Parlons de manière civilisée ▬ [ PV Mary ]                                                                                   
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

Parlons de manière civilisée ▬ [ PV Mary ]

Invité
MessageSujet: Parlons de manière civilisée ▬ [ PV Mary ] Mer 22 Mai - 20:24



« En attendant. »

Et voilà.
Il fait beau, il fait chaud, il fait soleil. Bref, l'été approche et le temps en Italie ne pouvait qu'être fiable vis à vis des saisons. Contrairement à la France ou autres pays du nord, bref. Pour une fois que Gaspard pris l'initiative de venir à la plage, c'est certainement pas pour penser météo, mais penser rendez-vous. Quoi de mieux qu'un lieu de rencontre au beau milieu d'une plage privée, où très peu d'élèves peuvent se permettre d'y poser les pieds ? C'est romantique, non ?
Il s'en fiche.

Il n'est pas venu pour avoir son coup, certainement pas muni d'un débardeur, d'un short en jean et d'une paire de baskets. Ce n'était pas spécialement le genre d'événement qui mériterait un trente-et-un digne de ce nom, preuve irréfutable que McLean n'était pas là par plaisir. S'il pouvait changer la chose ; direction la route. Et rouler, encore et encore, jusqu'à ne plus avoir d'essence, mais ça sera certainement pour un autre jour.
Quatorze heures trente-neuf.

Neuf minutes de retard.
Ça commence mal. Ce jeune homme là n'aimait pas les retards. Mais est-ce qu'au moins le message fut passé ? Il est vrai que de demander à cet imbécile d'Anderson de transmettre un mot ou deux à quelqu'un, serait comme demandé à un éléphant de ne pas casser de la porcelaine. Bon dieu, c'est maintenant que le pire lui vint en tête. Et s'il avait dit n'importe quoi ? Wsh, un mec veut te baiser sur la plage, tu veux bien aller le voir ? Juste pour se venger du coup de poing, il en serait capable.
Oh bordel, qu'il ose pas.

« J'espère que c'est elle ... »

Une silhouette.
Des formes féminines.
Ca ne peut être qu'une fille.
Et impatient comme il est, espérons que ce soit Mary. Il va néanmoins s'abstenir de l'engueuler pour une première rencontre, ça ne se faisait pas, surtout pas entre stupro. Mais pour ne pas céder à l'envie de gueuler, autant fumer. La bouche sera trop occupé à tenir la cigarette pour se permettre d'augmenter le ton et la nicotine aurait sans doute le mérite de le détendre un peu.

« Mary Jane Cohen. Jeune élève fraîchement arrivée et qui n'a pas l'air d'être si désorientée ... » Etrange, mais qu'importe. « M'fin, d'un côté ; baiser avec un icidio dans le quartier des Velenos dès le premier jour, t'as fais fort. »

Et juste pour ça, elle mérite le respect.
C'est comme marquer son territoire sur un lieu déjà connu. Foutre sa marque dans un lit occupé, la personne qui dort sur ce lit doit particulièrement bien profiter de l'odeur corporelle des deux jeunes gens qui se sont donnés à coeur joie. Car oui, désolé, mais Gaspard a déjà vu les photos de Bianca. Même s'il reste sceptique vis à vis de l'utilisation de ces dernières. Tiens Mary, un souvenir de ton premier jour.
Adorable, non ?

« J'suis pas sûr qu'on doit les distribuer partout. Ca fait un peu catin qui couche avec le premier venu. » Il disait ce qui lui passait par la tête, sans plus. « Et vu que t'es stupro, ça risque d'entacher l'image du groupe, donc ... Qu'est-ce que t'en pense, vu que ce sont tes photos ? »

Tant qu'il l'a sous la main, autant en profiter.

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Parlons de manière civilisée ▬ [ PV Mary ] Mer 22 Mai - 22:18



❛❛ ELLE T'EMMÈNE D'L'AUTRE CÔTÉ
DE LA TERRE JUSTE QUAND ELLE
OUVRE LES PAUPIÈRES.

Mary.
Mary est la garce. Elle adore faire mal aux autres. Mais attention je ne suis pas pas la garce qui blesse ouvertement, non elle est plus tortueuse. Elle prend son temps, Elle endort la méfiance des gens par ses sourires, par son apparence de petite fille modèle obnubilée par le shopping et la mode, par ses petites attentions... Mary c'est la meilleure amie, la bonne élève, la fille de bonne famille. Elle vous fait croire avant de vous poignarder dans le dos. Elle vous trompe de la pire façon qui soit, elle brise votre confiance pour un rien. Pire encore, elle vous fait croire qu'elle ne l'a pas encore fait exprès. Mais si vous ne m'amusez pas eh bien la tromperie sera encore plus cruelle. Et elle arrivera sans aucun problème à vous faire pleurer, à se faire aimer par vous et ainsi obtenir ce qu'elle veut.

Mary, c'est une semeuse de discorde, une fouteuse de merde qui aime jouer de ses sourires, de son charme, de ses mimiques pour mieux vous mener en bateau. Pour obtenir ce qu'elle veut. pour s'innocenter. Une salope, une fière. Celle qui fait face à Gaspard toute sourire, toute candide mais parfaitement travaillée. Elle savait qu'il était sérieux, elle ne pouvait jouer à l'enfant avec lui. Et apparemment, il en savait énormément sur elle.


▬ Eh bien… Vous vous êtes énormément penché sur mon cas. Quel homme consciencieux.

Oh oui, quel homme pour avoir épluché photos après photos sur ses ébats, sur son corps nus offert aux yeux du monde. Ils l'aimaient, ils aimaient la voir, Mary, Mary. Sa voix se perdit dans un rire. Oh oui, il avait passé du temps pour autant en savoir sur une jeune femme fraichement débarquée. Mary, elle est l'hypocrite qui vous regarde avec un grand sourire. Elle est celle qui arrive toujours avec son visage d'ange et innocent derrière vous. Elle est celle qui vous tourmente encore, même après vous avoir humilier. Celle qui vous enverra toujours une bonne répartie cinglante pour vous donner encore plus la sensation que vous êtes une merde. Elle est la manipulatrice qui arrive à vous confesser sur tout vos soucis. Elle est celle qui s'approche et qui embrasse le coin des lèvres de Gaspard, un bonjour.

▬ Catin ? Non, juste une jeune femme qui sait marquer son coup.

Et ta façon de rire trop fort pour attirer l'attention sur toi. Cette manie de sucer tes mèches de cheveux et de chantonner lorsqu'il y a un silence. Mary et sa manière de regarder Gaspard, comme s'il était le seul qu'elle voulait. Elle glissa sa main sur la joue du jeune homme avant d'atteindre sa cigarette. C'est si gentil.


IL FAUDRA BIEN
MOURIR ET ME
FINIR ENTRE TES LÈVRES
Invité
MessageSujet: Re: Parlons de manière civilisée ▬ [ PV Mary ] Mer 22 Mai - 23:10



« En attendant. »

Oh mon dieu.
Il ne sait pas pourquoi, mais il sentait dors et déjà qu'il allait avoir un mal de chien avec elle. Il sentait un truc malsain, quelque chose qui pouvait lui foutre des frissons, mais au diable ces sensations, ce n'était qu'une femme qui s'foutait devant lui et sa personne. Allait-il courber l'échine face à miss magnificence ? Même pas en rêve. Lui, il a grandit dans un lieu où l'homme le plus malin reste en haut des gradins.
Dégage ma mignonne.

« Eh bien… Vous vous êtes énormément penché sur mon cas. Quel homme consciencieux. »

Tu m'étonnes.
Elle dégageait beaucoup trop d'assurance pour une nouvelle arrivante. Ce n'était pas logique et encore moins normal. Tout le monde fut secoué ou alors déboussolé en mettant les pieds à Falcone. Au moins une fois, ne serait-ce que quelques secondes pour ensuite montrer un visage habité par la quiétude. Mais elle, c'est juste une putain d'assurance qui s'émane d'elle. Ce n'est pas normal.
Vraiment pas.

« Catin ? Non, juste une jeune femme qui sait marquer son coup. »

...
Rien qu'à son baiser, Gaspard se figea. Etait-elle sérieuse ou bien faisait-elle exprès de paraître particulièrement polie pour baisser sa garde ? On ne salue pas les étrangers ainsi, du moins ; pas en Angleterre et encore moins à Bristol. Non, on se méfie de tout ce qui est secteur inconnu. Et elle, elle vient et lui fait la bise.
Mais elle est mignonne, hein ?

Ah, une faute.
Encore.
Vite corrigée par une petite tape sur la main trop volage à son goût. Avant-même que celle-ci ne saisisse la cigarette qu'elle semble vouloir pour partager un baiser indirect avec son interlocuteur. Mais pas de ça avec lui, ma jolie. Gaspard, c'est l'autorité, c'est le cadet d'un policier. Tu n'as pas le droit de l'accoster que s'il t'en donne l'autorisation. Droit de lui parler, droit de le regarder, droit de t'approcher.
Pas de le toucher.

« Primo, ne me touche pas. Si tu es capable de foutre à nu un Icidio vieux de quatre ans, alors j'ose pas imaginer de quoi tes mains sont capables. » Domine mon grand, domine et soit plus grand. « Ensuite, il le faut bien. Si tu as été insouciante pour aller dans le quartier des riches, c'est parce que tu n'as pas encore été mise à jour. »

Non, pas coincé.
Juste enclin à l'autorité. Il n'a grandit qu'avec ça, qu'avec la ligne de respect qu'on installait entre lui et autrui. Gaspard, c'est un rapace, un putain de charognard qui peut voler dans le même ciel que ces bourgeois de faucons. Par conséquent, il se sait au-dessus des appeso et des icidios, mais tout aussi malin pour déplumer celui ou celle qui ose le gêner dans son envol.

Maintenant, inspection.
Un rapide coup d'oeil autour de la demoiselle. En effet, elle est bien roulée, ses hanches, ses cuisses, sa poitrine. Normal qu'un soldat cède à ses pulsions face à tant de sensualité qui semble s'en dégager. Et vu sa dégaine, elle ne doit pas être le genre de fille à douter d'elle. Oh que non, ou alors ; elle le dissimule mieux qu'un putain de caméléon.

« Déshabille-toi. » Il se posta juste devant elle, bras croisés, l'air de rien. « Il n'y a personne, juste nous deux. J'connais le corps féminin et j'ai déjà vu le tien en photo, alors, c'est pas si gênant. »

C'est tout aussi simple que ça.
C'était un ordre, ma grande. Il voulait juste voir jusqu'où ta fierté peut te conduire, jusqu'où tu peux aller pour montrer à quel point tu mérites d'être sur les devants de la scène. Vas-tu te la jouer petite prude et refuser, mimant une pseudo excuse à la con pour ne pas le faire ou bien es-tu une véritable femme qui assume parfaitement son corps qu'elle juge parfait pour le monde qui l'entoure ?
Rien qu'à la suite, ça l'excite.

© Codes par Oxymore.
MessageSujet: Re: Parlons de manière civilisée ▬ [ PV Mary ] Jeu 23 Mai - 19:25



❛❛ ELLE T'EMMÈNE D'L'AUTRE CÔTÉ
DE LA TERRE JUSTE QUAND ELLE
OUVRE LES PAUPIÈRES.


▬ Deshabille-toi.

Ah – c'était peut-être là tout ce qu'il lui fallait. Juste ces quelques mots attachés solidement ensemble, lié par la bouche d'un homme – de cet homme. Juste cette affirmation presque tendre d'où elle sentirait presque la violette s'en dégager tellement c'est rassurant – juste ces quelques mots qui tombent de sa bouche avec toute leur sincérité et toute leur force de vérité. Peut être, était-ce tout ce qu'il lui fallait à lui, peut être qu'il l'avait appelé songeant à y faire son affaire. Ah, pauvre innocent.

Alors peut-être – peut-être que ce n'était ni ses courbes, ni ses boucles blondes, ni ses ténèbres sensuelles ni sa chair de femme qui l'avait poussé à l'appeler, peut être voulait être dans les bras de Mary. Fourbe, sournois Erèbe qui avait plaqué ses deux paumes dans son dos pour la repousser, qui avait expirer dans la bouche de Mary l'envie de venir quérir les lèvres de la plus femme des femmes. Peut-être n'était-ce pas son corps, même s'il en désirait la chaleur, même s'il en désirait la texture doucereuse, peut être lorsqu'il attraperait une épaule dans une main. Peut-être était-ce juste ça – au-delà, bien au-delà de la simple présence d'un dos contre son torse. Peut être - peut être - qu'il l'aimait déjà. Mary n'avait pas sourit à ce moment-ci parce que ça résonnait dans sa poitrine. Elle avait deux grands yeux océan ouvert face à un mystère. À des peut être.

▬ Si tu en as tant envie, fais le toi-même.

Il voulait la regarder, mais n'aimait pas être touché.
Mary éclata de rire face à ce jeune homme fort intéressant.
Et puis, elle se rapprocha, se faisant plus langoureuse en retirant alors son haut, il y avait la poitrine de Mary qui bloquait ses mouvements dans la plus tendre expression de contemplation – c'était un homme, après tout. Deux rondeurs parfaites, de rondeurs féminines, lunaires presque, plus belles que la lune et qui frappaient les iris comme la plus belles des offrandes. Sa sensibilité aux corps la faisait crépiter là, dans son ventre ; ça tendait son dos, réchauffait sa gorge.

Mais – c'était différent. Mary aimait les corps, les sourires, les mains, les ventres, les reins, les cuisses, les bras, les cous, les dos tout, elle aimait, elle aimait. Elle aimait quand elle coinça la cigarette entre ses lèvres avant de déboutonner la chemise trop stricte de Gaspard. Mais là, c'était différent. Elle ne le savait pas encore et elle ne saurait probablement jamais pourquoi ; pourtant, elle aurait dû vouloir l'embrasser du bout de ses lèvres, les piquer de son ardeur, le sourire en quoi, les canines à l’affût.


▬ S'il n'y a que nous deux, ca ne te dérangerait pas d'aller se baigner, hm ?

Sa main – sur sa joue.
Ses doigts – sur son torse.
Sa chair – sur la sienne.
Elle aurait pu lui en donner plus, mais il devait probablement le savoir, Mary ne donnait jamais plus que ça. Alors, elle souriait, elle étirait ses lèvres en demi-cercle, abaissait ses cils, faisait pétiller ses yeux, lâchait le rire de candide. Elle aurait voulu que ce soit lui, qui fasse plus – c'était différent, mais elle ne le savait pas encore.


IL FAUDRA BIEN
MOURIR ET ME
FINIR ENTRE TES LÈVRES
Invité
MessageSujet: Re: Parlons de manière civilisée ▬ [ PV Mary ] Ven 24 Mai - 22:37



Juste pour voir.

Quelle vile provocatrice.
Bien sûr qu'elle était sexy, bien sûr qu'elle pouvait - à elle seule - nous faire envie. Mais cocotte, tu as devant toi un mec qui a regardé des films pornos pendant que son frère aîné allait travailler. À force d'en voir, ça ne fait plus rien. Donc on sait à quoi ressemble le corps d'une femme. Des seins, des fesses et un vagin. Parfois il peut avoir des petits plus ; une belle courbe, une taille de guêpe et j'en passe. Ou alors le charme qui s'associe à l'enveloppe charnelle ... Enfin, on va pas épiloguer là-dessus.
Bref.

Bras croisés et toujours à l'attente de son souhait, il croyait au départ qu'elle allait refuser. Pique de déception dans ses yeux, monsieur fut par la suite surpris de céder à sa requête. Pour sûr, il ressenti une petite once d'envie y montrer le bout de son nez. Mais voyons, restons stoïque, ça lui ferait trop plaisir de voir une bosse entre tes cuisses. Par ailleurs, s'il lui a demandé ça, ce n'était pas pour rien.
Mais pour voir ça.

« S'il n'y a que nous deux, ça ne te dérangerait pas d'aller se baigner, hm ? »

Sexy Mary, tu n'es rien d'autre qu'un outils.
Mais ça, il ne le dira jamais. Juste le penser lui suffisait. Gaspard n'était pas un jeune homme qui accordait un quelconque crédit au plaisir de la chair - sans doute parce qu'il ne l'a jamais goûté, mais d'un côté, ça ne l'attirait pas tant que ça, puisque la branlette lui suffisait. Enfin, à l'approche de la jeune femme, il en profita également pour voir quelques marques, encore rougeâtres, preuves irréfutable du charme insaisissable de son interlocutrice.

« Eh bien, tu sembles être tout à fait capable d'attirer la personne de ton choix. » L'icidio ? Non, cette histoire remonte à plus d'une semaine. Les marques ne seraient plus visibles - ou presque plus. Dans ce cas, quelqu'un d'autre. Qui ? On s'en fiche. « Heureux de t'avoir parmi-nous, douce Cohen. »

Oh god.
Quand McLean appelle une personne par son nom, c'est pas bon signe. À la fois oui et non, à vrai dire. D'un côté ; signe de respect. C'était évident qu'il ne pouvait que respecter une camarade de sa classe. Mais d'un autre côté ; c'est comme si qu'il foutait une étiquette sur son front. Ne t'approche pas d'elle. Mary, t'as beau être terriblement envoûtante, les envoûtements ne mènent jamais un homme à sa réussite.

Alors bien sûr, il ne reste pas insensible. Car malgré ses discours ; c'est qu'un homme. Mais contrairement à d'autres, il en a conscience et sait par dessus tout que le fait de se relâcher, pourrait tout aussi bien lui coûter quelque chose. Elle ne semble pas sage, plutôt taquine et ... Impossible à mettre la main dessus.
Sauf si c'est elle, qui met sa main sur vous.

« Même si tu ne sembles pas disciplinée, je vais essayer de te donner quelques crédits ... Mais n'en profite pas trop. » Sa cigarette ? Tant pis. Une prochaine, peut-être. « Et va te baigner, si tu le désires. L'eau de mer ... C'est pas mon délire. »

Malgré la sublime chose contre lui, il fixait la mer.
En fait, Mary était un chat. Vous savez ; au début vous dictez des règles, à ce chat. Mais à force, il s'impose, il s'installe et vous laissez bon nombres de choses couler. Comme ne pas aller dans la cuisine ; mais vous lâchez l'affaire ensuite. Ne pas le nourrir à 5h, mais vous le faites quand même ... Eh bien là, c'était pareil.
Me touche pas, mais je te laisse faire.
Sale bête.

© Codes par Oxymore.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Parlons de manière civilisée ▬ [ PV Mary ]

Parlons de manière civilisée ▬ [ PV Mary ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Coin] Parlons des filles d'amour sucré
» SATIN DIARY : entrez dans le monde de Qwenty et Try Again (Site)
» [Coin] Parlons des garçons d'amour sucré
» PHOTOREAL sur Garmin 2545 LM resolu, et de quelle manière !!
» Rollerman... une nouvelle manière de faire du roller !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ROME :: La città :: SPIAGGIA DI FALCONE-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !