Même les idiots s'évadent ⚜                                                                                    
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
                                        
                                                                                                            
                                                               
                                          
                     
                     
 
                  
            
                                    
               
                                                                                                                     
                              
                                                               
                           

Partagez|

Même les idiots s'évadent ⚜

MessageSujet: Même les idiots s'évadent ⚜ Mar 2 Avr - 17:38



ILS ME METTRONT AU FOND DU TROU,
UNE BALLE DANS LA TÊTE.


Tard le soir, il la voyait encore dans son inexistence comme une tâche indélébile sur sa joue tout en laissant sa main frotter la pilosité de même pas six millimètres. Il pourrait se raser, mais ça attire les filles Dieu sait pourquoi ; il pourrait se raser, mais l'impression que la marque de la gifle serait encore là l'obsédait beaucoup trop. La marque n'est pas un avantage quand on a envie d'attirer dans ses filets. Encore fallait-il que ce soir il y ait des spécimens de la gente féminine. Si possible aux yeux bleus. Si possible avec un corps de bonita. Si possible filles faciles. Si possible apte à payer des verres. Mais encore fallait-il aller à une soirée ou dans un pub ou un bar ou une fête, qu'importe : leurs projets étaient toujours flous.

Ainsi le jeune génie — vieux con — , Malik, se déplaçait comme un poisson dans l'eau au milieu des couloirs déjà bien trop souvent traversés emplis de surveillants, malgré que ce ne soit pas encore l'heure de son couvre-feu mais ce serait fort bête de se faire griller en faisant une mimique horrifiée et stressée, en heurtant parfois quelques corps eux-aussi déambulant dans les couloirs de l'institut sans prendre la peine de s'excuser par empressement idiot et gamin. Il fallait sortir, s'échapper de cette bâtisse, s'évader de cette prison dorée de temps à autres et en faire un vilain petit secret possible d'atteindre l'oreille de la direction. Chose qui serait sûrement un peu bête, un peu débile et un peu rigolote à en rire, plus tard, lorsque la sagesse aura dissipé la frustration de s'être fait pincer. Après avoir enfin atteint l'extérieur par un quelconque moyen saugrenu — car oui, juste passer par la porte principale n'a rien d'une aventure — il voulu s'allumer une cigarette. Malheureusement, le vent en voulu autrement. Laissons donc l'option du type ténébreux qui arrive caché par l'obscurité clope au bec à quelqu'un d'autre, dommage, bien essayé, bien tenté garçon.

« Aw » se dit-il, et il se sentait comme un tueur en série à répéter un acte, toujours le même, mais à force de faire ça, on finit toujours par devenir insouciant et à faire une erreur. Cette erreur qu'il fallait oublier plus que tout, quitte à en mourir. Les mains dans les poches, le nez en l'air pour regarder la frontière entre la barrière et le ciel synonyme de liberté, le brun resta silencieux avant de tourner son regard vers le jeune homme qui se tenait déjà au même emplacement depuis qu'il était arrivé et d'ajouter avec une pointe de moquerie dans la voix.

« Alors ? Courte-échelle mon petit ? »

Ta remarque est pas très gentille, mais tu n'en as que faire car toi tu sais. Tu sais qu'il est comme Napoléon Bonaparte, petit de taille, mais très grand d'âme. Peut-être est-ce faux, mais ça en jette. Et si on fuyait voir des femmes ?


This is fuckin' handsome


MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜ Jeu 4 Avr - 13:29

Et quand le ciel se pare de noir, les ombres sont libres d'aller où elles le souhaitent.


C'est pour cela que, toute de noir vêtue, cette silhouette traverse les couloirs, se faisant la plus discrète possible. De toute façon, qui aurait aperçut un élève, dans un groupe d'élève ? N'importe qui, mais peut-être aussi n'importe quel élève.

La sortie se rapproche, et l'Ombre accélère, pressée. Pressée de pouvoir se mouvoir avec encore plus d'aisance à l'air libre - dans l'obscurité libre -. L'air en est limite suffocant. Il faut sortir, laisser exploser ce trop plein de tout.
Une personne la percute, quelques menaces fusent entre ses lèvres. Tout à été très rapide, l'Ombre est déjà loin.

Puis la porte de service s'ouvre enfin, et l'Ombre est absorbée par d'autres, plus grandes, plus vastes. Il fait nuit, un temps parfait quand on cherche à rester discret. La silhouette semble se détendre. Aucun problème jusque là. Pas la moindre raison qu'il y en ai maintenant.
Elle s'élance et rejoint la clôture en peu de temps, s'arrêtant devant, s'immobilisant totalement. Indiscernable, à moins de n'être qu'à quelques pas d'elle. Son regard pâle, sous sa capuche, se lève vers l'ultime barrière à sa liberté. Assez haut, mais pas insurmontable. Quasiment déjà fait.

Toujours immobile au pied du dernier rempart. L'air frais caresse son visage, lui rappelant sans cesse qu'elle est dehors, lui promettant la soirée qu'elle désire. La soirée qu'elle se promet.
Sa main droite glisse dans sa poche, pour en sortir un paquet de cigarette, car oui, tous les désireux de faire partie du clan des Ombres doivent fumer. Sans cigarette, c'est tout de suite moins "sombre".
Le briquet fait son apparition à son tour, accompagné d'une mélodie étrange. Masculine. Moqueuse. Indésirable.

Haley fit volte-face pour poser son regard sur la provenance de cette sonorité. Un homme.

-"..."Mon petit" ? Je crois qu'il te faudrait ouvrir les yeux avant d'ouvrir la bouche. "

Son ton est méprisante, comme d'habitude. Sa main redescend avec lenteur, délaissant sa cigarette un instant, lui accordant un instant de répit avant d'être consumée.

-" Qu'est-ce qui te fait croire que je pourrais avoir besoin de ton aide ?"

Franchement. Passée l'irritation d'être prise pour un être masculin, l'étranger en venait à douter de sa capacité à franchir un tel obstacle ? Quelle agréable rencontre. Une rencontre que l'on aurait souhaité écraser à peine arrivée. Comme une fourmi qui vous pince la main, vous rappelant que vous êtes assis sur la fourmilière et que ses semblables ne vont pas tarder à rappliquer.

[HRP : SURPRISE. Non je déconne. J'espère que je ne te dérange pas à chambouler tous tes plans :) ]

MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜ Jeu 4 Avr - 19:34



Je serais ton tchernobyl,
tu seras ma mutation.

Allez Haley, tais-toi.
Tu n'es pas si laide quand tu te la fermes.
Il y a souvent un petit quelque chose de triste dans la vie des imbéciles. Et il y avait effectivement un quelque chose d'impitoyablement déprimant dans la vie de Haley. Quand on est mal foutue. Quand on se prend pour un homme avec une paire de seins. Quand on n'aime ni lire ni écrire ni s'instruire ni voir des films ni dessiner, quand on n'a pas de travail, quand on a presque pas d'amis, quand on est une parfaite imbécile qui ne sait pas s'occuper, il arrive effectivement ces moments impitoyablement tristes où l'on se retrouve dans le plus parfait désœuvrement. Haley, cette sale chienne, privée de vêtements qui la mettrait en valeur. Et cette soirée, là, seule, sans son maître, sans ses camarades. Et comme toute seule, abandonnée, Haley ressent le besoin primaire d'attirer l'attention. Allez Haley, ne sois pas si jalouse. Malik fera attention à toi, ce soir.

Malik leva les yeux au ciel, mimant les palabres écoeurantes de Haley d'une grimace grotesque. Il n'avait bien aucune idée de sa véritable nature mais la carapace de lesbienne revêche de la jeune blonde mal foutue suffisait à l'en dégouter. Il avança tranquillement, grattant de sa main valide ses côtes encore endolories de trop de bagarres. Il lui jeta toutefois un regard en coin, peu convaincu lorsqu'elle ouvrait déjà la bouche. Qu'est ce qu'elle parlait trop. Merdeuse ce serait le mot juste. Il ne dit rien, préférant s'allumer une cigarette - calmement. Comme pour calmer des nerfs pas encore présents. Du moins pour le moment.

Et si tu te taisais une bonne fois pour toute ?

« T'en as pas marre de me suivre ? Je sais que je suis incroyablement beau, passionnant, diablement sexy, d'une beauté fulgu... »

Faites le taire.
Malik exagérait toujours un peu.
Malik était le seul beau sur Terre, mais Haley était pas mal non plus. Son cul était pas mal. Il hausse un sourcil. Il aurait pu pencher la tête sur le côté, plisser les yeux jusqu'à connaître le fond de sa pensée. Il était vrai qu'il n'avait pas ce pouvoir. Haley. Une « bêtise » que disaient les autres.

« Ce qui me fait dire ça... Peut être le cul que tu te trimballes dernièrement ? Ton p'tit club de bouffons ont arrêtés de courir ? »

C'est méchant – cruel comme un enfant.
Il le dit avec beaucoup d'orgueil dans la voix. Il la rabaisse parce qu'il veut juste se rassurer, Malik. Il veut juste se dire qu'elle est plus laide que lui ne l'est. Il veut juste penser que, même ici, avec sa chair qui tombe et sa couleur qui s’effondre, Malik, il reste le plus beau d'entre tous. Le plus beau, le plus fort, le plus intelligent, le plus incroyable. Mais surtout le plus dangereux. C'est pourtant il s'approcha d'elle, calmement. Imposant.

Bah non, bien au contraire ô/.



This is fuckin' handsome.


MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜ Ven 5 Avr - 11:01

même les idiots s'évadent - PASSAGE ECLAIR
► DES LAIDS & DES LAIDS ◄


Talons aiguilles ; t-shirt et son habituelle couleur carmine, cheveux lâchés négligemment. Un coup d'oeil sur sa montre – juste à temps pour le couvre-feu. Marla se tient le plus droit possible, Marla a sorti ses gants pour cacher la moiteur des mains -disgracieuse-, et la vilaine entaille qu'elle s'est faite -indécente-. A trop jouer avec les morceaux d'une bouteille brisée, on fini par le regretter.

Juste un verre, qu'elle s'est promit – juste une dose, juste histoire d'avoir un peu de cette cochonnerie dans le sang. Elle s'en est sorti à trois verres. De la bière, pas bien grave ; miss perfection devra seulement se faire un bain de bouche en rentrant. Son haleine pue l'alcool.

Réajustant machinalement son chapeau, Marla souffle un bon coup, agacée de devoir se mêler aux laids. Son écart du jour la laisse d'humeur douteuse. Dire qu'elle ne supporte même pas ce qu'elle est – comment pourrait-elle avec les autres ?

Le bruit d'une conversation la distrait ; quelques mots, choppés au vol, qui la laissent curieuse. Peut-être une future rumeur à colporter, qu'en sait-on ? Sale mégère. La brune se dirige prudemment vers la source de ce bruit.

Oh. Vraiment pas grand-chose à la finalité. Un grand black qui s'amuse d'une jeune fille aux airs farouches. Un prénom exotique, Malik. Pas franchement original, mais en y associant sa peau basanée, le rendu sort largement du carcan italien. Et... De la vulgarité de l'un, de l'agressivité pour l'autre – de la laideur pour les deux.

Soupirant, Nyx décide qu'il serait décidément futile de continuer à perdre son temps pour ce genre de choses ; elle sort de sa cachette, passe devant le duo. Mais, les quelques miettes d'alcool traînant dans son organisme lui déliant quelques peu la langue, elle ne peut se résoudre à continuer son chemin sans les gratifier de ces quelques phrases – tout en maintenant une certaine distance, haleine oblige :

« Vous vous êtes bien trouvés. Son derrière doit bien égaler ton égo. »

Bien. Sans un mot de plus, Marla continue sa route, pour enfin passer les portes de Falcone. Lui reste encore à s'exorciser de sa bêtise.

Un petit passage Marlesque juste histoire de. En espérant ne pas vous avoir interrompu en pleine réponse. Enjoy mes chatons. \ô
MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜ Lun 15 Avr - 14:51

Oh, Ta Gueule Malik.


Prétentieux.

Comment ne pas reconnaitre un type aussi prétentieux que lui ? Malik. Il fallait qu'elle tombe sur lui. Sur toutes les personnes susceptibles d'être dehors à cette heure, il avait fallut qu'elle tombe sur lui. Ce type excécrable -Du moins c'est ce que disait sa réputation -, narcissique, prétentieux comme un paon. Seulement pour Haley, les paons n'avaient de beau que leurs plumes. Pour le reste, ils n'étaient que des piafs sans valeur, sans intérêts, bon à se pavaner, rien de plus. Un coup de pied, et il s'envolerait ?

Tu rêves ma Belle.

Malik, en plus d'être pompeux et prétentieux, ne s'arrêtait pas à une simple image. Il devait le faire savoir. Ouvrir sa soit-disante jolie petite bouche pour le rabacher encore et encore. Passer son temps à être de plus en plus désagréable. Au point de faire sortir de ses gonds même la plus calme des personnes.

-Evidemment, comment n'ai-je pas pu voir venir Sa Majesté Malik ? Avec un si grand égo, j'aurais du te voir de loin.

Elle plissa les yeux pour le détailler un peu plus, malgré l'obscurité qui les entourait, brisée par la faible lumière qui cernait le bâtiment.
Mauvaise idée. Sa simple vue l'agaçait. Et de la merde continuait à sortir de sa bouche. Faites le taire.

-Dis moi, tu as révisé tes phrases d'approche on dirait ?

Elle allait continuer, mais une troisième personne arriva à leur hauteur. Pas besoin d'une inspection détaillée, ses mots la présentèrent directement. Encore une. A croire que ce n'était pas le bon soir pour sortir.
Haley soupira. Un souffle de lassitude, blasée de ne pas pouvoir profiter de sa soirée pleinement, celle-ci étant vraisemblablement vouée à être gachée par ces chers bourges.

-On acceuille les prostituées maintenant ?

C'était tout aussi méchant et mauvais que tous les mots sortis de chacune de leurs bouches. Peut-être l'air portait-il un quelconque produit leur rendant la langue fourchue. Ou peut-être pas.
C'est dommage, elle était plutôt jolie, l'inconnue.


MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜ Dim 21 Avr - 19:50



Though inside
You're misted

« On accueille les prostituées maintenant ? »

Malik avait ri.
Malik ne faisait guère plus attention à la gourdasse.
Il eut un rire soudain, tellement discret qu’il ne fut pas certain de s’entendre lui-même, confondant peut-être avec la nervosité de son sourire qui était devenue trop bruyante. Accoudé contre l'un des grillages, il enleva sa main de ses lèvres et la plongea dans ses cheveux. Il laissa le silence s’installer entre eux.

Au final, il aimait bien Haley. Il aimait tant la faire chier. La rendre plus chèvre qu'elle ne l'est déjà. Haley était une jeune femme si jolie – encore faut il la considérer comme une femme - il avait imaginé tant de fois sa main caresser sa peau d’ivoire en lui arrachant un sourire. Oh oui, cette pauvre lourdasse trop blonde, trop conne, trop bonne. Cette pauvre lesbienne. Alors qu'il s'approchait d'elle, juste à la commissure des lèvres, y effleurer une faiblesse du bout de la langue. Il voulait laisser son empreinte, sur sa joue, dans son cœur de blonde trop faible et trop accessible. Ah ! Même si elle ne voulait pas de lui et s’évanouissait sous ses pas, elle finirait par céder, d’une façon trop forte et impulsive, par tressaillir sous ses bras et son souffle. Parce qu’il était le seul, le seul homme à la toucher. Pauvre lesbienne.

Haley était peut être trop naïve. Elle ne savait pas grand chose de lui et croyait tout connaître – ah, une idiote, la candeur lui plaisait tant. Elle jouait avec lui, la souris qui se complaisait à danser devant le chat aux dents pointues. Elle laissait son sourire et ses exclamations se fondre dans l’air, lui indiquant le chemin à suivre, berçant la pièce d’indices ; comme de la poudre à canon. Son rire était cristallin comme arrogant, il sonnait de façon délicieusement vulgaire à son oreille trop influencée et malsaine. Il souriait – cette situation l’exaltait au plus haut point, alors qu’il était en train de se perdre, absolument incapable de la retrouver, malgré des bribes de reflets sucrés qui dansaient contre les miroirs.

« Mon égo n'est pas si grand, puisque j'y trouve un intérêt pour toi »

Faux.
Il voyait en elle de l'amusement.
Il voyait en elle un nouveau moyen de la faire chier.
Cruellement chier.
Son corps se mouvait contre elle, la bloquant contre le grillage, allez Haley laisse toi faire. Range tes poings.



This is fuckin' handsome.


MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜ Ven 3 Mai - 9:25

Fais le mariole va.


Un enfoiré de chez les enfoirés. Même ses gestes les plus naturels en devenaient agaçants.
Elle l'avait laissé approcher, peut-être dans l'espoir qu'en ne voyant aucune opposition, il renonce à son passe-temps d'emmerdeur. Coincée, les mains sur son torse. Raté.

Le compte à rebours est lancé.

-Malik, recule.

Un effort énorme pour parler avec calme, sereinité. S'il y avait bien une chose qu'Haley n'aimait pas, c'était les hommes. Mais ce qui était pire qu'un homme, c'était un homme aussi proche d'elle sans son consentement. De plus que cet homme là s'en amusait hautement.
Sans même essayer de le repousser avant, ce fut son coude qui partit avec une rapidité surprenante, rencontrant la mâchoire du jeune homme sans grande douceur. Un petit moment de latence, et son genoux le repoussait pour de bon à une distance convenable d'elle.

Elle avait déjà vécu cette situation. Tant de fois. En premier lieu avec son père, lors de ses entrainements parfois bien trop proches d'êtres vus autrement. Et puis avec quelques autres cas, dans le même genre que Malik. Des chieurs de première, des prétentieux à l'égo si exhubérant qu'ils se croyaient tout permis. Y comprit l'accès à son espace vital. Erreur.

Haley s'éloigna de la cloture, inversant les places. Elle croisa les bras et le toisa.

-Je t'avais prévenu. C'est un jeu qui t'amuse ? Vraiment pitoyable.

Elle soupira et s'alluma une clope. Surtout, rester calme. Elle leva les yeux vers la cloture, loin d'être infranchissable. Elle aurait déjà du être loin de Falcone, si elle n'avait pas croisé la route de cet emmerdeur. Malik. N'importe qui d'autre, mais pas lui.

-Bon, tu me laisse passer une bonne soirée ou t'es décidé à me faire chier jusqu'au bout ?




MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜ Ven 3 Mai - 20:58







Malik aurait pu sourire, de cet air machiavélique qui lui allait si bien, mais ça ne rentrait pas dans son personnage. Il était évident que Haley avait mordu à l’hameçon : elle avait réagit, elle l'avait repoussé au plus grand plaisir de Malik. Elle avait réagit, preuve que son cœur s’était emballé, et qu’elle craquait déjà un peu pour ce Prince séduisant qu’il venait de composer. Malik était si parfait. Excellent. S’il jubilait à l’intérieur de lui-même, le jeune homme, en parfait acteur, continuait à afficher cet air perplexe et ébahi qui le rendait ridicule – et donc séduisant, selon les critères de la dame. Il fronça légèrement les sourcils – quand elle lui annonça qu'elle ne jouait pas. Ou ne jouait plus – Il devait devenir mélodramatique.

« Ah ma chère, je ne joue pas avec vous. Je suis très sérieux dans mes sentiments pour vous... »

Sa voix se perdit, frôlant le mélodramatique : il voulait faire de l’effet, aussi laissa-t-il ses yeux se mouiller légèrement, en toute discrétion, comme un homme sensible mais assez fort pour retenir ses larmes. Il jouait parfaitement son rôle, juste comme il le voulait. Soudainement, il s’avança vers elle, faisant virevolter les somptueux tissus de sa tenue et, pressant et pressé, le regard plein d’étoile et le sourire respirant la sincérité, il se reprit, déclarant avec une ferveur propre aux êtres passionnés :

« Mais je me perds dans des histoires sordides qui ne devraient pas vous tourmenter. Parlez-moi de vous, Haley. »

Intérieurement, Malik hurlait de rire. Son corps était emprunt d'un léger tremblement rieur. Oh non. Elle n'allait pas le croire, mais qu'il était bon de jouer à un sensible homme fout d'amour. Un nouveau sourire, une nouvelle avancée. Il s’était rapproché un peu plus d’elle, à la limite de ce qu’il appelait un espace vital. Beaucoup moins proche, il aurait paru distant – et tout aurait raté. Un peu plus proche, il aurait paru collant, insistant, et elle aurait fui. Mais Malik était un homme d’expérience, qui avait l’habitude de ces phases ridicules de séduction pour conquérir ses proies. Il les connaissait, il n’avait peur de rien… Il aimait se moquer d'elle. Il eut aimer déposer ses lèvres sur les siennes, prenant de sa main droite la cigarette qu'elle venait d'allumer.

Jouer avec une icidio ? Trop dangereux. C'est pourquoi, il échappa de ses gestes. Il aurait pu jouer au macho et aurait simplement poursuivit son aventure sur elle; mais… Ne sait-on jamais. Il ne souhaitait pas que ses bijoux de familles en pâtissent. C'est pourquoi il s'éloigna d'elle, tout sourire, tirant des lattes sur la cigarette de la demoiselle.

« N'empêche, t'es bien pratique Haley. »
Une pensée dite à voix haute.


This is fuckin' handsome


MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜ Sam 11 Mai - 15:54

"Casses-toi pauv' con."


Que de palabre inutiles. La merde sort de sa bouche comme elle sortirait du cul d'une victime de gastroanthérite. Faites le taire, où elle s'en chargera. L'envie y est, mais la raison la retient. On est encore dans Falcone, pas d'écart à l'intérieur de ces murs, ou du moins, pas trop d'écarts.
Et voilà qu'il partait dans un autre de ses délires d'égocentrique pédant. Haley leva les yeux au ciel en laissant échapper un soupire exaspéré. Elle ne trouvait rien de plus à lui répondre, tellement la situation l'exaspérait. Il devait se faire soigner, c'était sur. Mais malgré tout ça, Haley devait reconnaitre une chose, la situation pouvait paraitre légèrement drôle. Légèrement Malik, et les blagues les plus courtes sont les meilleures.

Aussi quand il s'éloigna avec sa cigarette, Haley ne broncha pas. Si une clope était le prix à payer pour être débarassée de ce parasite, alors elle aurait bien pu donner son paquet entier. La paix, était-ce trop demander ? Une simple soirée, une petite bière et un peu de musique avant d'aller se coucher pour se préparer à une nouvelle journée tout aussi épuisante. Le train-train habituel.
Ecouter, travailler, faire du sport, de la discipline. Les journées de la jeune icidio étaient bien remplies, et bien épuisante. C'est pourquoi elle devait se reposer. Mais bosser sans arrêt sans s'accorder quelques petites pauses agréables la mènerait forcément à saturation. Haley aimait la voie qu'elle avait choisit, mais elle aimait aussi les bonnes choses de la vie.

-Oui Malik, et toi tu es divertissant.

Sur ces belles paroles échangées indirectement, par le fil des pensées à haute voix, Haley se rapprocha du mur et bondit, se hissant en son sommet sans grand mal. Après tout, elle passait son temps à s'entrainer à franchir ce genre d'obstacle...
Quelques secondes de plus et elle disparaissait, sautant au sol avec souplesse.

Done.

Bonsoir, monde de la vie nocturne.



MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜ Sam 11 Mai - 21:40






Ah, les icidiots.
Droit comme des pics, à se pavaner de leur soit-disant perfection, ils renfermaient en leur fin fond autant de vices que l'autre. Tous deux avaient une aura de brillance et d'élégance, mais leurs âmes étaient aussi noires que l'obscurité qui régnait dans les escaliers de l'oubli. Tous deux mentaient.
Tous deux abusaient.

Malik avait le dos un peu douloureux et les pieds qui se traînaient contre la surface froide. La promenade n'offrait ni réelle attractivité, ni l'effet désiré. Si le jeune homme se déplaçait avec la douceur et la lenteur de l'animal sur la berge, il n'avait simplement souhaité que la paix et le silence, qu'il avait très (trop) facilement trouvé en ces lieux relativement déserts. Les icidios devaient tous stupidement terroriser les âmes faibles des appesos et s'amuser à troubler la paix relative des velenos.
Quelle bande d'idiots.
Icidiots.

Il était bon parfois de quitter la compagnie des ignorants, de se retrouver en compagnie de sa seule intelligence, de son unique intellect. Il était bon de pouvoir songer à leur stupidité et leurs âmes trop malléables. De se savoir, là, dans la confusion de la noirceur du lieu même, capable parmi tous de monter une pensée organisée, réfléchie, quand tous se perdaient dans les méandres d'un labyrinthe de sournoises débilités. Quelle bande d'idiots, pensa-t-il encore. Il y avait une sorte de fatigue lasse dans les murmures qu'il faisait résonner dans sa tête, comme si cette vérité là l'ennuyait profondément. Être le plus intelligent, il en était sûr. Après tout, il avait quand même trompé le monde jusque là. A penser trop pourtant il était prouvé qu'on finissait toujours par se perdre, et Malik n'avait pas bien conscience où ses pieds l'emmenait. Il avait un seuil qui ne lui rappelait rien, n'éveillait en lui aucune vieille connaissance.


This is fuckin' handsome


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Même les idiots s'évadent ⚜

Même les idiots s'évadent ⚜

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» liens idiots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: INSTITUT TO BE THE BEST :: RDC-
Si vous souhaitez y participer;

Blue note ▬ Bonnie

Que la fête commence ▬ Charlie

Et si je fouinais un peu ▬ London

Quand l'alcool s'en mêle ▬ Aria

On ne choisit pas un livre ▬ Bianca

Le journal !