque. Non, elle était bel et bien une horrible femme au caractère imbuvable, à la langue de vipère acérée et au mépris certain. Cette même femme qui présentement était tout fébrile songeant à au premier cours qu'elle allait donner.

C'était enfin ça. L'excitation lui courait le long de l'échine et elle ne pouvait réprimer une bête grimace d'animal en songeant qu'elle tiendrait un cours. Ca allait arriver. D'un moment à l'autre. Elle attendait debout, la mâchoire pendue dans un rire qui ne venait pas. Il était temps qu'elle aille s'occuper de ses élèves lors d'un cours d'anglais. Alors que Precious sortait alors de sa chambre, une chose attira son attention, probablement celle de voir la chambre de Leon ouverte et sur l'amusant Liam. Cet homme manquait cruellement de discrétion…

Liam n'était pas un homme. Ce n'était pas non plus une femme avec qui croiser le fer d'égal à égal, mais il n'était pas un homme. Quand elle le voyait, elle n'avait pas le même violent désir qui lui brûlait les mains et lui démangeait la gorge qu'avec les autres. C'était tout à fait autre chose. Dès que Precious voyait Liam, elle s'imaginait l'empaler sur les cimes émoussées d'un de ses instruments quelconques. Elle s'imaginait prendre ses cheveux, comme ça, à pleines mains, et les arracher avec une telle force qu'elle n'arrivait pas elle-même à se la représenter. Et elle avait beau se répéter dans le théâtre de sa tête son rôle de bourreau, on coupait les projecteurs, on ne tirait pas les rideaux; Liam n'était que de l'air. L'intouchable. Jusqu'à ce qu'elle trouve la faille, autre que les appesos. Precious resta au pied de la porte, se tenant contre celle-ci. Un large sourire presque vicieux aux lèvres.

▬ Tiens donc, tu as peut être perdu de la monnaie dans cette boîte ?

Precious haïssait l'odieux Liam. Elle le haïssait tant qu'au final, elle pensait à lui avec une indifférence rare chez la tyran. Elle le regardait croisant alors ses jambes. S'il s'agissait de lui ruiner la vie, Precious avait toute la journée.

▬ Tu cherches peut être la clé, hm, celle que Leon cache toujours…
Elle bluffait. Peut être, peut être pas.
Une chose était certaine, elle ne dirait rien.

Invité
MessageSujet: Re: Ouh toi, commence pas ▬ Jeu 23 Mai - 22:34




Continuons comme ça.

Putania la vida.
Rien qu'à cette voix, il savait que la suite n'allait vraiment pas être des plus faciles ou des plus agréables. Precious. Precious. Qui rime tout aussi bien avec Vicious. Ses parents se sont trompés, il n'y a pas d'autres alternatives à la chose. On ne peut pas appeler une telle femme précieuse alors qu'elle est devenue tout ce qu'il y a de plus ... Vicieuse. Sa façon de se tenir, sa façon de parler ... Mais armons-nous de courage et voyons jusqu'où ce côté là de sa personne peut aller.

Ainsi, O'Neil se tenait face à elle, la boîte en main et malheureusement, la porte était bloquée par l'obstacle le plus pénible de sa vie. Mais voyons voir, le côté autoritaire, ça marche pas. Le côté impassible, encore moins et répondre à ses provocations ... C'était pas intelligent. Que faire, que faire.

« Tu cherches peut être la clé, hm, celle que Leon cache toujours… »

Comme si tu savais quelque chose.
Mais ne disons pas les choses comme elles sont, elle risque simplement de ... Détourner ses mots pour arriver à ses fins. N'oublions pas qu'il s'agit là d'une ex-stupro et ces bestioles-là, savent manier les mots mieux que quiconque. Un peu trop même. Mais jouer au roi du silence était souvent accompagné de picotement sur le crâne, un véritable corbeau qui vous assaille pour avoir ce qu'il souhaite.
Sale rapace.

« Tu sais que t'es sexy comme ça ? Non vraiment, ça te va que trop bien. Tu devrais te mettre d'avantage dans cette tenue. »

C'est ça, tente d'amadouer le démon.
Un rapide coup d'oeil aux alentours pour ne serait-ce ; avoir une maigre idée où il peut foutre sa clef. Cette clef qui pourrait lui permettre d'ouvrir cette même boîte qui semble contenir quelque chose d'intéressant. Si c'est fermé à ce point, c'est pas pour rien, qu'est-ce qu'un Veleno peut cacher ? Et si ... Les choses que contenaient cette boîte allait les aider à faire monter les appeso ?

Liam, Liam ! Qu'est-ce que tu fais ? À quoi tu penses ? Tu étais l'un des rares adultes de cet endroit à avoir su garder la tête hors de l'eau, qui t'a jeté un mauvais sort ? Qui t'a donné la dose du bel enfoiré ? Franchement, pourquoi poser ces questions, alors que la réponse se trouve juste sous vos yeux ; elle. Cette même diablesse qui lui a tendu le glaive pour qu'il l'attrape et se défende avec.
Mais à quel prix.

« Tu sais, t'es trop high level pour te permettre de regarder les petites conneries des autres ... Mais bordel. » Jurons, air dédaigneux, rien ne lui ressemblait. Mais à force de traîner avec ses élèves, il en a choppé la dégaine. « Ca me ressemble pas de te cirer les pompes, ça me tue de l'intérieur, honnêtement. »

Cette saloperie qu'il a dans sa main allait certainement lui coûter cher. Mais est-ce que Robin des Bois a reculé aux premières difficultés ? Non. Il a tenu bon, jusqu'à ce que ... LE prince Jean rende le trône à Richard Coeur de Lion.
Sauf que Richard, il y en a pas.

Mais que va-t-il faire ? L'agresser ? Lui promettre des choses malsaines ? Des menaces ? Il en est pas encore à là. Qui plus est, trop fatigué pour lui tenir tête. Alors il se pose, sur le lit et regarde la jeune femme en face de lui. L'air de rien, insouciant et complètement détaché. Juste un soupir s'échappa de ses lèvres et quelques tapotement sur cette même boîte pour faire un bruit de fond.

« Mais vers où tu vas m'emmener comme ça. Franchement ? »

C'était la question du moment.
Parce que lui, plus ça allait, plus il sentait que ses pieds allaient toucher le fond.


© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Ouh toi, commence pas ▬ Ven 24 Mai - 17:02




KEEP CALM
Il n'y a que la haine pour rendre les gens intelligents.

Precious avait envie de rire et de se moquer de lui – mais pas encore, non, pas encore. Il fallait être patiente, et la femme était la reine pour ça. La tentation était forte, mais elle savait que plus elle attendrait, meilleure serait la récompense. Alors, elle retint son rire et ses sarcasmes, et se contenta d’un sourire radieux. Elle fouillait la chambre, espérant discerner une trace de rêve matérialisée par un objet d'une quelconque importance, rien de bien important, hormis ladite boîte –. Pathétique, ils l’étaient tous. Mais Precious avait eu tort : c’était un Roi, une majestés. Le roi du ridicule, de l’imaginaire, et du pathétique. Cette pensée lui réchauffa le cœur tandis que, toujours souriante et - joviale – quelle terrible hypocrite elle faisait ! – elle emboîta le pas de l'homme, refermant avant derrière elle, poliment, après avoir fait semblant d’enjamber un truc au sol, et observe. Voilà qu'il était intéressant de le voir la flattée - non pas qu'elle en fût sensible.

▬ Cesses donc tes simagrées, Liam.

Elle rit à l’intérieur d'elle-même, et elle décide de le faire passer à l’extérieur. Sauf que la moquerie se transforme en bonne humeur. Elle fait mine de se pencher vers lui, sensibilisée par ses flatteries, se penche élégamment et là, lui prend entre les mains la boîte. Elle sourit toujours, et ses yeux brillent d’un plaisir non dissimulé – plaisir qui ne ressemble en rien à ce qu’elle ressent au fond d'elle, tellement plus perverse. Mais elle fait mine d’admirer la boîte dont elle se fichait éperdument, et c’est très naturellement qu’elle déclare :

▬ J'aime bien quand tu me cires les pompes, ca ne te rend que plus pathétique. Un ex-appeso, en sommes.

Il sourit, de nouveau, mauvaise. Elle se relève, la boîte toujours dans ses mains avant de trouver une place dans un grand fauteuil. Elle n'aimait pas partager le même siège qu'un appeso. Precious se prend au jeu, parce qu’elle aime dégouter plus encore de la vie - les autres, elle aime être charmante, dusse-t-elle, pour cela, être ridicule. Et puis, ça lui fait un bien fou de s’attaquer ainsi à une proie, de cacher son côté méchant, de reprendre son métier de base et de dissimuler cette violence qu’elle avait faite sienne, ces derniers temps. Alors, elle commence à prendre du plaisir, à jouer. Il faut dire qu’il est si crédule, Liam…

Invité
MessageSujet: Re: Ouh toi, commence pas ▬ Ven 24 Mai - 22:59




Continuons comme ça.

« Cesses donc tes simagrées, Liam. »

Putain que t'es charmante.
M'fin, après tout ce temps, on ne peut qu'avoir l'habitude d'une telle attitude venant d'elle. Etait-ce de l'ironie ? Mon dieu, que vous ne connaissiez pas Precious si vous osez penser ça d'elle. Bien sûr qu'elle sait jouer de l'ironie, mais elle est plus du genre à être sarcastique. Définitivement sarcastique. Particulièrement ... Piquante et offensante. Mais est-ce que c'est le but recherché ? Oui. Cette femme est une Bellatrix d'Harry Potter. Une sale vipère qui ne faut jamais croiser.
Est-elle conscience de son influence ?

« J'aime bien quand tu me cires les pompes, ça ne te rend que plus pathétique. Un ex-appeso, en sommes. »

...
Ouais, en fait. C'était impossible d'être délicat avec elle. En fait, Precious est un buffle. Mais un énorme buffle, rempli de hargne et de désir de destruction. Encore un peu et elle aurait pu être Bélial lui-même et ça, c'était pas un compliment. Sauf pour elle, elle était bien du genre à prendre la moindre remarque par rapport au diable, pour un compliment. C'était totalement ... Son genre. Et plus précisément ; sa façon à elle de voir le monde à sa façon.

En fait, plus Liam l'écoutait, plus il l'observait et plus ... Il avait l'impression d'avoir une gigantesque boule de nerfs. Pourquoi répondre à chaque fois par des piques ? Pourquoi ne pas simplement être plus correcte avec autrui ? Ca lui sert à quoi, en fait ? Et tout en se posant des questions, il la laissa faire, sourcils froncés, mais mains dans l'incapacité de mouvoir.
Pour l'instant.

« T'es au courant que tu fais flipper une bonne partie des élèves de cette école ? »

That's the question.
Le savait-elle, au moins ? Ou alors est-ce qu'elle croyait que les gens étaient totalement à fond sur elle ? Non parce que là, c'était à se demander si elle pouvait au moins se faire à l'idée que personne n'a le courage de la contredire. Pourtant, elle n'était pas si méchante, à l'époque. Liam se souvenait encore de ses rires, de ses sourires et de sa voix - certaines hautaine - mais plus agréable. Et non de cette voix morne et sarcastique.

Donc enfin, Liam eu le temps de cogiter là-dessus.
Car il y a bien une chose que l'être humain ne fait jamais. Se demander le pourquoi du comment de l'agissement de l'autre. Cependant, ce n'était pas de la ruse, juste une touche de logique venant de sa part. N'était-ce pas cohérent ? Bien sûr que oui. Réfléchir sous la douche, ça arrive à tout le monde.
Non ?

« Il t'es arrivé quoi pour que tu sois comme ça, franchement ? » Il lui repris la boîte, sans ménagement. « T'étais peut-être une sale chieuse à l'époque, mais là t'es. Cruella en personne. Et m'sors pas le vieux discours à la con d'O'Maley, tu t'en foutais des appeso à l'époque. »

Enfin, c'est ce qu'il voyait.
Il faut dire que Liam n'était pas très observateur. Petit appeso planqué dans les sous-sols, ne voulant pas affronter le monde cruel qu'était Falcone et les gens d'au-dessus que sont les Velenos. C'était peut-être ça, le problème, le fait qu'il soit lâche, que même son professeur principal à l'époque se donnait pas la peine d'aider. Parce qu'il voulait sauver sa peau.

Et oui.
Vive la référence disney, comme on dit.
Preuve encore de la touche enfantine venant de ce grand gaillard de vingt huit ans. Mais il n'allait pas Ursula, c'était plus une insulte qu'autre chose. Qui plus est, dans ses souvenirs, cette chose avait un côté désastreux. Une grosse pieuvre envieuse d'une sirène. C'était pas du tout le genre de Precious.
Ou peut-être que si.
Il n'en sait rien.

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Ouh toi, commence pas ▬ Dim 26 Mai - 19:59




KEEP CALM
Il n'y a que la haine pour rendre les gens intelligents.

Precious aimait à se dire qu’elle pouvait comprendre n’importe qui, n’importe qui sans exception. Il lui suffisait de garder son sang froid, d’observer et d’analyser pour pouvoir construire un schéma de leur pensée et, en conséquent, arriver à le modifier selon son bon plaisir. Même Cerrucci, si seulement elle arrivait à garder son sang froid, pourrait sûrement être décrypté. Mais là, Liam était un os, un cas à part, une épine dans la gorge rauque de la femme. Elle n’arrivait pas à anticiper ses actions, ses mouvements et, en conséquent, elle ne savait pas exactement quoi faire… Et en plus, elle hésitait, ce qui n’arrangeait rien. Il lui fallait juste un peu de calme, un peu de temps pour réussir à comprendre, mais les paroles du brun ne voulaient pas se taire. Tout comme ses mots, perfides, sournois, et plutôt bien placés pour quelqu’un d’apparemment si inoffensif.

Precious passa sa main derrière sa nuque, un geste qu’elle faisait souvent pour se donner le temps de réfléchir. Liam avait en sa possession un secret qui pouvait faire énormément de mal. Mais il était tellement égocentrique, facétieux et vif qu'il ne pouvait pas se l’imaginer en train de comploter contre elle. Si ses souvenirs étaient bons – et ils l’étaient toujours ! – Ce n’était qu’un de ces idiots farfelus qui se plaisaient à vivre l’instant présent. Face à ces différents éléments, le tyran décida donc d’appliquer la solution de facilité : tirer un trait sur le fait que Liam l’avait connu dans sa jeunesse, et le considérer comme les autres, c’est à dire un moins que rien, ridicule et pathétique. C’était sûr, maintenant : Precious se sentait beaucoup mieux.

▬ Et alors ? Je ne suis pas là pour être leur meilleure copine.

S’en tenant à sa décision – malléable, toutefois, si les informations de base venaient à changer, si jamais Liam finissait par comprendre tout ce qu’il pouvait faire avec de telles informations compromettantes – la femme s’avança, de cette démarche chaloupée, vers l’espèce de loque écroulée. La jeune femme ne voyait en lui qu’une délicieuse serpillère, qu’elle se ferait un plaisir fou d’aller éponger… Une fois un petit peu plus sale. Sa frustration méritait une correction exemplaire. Elle lui reprenait des mains la boîte, parce que dans le fond, elle lui appartenait maintenant.

▬ Cruella ? Elle a un certain charme, ambitieuse, charismatique. Tout à fait moi.

Un sourire, dans lequel tout le sadisme du personnage se reflète. Un sourire vil. Un sourire qui n’annonce rien de bon.

▬ Et toi ? Tu prends un certain plaisir à n'être qu'un rôle secondaire ?

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ouh toi, commence pas ▬

Ouh toi, commence pas ▬

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: INSTITUT TO BE THE BEST :: FIRST FLOOR :: Aile des professeurs-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !